ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Bactrim forte, Comprimés:Roche Pharma (Schweiz) AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Propriétés/Effets

Code ATC: J01EE01
Mécanisme d’action/Pharmacodynamique
Les deux principes actifs de Bactrim exercent une activité synergique, qui repose sur le blocage de deux enzymes catalysant des réactions successives dans la biosynthèse de l’acide folinique chez le micro-organisme. En raison de ce mécanisme d’action, l’effet bactéricide du co-trimoxazole s’exerce, in vitro, à des concentrations qui ne sont, en général, que bactériostatiques pour chacun des principes actifs administrés séparément. De plus, le co-trimoxazole agit souvent de façon efficace sur des micro-organismes résistants à l’un ou l’autre des composants. Grâce à la dualité de l’action du co-trimoxazole, le risque de développement d’une résistance étendue à l’égard de ce produit est réduit au minimum.
In vitro, le spectre antibactérien du co-trimoxazole englobe de nombreux agents pathogènes Gram positifs et Gram négatifs, la sensibilité pouvant toutefois dépendre de la zone géographique concernée.
Germes généralement sensibles (CMI < 80 mg/l)*
Coques: Branhamella catarrhalis.
Bâtonnets Gram négatifs: Haemophilus parainfluenzae, Klebsiella oxytoca, autres espèces de Klebsiella, Enterobacter aerogenes, Hafnia alvei, Serratia marcescens, Serratia liquefaciens, autres espèces de Serratia, Yersinia enterocolitica, autres espèces de Yersinia, Vibrio cholerae.
Autres bâtonnets Gram négatifs: Edwardsiella tarda, Alcaligenes faecalis, Burkholderia (Pseudomonas) pseudomallei.
Sur la base des résultats cliniques disponibles, les micro-organismes suivants doivent également être considérés comme sensibles: Brucella, Listeria monocytogenes, Nocardia asteroides,
Pneumocystis jirovecii, Cyclospora cayetanensis.
Germes partiellement sensibles (CMI = 80 - 160 mg/l)*
Coques: Staphylococcus aureus (sensible et résistant à la méticilline), Staphylococcus spp. (coagulase-négatifs), Streptococcus pneumoniae (sensible et résistant à la pénicilline).
Bâtonnets Gram négatifs: Haemophilus influenzae (producteur et non-producteur de &#xF062;-lactamases), Haemophilus ducreyi, E. coli, Klebsiella pneumonia, Proteus mirabilis, Proteus vulgaris, Morganella morganii, Shigella spp., Enterobacter cloacae, Providencia rettgeri, autres espèces de Providencia, Salmonella typhi, Salmonella enteritidis, Stenotrophomonas maltophilia (anciennement Xanthomonas maltophilia). Citrobacter freundii, autres espèces de Citrobacter.
Autres bâtonnets Gram négatifs: Acinetobacter lwoffi, Acinetobacter anitratus (surtout A. baumanii), Aeromonas hydrophila.
Germes résistants (CMI >160 mg/l)*
Burkholderia (Pseudomonas) cepacia, Pseudomonas aeruginosa, Mycoplasma spp., Mycobacterium tuberculosis, Treponema pallidum, Neisseria gonorrhoeae, Bacteroides, autres germes strictement anaérobies.
*Equivalents du SMZ
Lorsque Bactrim est administré de manière empirique, il importe de connaître la prévalence locale de la résistance bactérienne au co-trimoxazole dans le cadre de l’infection à traiter.
Lors d’infections dues à des germes à sensibilité intermédiaire, il est recommandé de procéder à un test de sensibilité afin d’exclure une éventuelle résistance.
La sensibilité au co-trimoxazole peut être déterminée grâce à des méthodes normalisées telles que celles recommandées par l’European Committee on Antimicrobial Susceptibility Testing (EUCAST) en utilisant des tests à disques ou des tests de dilution. Les paramètres recommandés par l’EUCAST comme critères de sensibilité sont les suivants:
Tableau 4

Test à disquesa,
Diamètre de la zone d’inhibition (mm)

Test de dilutionb,
CMI (mg/ml)

TM

SMZ

Enterobacteriaceae

Sensible

³ 14

£ 2

£ 38

Résistant

< 11

> 4

> 76

Acinetobacter spp.

Sensible

³ 14

£ 2

£ 38

Résistant

< 11

> 4

> 76

Stenotrophomonas maltophiliac

Sensible

³ 16

£ 4

£ 76

Résistant

< 16

> 4

> 76

Staphylococcus spp.

Sensible

³ 17

£ 2

£ 38

Résistant

< 14

> 4

> 76

Enterococcus spp.d

Sensible

³ 50

£ 0,03

£ 0,57

Résistant

< 21

> 1

> 19

Streptococcus pneumoniae

Sensible

³ 18

£ 1

£ 19

Résistant

< 15

> 2

> 38

Streptococcus des groupes A, B, C et G

Sensible

≥ 18

≤ 1

≤ 19

Résistant

< 15

> 2

> 38

Haemophilus influenzae & Haemophilus parainfluenzae

Sensible

³ 23

£ 0,5

£ 9,5

Résistant

< 20

> 1

> 19

Listeria monocytogenes

Sensible

≥ 29

≤ 0,06

≤ 1,14

Résistant

< 29

> 0,06

> 1,14

Pasteurella multocida

Sensible

≥ 23

≤ 0,25

≤ 4,75

Résistant

< 23

> 0,25

> 4,75

Moraxella catarrhalis

Sensible

≥ 18

≤ 0,5

≤ 9,5

Résistant

< 15

> 1

> 19

a Disque: 1,25 mg de TM et 23,75 mg de SMZ
b TM et SMZ dans le rapport 1 + 19
c Les valeurs critiques reposent sur un traitement à fortes doses, ≥ 240 mg de triméthoprime et 1,2 g de sulfaméthoxazole, administrés simultanément deux fois par jour
d L’activité du TM et du TM-SMZ visà-vis des entérocoques n’est pas connue; c’est pourquoi la population de type sauvage est considérée comme intermédiaire.
Aucune valeur critique EUCAST n’est disponible pour les espèces suivantes, les valeurs critiques CLSI (disque [mm]; et dilution [µg/ml]) sont indiquées entre parenthèses:
-Burkholderia cepacia (S, ≥ 16; I, 11 - 15; R, ≤ 10; et S, ≤ 2/≤ 38; I, non disponible; R, ≥ 4/≥ 76)
-«Autres non entérobactéries», c.-à-d. Pseudomonas spp. et autres bacilles à Gram négatif non exigeants, ne fermentant pas le glucose, mais sans P. aeruginosa, Acinetobacter spp., Burkholderia cepacia, et S. maltophilia (disque, non disponible; et S, ≤ 2/≤ 38; I, non disponible; R, ≥ 4/≥ 76)
-Neisseria meningitidis (S, ≥ 30; I, 26 - 29; R, ≤ 25; et S, ≤ 0,12/≤ 2,4; I, 0,25/4,75; R, ≥ 0,5/≥ 9,5)
Apparition d’une résistance/résistance croisée
Une résistance au co-trimoxazole ne survient que rarement en cours de traitement. Il existe une résistance croisée entre tous les sulfamides; l’acquisition d’une résistance au co-trimoxazole n’entraîne pas de résistance croisée à l’égard d’antibiotiques chimiquement non apparentés.
Synergie/Antagonisme
Il existe une synergie marquée entre le sulfaméthoxazole et le triméthoprime. Le plus souvent, cette synergie persiste en présence d’une résistance à l’un des deux principes actifs.
Efficacité clinique
L’efficacité clinique de Bactrim pour les indications autorisées les plus courantes (voir «Indications/Possibilités d’emploi») a été démontrée au moyen de nombreuses études cliniques.
Cela vaut en particulier pour la prophylaxie d’une pneumonie à Pneumocystis jirovecii (ancienne désignation: pneumonie à Pneumocystis carinii, PCP) chez les patients atteints du sida:
On a comparé les comprimés de Bactrim (80/400 mg) aux comprimés de Bactrim forte (160/800 mg) chez 260 patients VIH positifs – qui n’avaient pas encore contracté de PCP et dont le nombre de CD4 était situé en dessous de 200 cellules/µl – dans le cadre d’une étude randomisée conduite aux Pays-Bas et comportant une période médiane de suivi d’une année [Référence 1]. Aucun des patients des deux groupes de traitement n’a développé de PCP. Il a été signalé pour le groupe traité par Bactrim forte plus d’effets indésirables, qui ont exigé l’arrêt de la médication par TM-SMZ (rapport des risques 1,4; IC 95% 0,95-2,02).
L’administration journalière de comprimés de Bactrim forte a été comparée à une triple administration hebdomadaire chez 2625 patients VIH positifs – qui avaient en partie préalablement contracté une PCP et dont le nombre de CD4 était situé en dessous de 200 cellules/µl – dans le cadre d’une étude randomisée multicentrique comportant une période médiane de suivi proche de deux ans [Référence 2]. L’analyse en ITT (intent to treat) a montré que l’incidence annuelle de la PCP était comparable pour les deux groupes de traitement: 3,5 respectivement 4,1 (risque relatif 0,82; IC 95% 0,69–1,09). L’analyse en OT (on treatment) a mis en évidence un risque plus faible de développer une PCP lors d’administration journalière (risque relatif 0,59; IC 95% 0,37-0,95).
L’interruption du traitement par TM-SMZ à la suite d’effets indésirables s’est avérée être plus fréquente lors d’administration journalière (risque relatif 2,14; IC 95% 1,73-2,66).

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home