ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Ketalar®:Pfizer PFE Switzerland GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Posologie/Mode d’emploi

Dispositions préopératoires
En général, il faut observer le jeûne habituel de six heures, surtout en prévision de l'adjonction, parfois indispensable, d'un autre anesthésique ou d'un myorelaxant. En cas d'urgence, Ketalar peut aussi être administré à des patients dont on n'est pas certain qu'ils soient à jeun. La conservation des réflexes lors d'une anesthésie au Ketalar offre une certaine protection contre le risque d'aspiration.
L'administration d'atropine, de scopolamine ou d'autres antisécrétoires doit être effectuée comme d'habitude.
Toute médication adrénergique doit être suspendue avant l'anesthésie au Ketalar.
Le dropéridol (0.1 mg/kg i.m.) ou le diazépam (0.1 mg/kg i.m.) permettent d'atténuer les réactions pouvant survenir au réveil.
Recommandations pour la posologie
Comme pour tous les anesthésiques généraux, la réponse individuelle au Ketalar varie en fonction d'une série de facteurs tels que la dose, la voie d'injection et le poids du patient. Par conséquent, la posologie ne peut être fixée rigoureusement et doit être adaptée aux besoins de chaque patient.
Les posologies indiquées se rapportent à la kétamine-base.
Injection intraveineuse
Dose initiale: 0.7 à 2 mg/kg de poids corporel.
L'expérience a montré qu'une anesthésie chirurgicale de 5-10 minutes requiert en moyenne 1-2 mg/kg. La solution doit être injectée lentement, en 60 secondes (cf. «Mises en garde et précautions»). Le patient sera prêt pour l'opération environ 30 secondes après l'injection, cette latence étant fonction du temps circulatoire.
Chez les patients à risque, très âgés ou en état de choc, la dose d'induction est de l'ordre de 0.5 mg/kg.
Obstétrique: en obstétrique, en cas d'accouchement par voie vaginale ou pour l'induction de l'anesthésie en prévision d'une césarienne, des doses intraveineuses de 0.2-1.0 mg/kg sont recommandées (cf. «Grossesse/Allaitement»).
Toutefois, nous ne disposons pas de données sur le maintien de l'effet anesthésiant de la kétamine chez les parturientes; il est donc impossible d'émettre des recommandations posologiques pour ces patientes.
En raison de l'apparition très rapide de l'effet après l'administration i.v. du produit, le patient doit être couché en position détendue lors de l'injection.
Injection intramusculaire
Dose initiale: 4-8 mg/kg de poids corporel. L'expérience montre que cette dose permet d'obtenir en quelques minutes une anesthésie chirurgicale d'une durée de 12-25 minutes.
Si la dose initiale est répartie sur plusieurs sites intramusculaires, il faut réduire la posologie à 3-5 mg/kg.
Comme lors de toute anesthésie générale, il importe d'être particulièrement vigilant pendant la phase d'induction.
Obstétrique: il n'existe aucune donnée sur l'utilisation intramusculaire chez des parturientes; il est donc impossible d'émettre des recommandations posologiques pour ces patientes. Les données pharmacocinétiques disponibles figurent sous «Pharmacocinétique, Distribution».
Prolongation de l'anesthésie
Pour prolonger l'anesthésie au Ketalar, il convient de réinjecter une dose comprise entre la moitié et la totalité de la dose nécessaire pour l'induction, par voie intraveineuse ou intramusculaire, en fonction des besoins. L'apparition d'un nystagmus ou de réactions de défense (mouvements en réponse à des stimuli) ainsi que l'émission de sons indiquent que l'effet anesthésique s'estompe et qu'il faut injecter une nouvelle dose.
Des mouvements involontaires des extrémités peuvent se produire durant l'anesthésie, mais ils ne doivent pas être interprétés comme le signe d'une anesthésie incomplète et n'exigent pas de réinjection.
Après induction i.v., l'anesthésie peut être maintenue par l'administration de kétamine en perfusion continue. Pour ce faire, on dilue en général 500 mg de kétamine dans 500 ml de soluté glucosé ou de sérum physiologique puis on perfuse la solution ainsi obtenue à la dose d'entretien de 20-60 gouttes/minute. La dose totale requise est de 2-6 mg/kg/h; elle sera d'environ 6 mg/kg/h si on utilise de l'oxygène pur pour assurer la ventilation, p.ex. chez un patient à risque, ou de 2-4 mg/kg/h en cas d'administration complémentaire d'un mélange de protoxyde d'azote et d'oxygène ou de diazépam.
Lors d'une administration de kétamine en perfusion continue, l'induction de l'anesthésie peut être effectuée au moyen d'une perfusion rapide (80-100 gouttes/min) au lieu d'un bolus intraveineux.
Si l'on règle la perfusion à une posologie considérablement réduite (0.2-0.5 mg/kg/h), on obtient une analgésie prononcée et seulement une légère somnolence.
Développement d'une tolérance
Lors de l'administration répétée de kétamine sur une courte période, une tolérance aiguë peut survenir, notamment chez des enfants en bas âge; une augmentation appropriée de la dose de kétamine permet d'obtenir l'effet anesthésique souhaité chez ces patients.
Instructions spéciales pour la posologie
Pédiatrie
À ce jour, la posologie de la kétamine n'a pas été suffisamment étudiée chez l'enfant et l'adolescent. En raison d'informations limitées et de l'expérience, la posologie de la kétamine chez l'enfant et l'adolescent (tout comme chez l'adulte) est déterminée en fonction du poids corporel.
La kétamine ne doit pas être utilisée chez les enfants de moins de 3 mois en raison de complications respiratoires potentielles.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home