Deutsch | English | Français - CHF | EUR | USD
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
 Vous vous trouvez dans - Home - Information professionnelle sur UbistesinTM mite/UbistesinTM/UbistesinTM forte
Information professionnelle sur UbistesinTM mite/UbistesinTM/UbistesinTM forte:3M (Schweiz) GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour

Composition

Principes actifs:
Articaini hydrochloridum.
Adrenalini hydrochloridum (R-Epinephrine hydrochloride).
Excipients:
Antioxidans (E 221) 0,6 mg/ml, Natrii chloridum, Aqua ad solutionem.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Solution injectable.
Pour l’application sous-muqueuse.
1 cartouche à 1,7 ml de solution injectable contient:
Ubistesin mite
Articaini hydrochloridum 68 mg (correspond à 40 mg/ml).
Adrenalinum 4,25 μg (correspond à 2,5 μg/ml) ut Adrenalini hydrochloridum.
Ubistesin
Articaini hydrochloridum 68 mg (correspond à 40 mg/ml).
Adrenalinum 8,5 µg (correspond à 5 µg/ml) ut Adrenalini hydrochloridum.
Ubistesin forte
Articaini hydrochloridum 68 mg (correspond à 40 mg/ml).
Adrenalinum 17 µg (correspond à 10 µg/ml) ut Adrenalini hydrochloridum.

Indications/Possibilités d’emploi

Anesthésie locale (anesthésie par infiltration et anesthésie tronculaire) en médecine dentaire.
Ubistesin mite est indiqué en particulier dans les interventions de routine d’une durée maximale de 30 minutes, telles que les extractions sans complications et les préparations de cavités et de moignons pour couronne.
Ubistesin est indiqué en particulier pour les interventions de routine.
Ubistesin forte est particulièrement indiqué dans les interventions intensives nécessitant une anesthésie prolongée.

Posologie/Mode d’emploi

Posologies recommandées:
On a d’utiliser toujours le volume de solution le plus petit possible permettant de réaliser une anesthésie efficace.
Pour l’extraction de dents maxillaires, l’administration de 1,7 ml Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte par dent est le plus souvent suffisante, et en général il est même possible de renoncer aux injections palatines douloureuses. En cas d’extractions en série de dents avoisinantes il est souvent possible de réduire la quantité à injecter.
Si une incision ou une suture au niveau du palais s’avère nécessaire, l’injection palatine d’env. 0,1 ml par piqûre est indiquée.
En cas d’extractions nettes de prémolaires mandibulaires une anesthésie par infiltration de 1,7 ml d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte par dent est nécessaire et, dans des cas isolés, sera complétée par une injection buccale de 1 à 1,7 ml. Dans quelques cas rares, une injection au niveau du Foramen mandibulaire peut être indiquée.
Des injections vestibulaires de 0,5 à 1,7 ml d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte par dent permettent les préparations de cavités et les meulages de moignons pour couronne.
Le traitement de molaires mandibulaires demande une anesthésie tronculaire.
Pour les interventions chirurgicales, l’application d’Ubistesin forte est recommandée. La posologie sera choisie individuellement en fonction de la gravité et de la durée de l’intervention et des conditions prévalant chez le patient.
Enfants de 4 à 12 ans:
Une dose de 0,25 à 1 ml est généralement suffisante pour un enfant dont le poids est compris entre 20 et 30 kg. Pour les enfants dont le poids va de 30 à 45 kg, on conseille une dose de 0,5 à 2 ml. Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte ne doit pas être appliqué aux enfants de moins de 4 ans.
Dans le cas de patients âgés, compte tenu du ralentissement des processus métaboliques et du taux de diffusion réduit d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte, son administration peut entraîner une élévation du taux de plasma. En cas d’utilisations répétées (p.ex. ré-injection), on accroît le risque d’une cumulation d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte. Un état général réduit du patient, voire des troubles importants des fonctions hépatique ou rénale, peuvent avoir le même effet.
Dans tous les cas énumérés ci-dessus, un dosage réduit est donc recommandé (la dose minimum nécessaire à la profondeur suffisante de l’anesthésie).
Dans le cas de patients souffrant déjà de maladies pré-existantes (angine de poitrine, artériosclérose), il est également conseillé de réduire la dose.
La dose maximale recommandée
Adultes:
Chez l’adulte en bonne santé, la dose maximale d’articaïne est de 7 mg/kg de poids corporel (PC) (500 mg pour un patient de 70 kg PC), ce qui correspond à 12,5 ml d’Ubistesin mite/ d’Ubistesin/d’Ubistesin forte. La dose maximale est de 0,175 ml de solution par kg PC.
Enfants de plus de 4 ans:
La quantité injectée doit dépendre de l’âge et du poids de l’enfant ainsi que de la gravité de l’intervention. 7 mg d’articaïne par kg PC (0,175 ml d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte par kg PC) ne doivent pas être dépassé.
Mode d’administration et durée d’utilisation:
Pour injection/utilisation dans la cavité buccale.
RÉSERVÉ À L’USAGE ANESTHÉSIQUE EN MÉDECINE DENTAIRE.
Afin d’éviter une injection intravasculaire il faut toujours procéder à un contrôle par aspiration scrupuleux sur deux niveaux (rotation de la canule sur 180°). Toutefois, lors de cette manœuvre, un résultat négatif de l’aspiration n’exclut pas totalement une injection intravasculaire involontaire et non remarquée.
La vitesse d’injection ne devrait pas surpasser 0,5 ml en 15 secondes, c’est-à-dire une cartouche par minute.
Des réactions systémiques majeures par suite d’une injection intravasculaire involontaire peuvent être évitées dans la plupart des cas par la technique d’injection suivante: une première injection lente de 0,1 – 0,2 ml après aspiration et après 20 à 30 seconds l’injection lente de la dose finale.

Contre-indications

Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte ne doit pas être appliqué
·aux enfants de moins de 4 ans
·en présence d’hypersensibilité aux principes actifs, au sulfite de sodium (E 221) ou à l’un des autres composants.
En raison de l’adjonction du principe actif de l’anesthésie locale articaïne Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte ne doit pas être appliq en présence des troubles suivants:
·en cas d’allergie connue ou d’hypersensibilité aux anesthésiques locaux à base d’acides aminés
·de troubles graves des systèmes de formation de stimuli ou de conduction cardiaques (p.ex. blocs auriculo-ventriculaires II et III, bradycardie prononcée)
·d’insuffisance cardiaque décompensée aiguë
·d’hypotension sévère
·réduction connue de l’activité de la cholinestérase plasmatique
·diathèses hémorragiques, en particulier lors d’une anesthésie tronculaire
·inflammation du site d’injection.
En raison de l’adjonction du vasoconstricteur adrénaline (épinéphrine) Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte est considéré comme contre-indiqué chez les patients atteints de
·affections cardiaques, comme par ex.:
angine de poitrine instable
infarctus du myocarde récent
pontage coronarien récent
arythmie réfractaire et tachycardie paroxystique ou arythmie absolue à fréquence élevée
insuffisance cardiaque décompensée non traitée ou non contrôlée
hypertension sévère non traitée ou non contrôlée
·traitement concomitant par inhibiteurs de la monoamine-oxydase (MAO) ou antidépresseurs tricycliques.
En raison de l’adjonction de l’excipient sulfite Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte ne doit pas être appliqué aux personnes
·présentant une allergie ou hypersensibilité au sulfite ou
·souffrant d’asthme bronchique sévère.
Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte peut entraîner des réactions allergiques aiguës avec des symptômes anaphylactiques, p.ex. des spasmes bronchiques.

Mises en garde et précautions

En raison de la faible teneur d'Ubistesin mite en épinéphrine, le risque d'effets indésirables cardiovasculaires est considéré comme inférieur à celui des anesthésiques locaux dont la concentration en épinéphrine est plus élevée.
Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte ne doit pas être utilisé qu’avec beaucoup de précautions en cas de
·troubles graves des fonctions rénales
·angine de poitrine
·artériosclérose
·troubles importants de la coagulation sanguine
·thyréotoxicose
·glaucome de l’angle étroit
·diabète sucré
·pathologies pulmonaires, en particulier l’asthme allergique
·phéochromocytome.
Une injection intraveineuse accidentelle peut entraîner des spasmes et provoquer un affaiblissement du système nerveux central ou un arrêt cardiorespiratoire. Des appareils de réanimation et d’oxygénothérapie ainsi que des médicaments doivent être disponibles pour une intervention immédiate en cas d’urgence.
Les anesthésiques locaux de type acide aminé peuvent être métabolisés par le foie. Par conséquent, Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte doit être utilisé avec prudence chez les patients atteints d’affections hépatiques. Chez les patients souffrant d’insuffisance hépatique sévère, il existe un risque accru d’exposition à des concentrations plasmatiques toxiques.
Le médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients souffrant de troubles cardiaques et circulatoires. Ces personnes peuvent en effet présenter une capacité réduite à compenser les changements fonctionnels liés à la prolongation de la conduction auriculo-ventriculaire provoquée par le médicament.
Le médicament doit être administré avec prudence aux patients présentant des antécédents épileptiques.
Chez les sportifs, des résultats positifs aux tests anti-dopage ne sont pas exclus.
En cas de traitement par des agents inhibiteurs de la coagulation sanguine (comme l’héparine ou l’acide acétylsalicylique), on peut craindre qu’une ponction sanguine inopinée, effectuée dans le cadre d’une anesthésie locale, puisse engendrer des saignements sévères et aussi un accroissement général de la diathèse hémorragique.
Eviter une injection intravasculaire inadéquate.
Dans le cadre de la préparation de cavités et/ou de moignons pour couronne, il convient de prendre en compte la diminution de l’irrigation du tissu pulpaire liée à l’adrénaline adjuvée et du risque associé de pulpe découverte non décelée.
Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte contient du sodium en quantité inférieure à 1 mmol (23 mg) par ml, et peut donc être considéré comme étant essentiellement «non sodé».
Précautions d’emploi:
En cas d’utilisation d’un anesthésique local, les médicaments/traitements suivants doivent être disponibles:
·antispasmodiques (benzodiazépine ou barbituriques), myorelaxants, atropine et vasopresseurs ou adrénaline en cas de réactions allergiques ou anaphylactiques graves
·appareils de réanimation (oxygénothérapie en particulier) permettant une respiration artificielle si nécessaire
·après l’injection d’un anesthésique local, les fonctions vitales (cœur/circulation et respiration) ainsi que l’état de conscience du patient doivent être surveillés étroitement et en permanence. L’agitation, la peur, les acouphènes, les vertiges, les troubles de la vue, les tremblements, la dépression ou l’engourdissement peuvent être des signes précoces de toxicité sur le système nerveux central.

Interactions

Inhibiteurs de la MAO
L’action sympathomimétique de l’adrénaline peut être renforcée par la prise concomitante d’inhibiteurs de la MAO ou d’antidépresseurs tricycliques.
Antidiabétiques oraux
L’adrénaline peut inhiber la libération d’insuline dans le pancréas, réduisant ainsi l’action des antidiabétiques oraux.
Bêtabloquants non cardio-sélectifs
En cas de prise concomitante d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte avec des bêtabloquants non cardio-sélectifs, l’adrénaline contenue peut induire une élévation de la tension artérielle.
Phénothiazines
Les phénothiazines peuvent réduire ou inverser l’effet vasopresseur de l’adrénaline. L’utilisation concomitante de ces substances est généralement à éviter. Dans les cas où un traitement concomitant est indiqué, il est impératif de surveiller étroitement le patient.
Anticoagulants
Pendant un traitement anticoagulant, le risque d’hémorragie est généralement accru.
Anesthésiques d’inhalation
L’administration simultanée d’anesthésiques d’inhalation, comme l’halothane, peut sensibiliser le cœur pour les catécholamines et ainsi induire des troubles du rythme cardiaque après l’administration d’Ubistesin mite/d’Ubistesin/d’Ubistesin forte.

Grossesse/Allaitement

Aucune donnée clinique n’est disponible sur l’exposition à Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte pendant la grossesse. Des études chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effets nocifs directs ou indirects de l’articaïne sur la grossesse, le développement embryonnaire/fœtal, la naissance ou le développement postnatal. Des études de l’adrénaline chez l’animal ont montré une toxicité reproductive. Le risque potentiel pour l’homme n’est pas connu.
La plus grande prudence s’impose en cas d’utilisation pendant la grossesse (cf. rubrique «Données précliniques»).
Le passage de l’articaïne et de l’adrénaline dans le lait maternel n’est pas connu. La libération d’articaïne et d’adrénaline dans le lait maternel n’a pas été contrôlée dans le cadre d’études chez l’animal. La poursuite ou l’interruption de l’allaitement ou du traitement par Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte doit être déterminée en fonction de l’intérêt de l’allaitement pour l’enfant et de l’intérêt du traitement pour la mère.
Il est donc conseillé aux mères qui allaitent de jeter le lait tiré immédiatement après une anesthésie par articaïne.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Bien que les sujets d’expérience soumis à plusieurs tests n’aient présenté aucune anomalie de leur aptitude normale à participer à la circulation routière, le dentiste doit alerter le patient sur l’existence d’un risque potentiel pour sa sécurité en cas de conduite de véhicules et d’utilisation de machines. Le patient doit attendre au moins 30 minutes après l’injection pour quitter le cabinet.

Effets indésirables

Les réactions indésirables sont classifiées selon les classes d’organes et les indications de fréquence à partir de la définition suivante: très fréquents (≥1/10); fréquents (≥1/100, <1/10); occasionnels (≥1/1000, <1/100); rares (≥1/10’000, <1/1000); très rares (<1/10’000).
En raison de l’adjonction du principe actif de l’anesthésie locale articaïne les effets indésirables suivants peuvent se manifester:
Circulation sanguine et lymphatique
L’administration de doses importantes d’articaïne peut conduire à une méthémoglobinémie chez les patients souffrant d’une méthémoglobinémie à un stade sub-clinique.
Système immunitaire
Très rares, pas connu (fréquence impossible à évaluer en fonction des données disponibles): On peut observer une hypersensibilité à l’articaïne, avec éruption cutanée, œdème avec démangeaisons, prurit et érythème, ainsi que nausées, diarrhées, respiration haletante ou anaphylaxie.
Une réaction croisée à l’articaïne a également été observée chez un patient ayant manifesté une hypersensibilité de type tardif à la prilocaïne.
En règle générale, il faudrait administrer aux patients présentant une hypersensibilité démontrée à l’articaïne, ou à tout autre anesthésique local de type acide aminé, des anesthésies locales du groupe ester pour les futurs traitements.
Troubles psychiatriques
Rares: agitation, angoisse, état confusionnel, logorrhée.
Système nerveux
Rares: goût de métal, vertiges, nausées, vomissements, bâillements, tremblement, nystagmus, maux de tête, accélération du rythme respiratoire, paresthésie (perte de la sensibilité, sensations de brûlures, picotements) des lèvres, de la langue, ou des deux organes.
En cas de survenue de ces effets secondaires, il faut aussitôt prendre des mesures correctives pour éviter toute aggravation éventuelle: torpeur, confusion, tremblements, spasmes musculaires, convulsions clono-toniques, coma et paralysie respiratoire.
Oreille et conduit auditif
Rares: acouphènes.
Troubles cardiaques
Rares: baisse de la fréquence cardiaque, troubles de la conduction cardiaque, bradycardie, asystolie, arrêt de la circulation cardiovasculaire.
Troubles vasculaires
Rares: hypotension, chute de tension.
Organes respiratoires
Rares: tachypnée, suivie de bradypnée, pouvant conduire à une apnée.
En raison de l’adjonction de la vasoconstrictrice adrénaline (épinéphrine) les effets indésirables suivants peuvent se manifester:
Troubles cardiaques
Rares: palpitations cardiaques, douleurs de type angine de poitrine, tachycardies, tachyarythmies et arrêt de la circulation cardiovasculaire.
Troubles vasculaires
Rares: sensation de chaleur, suée, maux de tête de type migraineux, hausse de la tension artérielle, ainsi que l’hypertrophie œdémateuse aiguë de la thyroïde.
En raison de l’adjonction de l’excipient sulfite les effets indésirables suivants peuvent se manifester très rarement:
Système immunitaire
Réactions allergiques ou d’hypersensibilité sous forme de vomissements, diarrhée, respiration haletante, crise d’asthme aiguë, troubles de la conscience ou choc peuvent se manifester, en particulier chez les personnes souffrant d’asthme bronchique.
En raison du contenu des deux principes actifs, l’articaïne et l’adrénaline (épinéphrine), on peut observer les effets secondaires suivants:
Système nerveux
Une parésie faciale survenant deux semaines après le traitement a été décrite en relation à l’association d’articaïne/adrénaline (épinéphrine); ces symptômes étaient encore présents 6 mois plus tard.
En cas de manifestation simultanée de différentes complications et effets secondaires, on peut reconnaître des superpositions dans le tableau clinique (thérapie, voir «Surdosage»). Dans chaque groupe de fréquence, les effets secondaires sont indiqués dans un ordre de gravité décroissant.

Surdosage

Des réactions indésirables (concentration anormalement élevée de l’anesthésique local dans le sang) peuvent survenir immédiatement après l’injection, en raison d’une injection intravasculaire accidentelle ou de taux d’absorption anormaux (p. ex. inflammation ou forte vascularisation des tissus). Elles peuvent également être retardées en cas de réel surdosage secondaire à l’injection de solution anesthésique en quantité excessive et se manifester par des symptômes nerveux centraux et/ou vasculaires.
Symptômes dus au principe actif anesthésique local de l’articaïne:
Atteintes légères du système nerveux central, comme goût de métal, acouphènes, vertiges, nausées, vomissements, agitation, angoisse, accélération initiale de la fréquence respiratoire.
Symptômes plus graves, comme torpeur, confusion, tremblements, spasmes musculaires, convulsions clono-toniques (crises convulsives), coma et paralysie respiratoire.
De sévères complications cardiovasculaires se manifestent sous forme de baisse de la tension artérielle, troubles de la conduction cardiaque, bradycardie, arrêt cardiaque/de la circulation cardiovasculaire.
Symptômes provoqués par la vasoconstrictrice adrénaline (épinéphrine):
Manifestations cardiovasculaires telles que sensation de chaleur, suée, palpitations cardiaques, maux de tête de type migraineux, hausse de la tension, douleurs de type angine de poitrine, tachycardies, tachyarythmies, arrêt cardiaque/ de la circulation cardiovasculaire et hypertrophie œdémateuse aiguë de la thyroïde.
En cas de manifestation simultanée de différentes complications et effets secondaires, on peut reconnaître des superpositions dans le tableau clinique.
Thérapie
En cas de réactions indésirables, l’utilisation de l’anesthésique local doit être interrompue.
MESURES DE BASE GÉNÉRALES:
Diagnostic (respiration, circulation, état de conscience), maintien/rétablissement des fonctions vitales telles que respiration et circulation, administration d’oxygène, accès intraveineux.
MESURES SPÉCIFIQUES:

Hypertension:

position verticale du buste, éventuellement administration de nifédipine sublinguale.

Crise convulsive:

protéger le patient des lésions secondaires, éventuellement administration de benzodiazépine (par exemple diazépam i.v.)

Hypotension:

allonger le patient à plat, éventuellement perfusion intravasculaire d’une solution électrolytique complète, vasopresseurs (p.ex. étiléfrine i.v.).

Bradycardie:

atropine i.v.

Choc anaphylactique:

appeler un médecin d’urgence, entre-temps, allonger le patient en position de choc, les jambes relevées, perfusion importante d’une solution électrolytique complète, éventuellement épinéphrine i.v., cortisone i.v.

Arrêt cardiaque/de la circulation cardiovasculaire:

réanimation cardio-pulmonaire immédiate, appeler un médecin d’urgence.

Propriétés/Effets

Code ATC: N01BB58
PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
Pharmacodynamie
Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte contient de l’articaïne, anesthésique local du type amide utilisé en médecine dentaire. L’articaïne entraîne une inhibition réversible de l’excitabilité des fibres nerveuses végétatives, sensorielles et motrices. Le principe actif de l’articaïne est supposé d’être le blocage des canaux Na+ sensibles au voltage, situés sur la membrane des fibres nerveuses.
Elle est caractérisée par une installation rapide de l’anesthésie (temps de latence de 1 à 3 minutes), par une action fiable avec effet analgésique puissant et par une bonne tolérance locale.
La durée de l’anesthésie pulpaire est d’au moins 30 minutes dans le cas de d'Ubistesin mite, d’au moins de 45 minutes dans le cas d’Ubistesin et d’au moins 75 minutes dans celui d’Ubistesin forte. La durée de l’anesthésie des parties molles est 60-120 minutes pour Ubistesin mite et 120–240 minutes pour Ubistesin et Ubistesin forte.
L’adrénaline induit localement une vasoconstriction ralentissant la résorption de l’articaïne. Les conséquences sont une concentration plus forte de l’anesthésique local à l’endroit visé pendant une longue durée et une réduction de la survenue d’effets secondaires systémiques indésirables.

Pharmacocinétique

Ubistesin mite/Ubistesin/Ubistesin forte est rapidement et largement résorbé.
Dans les cas d’une injection intraorale, le taux plasmatique maximal d’articaïne est atteint au bout d’environ 10–15 minutes (Tmax). Le volume de distribution est de 1,67 l/kg. La demi-vie d’élimination est environ 20 minutes.
Dans le sérum, 95% de l’articaïne sont liés aux protéines plasmatiques.
L’articaïne est rapidement hydrolysée par la cholinestérase plasmatique en acide articaïnique, son principal métabolite, qui est décomposé à son tour en glucuronide d’acide articaïnique.
L’articaïne et ses produits de décomposition sont évacués principalement dans l’urine. L’adrénaline est rapidement dégradée par le foie et d’autres tissus.
Les produits de décomposition sont éliminés par les reins.

Données précliniques

Les symptômes d’une intoxication à l’articaïne sont survenus indépendamment du mode d’administration (i.v., i.m., s.c. et p.o.) et de l’espèce animale. Ils ont inclus des tremblements, des vertiges ainsi que des convulsions toniques et cloniques. La durée et l’intensité des symptômes ont été dose-dépendantes: à posologie élevée (dose unique de 50 à 100 mg/kg), les convulsions ont été fatales; à posologie faible, tous les symptômes ont disparu dans les 5 à 10 minutes. Des doses létales d’articaïne ont provoqué des œdèmes pulmonaires chez le souri (i.v. et s.c.) et le rat (i.v., i.m., s.c. et p.o.).
Aucune étude sur la mutagénicité et la cancérogénicité n’a été réalisée à ce jour.
Chez le rat, le lapin et le chat, l’articaïne n’a eu aucun effet sur le développement embryonnaire ou fœtal in utero et n’a pas entraîné de malformation squelettique ou organique. Les petits de rates allaitantes, chez lesquelles l’administration d’articaïne à haute dose (80 mg/kg/jour) a entraîné une toxicité maternelle, ont ouvert leurs yeux plus tard et ont présenté une probabilité d’échec accrue au test d’évitement passif.
L’adrénaline a été potentiellement tératogène chez le rat à des doses toutefois 25 fois supérieures à la dose thérapeutique chez l’homme.
Après administration i.v., la présence d’adrénaline dans un rapport de 1:100’000 a augmenté la toxicité de l’articaïne chez le rat et la souris, mais pas chez le lapin.

Remarques particulières

Incompatibilités
En l’absence d’études de compatibilité, il faut s’abstenir de mélanger ce médicament à tout autre substance médicamenteuse.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l’emballage.
Remarques concernant le stockage
Tenir hors de la portée des enfants.
Ne pas conserver au-dessus de 25°C. Conserver les cartouches dans la boîte pour protéger le contenu de la lumière.
Remarques concernant la manipulation
Les cartouches déjà entamées ne doivent pas être utilisées pour les patients suivants. Les restes doivent être éliminés.

Numéro d’autorisation

49589 (Swissmedic)

Présentation

Boîte à 50 cartouches Ubistesin mite, Ubistesin ou Ubistesin forte de 1,7 ml chacune. [B]

Titulaire de l’autorisation

3M (Schweiz) GmbH
8803 Rüschlikon

Mise à jour de l’information

Septembre 2016

LGPL2017 ywesee.com, Commit-ID
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home