ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Diamicron MR 30/60 mg:Servier (Suisse) SA
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principes actifs
Gliclazidum.
Excipients
Pour Diamicron MR 30 mg: hydrogénophosphate de calcium dihydraté, maltodextrine, hypromellose, stéarate de magnésium, silice colloïdale anhydre.
Pour Diamicron MR 60 mg: lactose monohydrate, maltodextrine, hypromellose, stéarate de magnésium, silice colloïdale anhydre.

Indications/Possibilités d’emploi

Diabète non insulino-dépendant (de type 2) lorsqu'un régime diététique, de l'exercice physique et une réduction pondérale sont insuffisants.

Posologie/Mode d’emploi

Voie orale, en une seule prise au moment du petit déjeuner.
Réservé à l'adulte.
La dose quotidienne peut varier de 30 mg à 120 mg.
Pour Diamicron MR 30 mg: de 1 à 4 comprimés par jour.
Pour Diamicron MR 60 mg: d'un demi à deux comprimés par jour,
Il est recommandé d'avaler les demi-comprimés ou les comprimés entiers tels quels, sans les écraser ni les croquer.
En cas d'omission d'une dose, la dose prise le lendemain ne doit pas être augmentée.
Comme pour tout agent hypoglycémiant, la dose doit être ajustée à la réponse métabolique de chaque patient (glycémie, glycosurie, HbA1c).
Instauration du traitement
Dose initiale
La dose initiale recommandée est de 30 mg par jour. Si cette dose assure un contrôle efficace de la glycémie, elle peut être conservée comme traitement d'entretien.
En cas de contrôle insuffisant de la glycémie, la dose peut être augmentée à 60, 90 ou 120 mg par jour par paliers successifs. L'intervalle précédant chaque augmentation de la dose doit être de 2 semaines au moins.
La dose quotidienne maximale recommandée est de 120 mg.
Un comprimé à libération modifiée de Diamicron MR 60 mg équivaut à deux comprimés à libération modifiée de Diamicron MR 30 mg. La sécabilité des comprimés à libération modifiée de Diamicron MR 60 mg permet de prendre une dose de 30 mg sous la forme d'un demi-comprimé ou une dose de 90 mg sous celle d'un comprimé et demi.
Passage de Diamicron 80 mg comprimés à Diamicron MR 30 mg ou Diamicron MR 60 mg comprimés à libération modifiée
Un comprimé de Diamicron 80 mg est comparable à un comprimé de Diamicron MR 30 mg (soit ½ comprimé de Diamicron MR 60 mg).
Le passage d'un médicament à l'autre peut donc avoir lieu sous contrôle soigneux de la glycémie.
Passage d'un autre antidiabétique oral à Diamicron MR 30 mg ou Diamicron MR 60 mg
Diamicron MR 30 mg ou Diamicron MR 60 mg peuvent être utilisés en remplacement d'autres agents antidiabétiques oraux.
La posologie et la demi-vie des antidiabétiques précédents doivent être prises en compte lors du passage à Diamicron MR 30 mg ou Diamicron MR 60 mg.
Aucune phase de transition n'est généralement nécessaire. Une dose initiale de 30 mg doit être utilisée et ajustée ensuite à la glycémie du patient, de la façon décrite ci-dessus.
En cas de relais d'un sulfamide hypoglycémiant à demi-vie longue (par ex., le chlorpropamide), un intervalle libre de quelques jours peut s'avérer nécessaire et les patients seront suivis pendant 1 à 2 semaines afin d'éviter la survenue d'une hypoglycémie en raison de la possibilité de chevauchement des effets thérapeutiques. La procédure d'initiation du traitement doit également être suivie lors du passage à Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg, c'est-à-dire l'utilisation d'une dose initiale de 30 mg/jour, suivie d'une augmentation progressive de la dose en fonction de la réponse métabolique.
Traitement associé
Association avec d'autres agents antidiabétiques
Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg peuvent être associé aux biguanides, aux inhibiteurs de l'alpha-glucosidase ou à l'insuline.
Chez les patients insuffisamment contrôlés avec Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg, une insulinothérapie concomitante peut être initiée sous surveillance médicale stricte.
Instructions posologiques particulières
Chez les patients présentant un risque d'hypoglycémie:
·Patients dénutris ou malnutris,
·patients souffrant de troubles endocriniens sévères ou mal compensés (hypopituitarisme, hypothyroïdie, insuffisance adrénocorticotrope),
·arrêt d'une corticothérapie prolongée et/ou à doses élevées,
·affection vasculaire sévère (maladie coronarienne sévère, insuffisance carotidienne sévère, angiopathie diffuse).
Il est recommandé d'utiliser la dose initiale quotidienne minimale de 30 mg.
Patients obèses
Il est essentiel de limiter l'apport calorique et de réduire le poids corporel. Le traitement par Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg n'empêche pas la perte de poids chez le patient obèse.
Patients présentant des troubles de la fonction hépatique
Chez les patients atteints d'une insuffisance hépatique légère à modérée: La dose d'instauration et la dose d'entretien doivent être déterminées avec précaution pour éviter toute réaction hypoglycémique (voir rubrique «Pharmacocinétique»).
Patients présentant des troubles de la fonction rénale
Chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère à modérée, la posologie sera identique à celle des sujets à fonction rénale normale. Ces données ont été confirmées dans des essais cliniques.
Patients âgés
Chez le patient âgé (plus de 65 ans), la posologie sera identique à celle de l'adulte de moins de 65 ans.
Enfants et adolescents
La sécurité et l'efficacité de Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg chez l'enfant et l'adolescent ne sont pas établies.

Contre-indications

·Hypersensibilité au gliclazide ou à l'un des excipients mentionnés dans la rubrique « Composition », à d'autres sulfamides hypoglycémiants, aux sulfamides,
·diabète de type 1,
·précoma et coma diabétique, acidocétose diabétique, diabète juvénile,
·insuffisance hépatique ou rénale sévère: une insulinothérapie est alors recommandée,
·traitement par le miconazole (voir rubrique «Interactions»),
·allaitement, grossesse (voir rubrique «Grossesse/Allaitement»),
·troubles surrénaliens et thyroïdiens sévères.

Mises en garde et précautions

Hypoglycémie
Comme pour les autres sulfamides hypoglycémiants, le traitement par Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg peut provoquer une hypoglycémie en cas d'irrégularité des heures de repas et, en particulier, en cas d'omission de repas. Les symptômes possibles d'une hypoglycémie sont les suivants: céphalées, sensation intense de faim, nausées, vomissements, fatigue, troubles du sommeil, agitation, agressivité, difficultés de concentration, diminution de l'attention et ralentissement des réactions, dépression, confusion mentale, troubles de la vue et du langage, aphasie, tremblements, parésie, troubles sensitifs, vertiges, sensation d'impuissance, perte du contrôle de soi, délire, convulsions, respiration superficielle, bradycardie, somnolence et perte de conscience pouvant aller jusqu'au coma avec issue éventuellement fatale.
De plus, on peut observer des signes de contre-régulation adrénergique: sueurs abondantes, moiteur de la peau, anxiété, tachycardie, hypertension artérielle, palpitations, angor et troubles du rythme cardiaque.
Ces symptômes disparaissent généralement avec la prise de glucides (sucre). Les édulcorants de synthèse n'ont cependant aucun effet. L'expérience acquise avec d'autres sulfamides hypoglycémiants montre que l'hypoglycémie peut récidiver malgré des mesures initialement efficaces.
En cas d'épisode hypoglycémique sévère ou prolongé, et même s'il est temporairement contrôlé par la prise de sucre, un traitement médical immédiat, voire une hospitalisation, est indispensable.
Ce traitement ne doit être prescrit qu'aux patients ayant des apports alimentaires réguliers (y compris le petit déjeuner). Il est important que les apports de glucides soient réguliers en raison du risque accru d'hypoglycémie en cas de repas tardif, quantitativement inadéquat ou pauvre en glucides. Le risque d'hypoglycémie est plus grand au cours des régimes hypocaloriques, après un exercice physique prolongé ou intense, en cas d'absorption d'alcool ou d'utilisation d'une association d'agents hypoglycémiants.
Une hypoglycémie peut survenir après l'administration de sulfamides hypoglycémiants (voir rubrique «Effets indésirables»). Elle peut être sévère et prolongée. Une hospitalisation peut être nécessaire et l'administration de glucose peut devoir être poursuivie plusieurs jours.
Pour éviter tout incident hypoglycémique, il est essentiel de procéder à une sélection des patients, d'établir la posologie adéquate, de donner des instructions appropriées au patient et de contrôler régulièrement la glycémie.
En effet, il y a un risque non négligeable d'hypoglycémie lors de l'ajustement de la posologie, plus particulièrement lors de l'instauration du traitement, ou lorsque Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg remplace un autre antidiabétique oral, mais aussi lors d'une prise irrégulière du médicament ou de repas.
Facteurs aggravant le risque d'hypoglycémie:
·Le patient refuse ou est incapable de coopérer,
·malnutrition, horaires de repas irréguliers, omission de repas, périodes de jeûne ou modifications du régime alimentaire,
·déséquilibre entre l'exercice physique et les apports glucidiques,
·insuffisance rénale,
·insuffisance hépatique sévère,
·surdosage de Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg,
·certains troubles endocriniens: troubles thyroïdiens, hypopituitarisme et insuffisance surrénalienne,
·administration concomitante de certains autres médicaments (voir rubrique «Interactions»),
·sclérose cérébro-vasculaire.
Comme avec tous les autres sulfamides hypoglycémiants et l'insuline, il faut être particulièrement vigilant vis-à-vis du risque d'hypoglycémie chez les patients souffrant de complications cardio-vasculaires sévères et instables.
Les symptômes précurseurs d'une hypoglycémie peuvent être atténués, voire absents chez les patients âgés, en cas de neuropathie diabétique, d'administration simultanée de bêta-bloquants, de clonidine ou de substances agissant d'une façon similaire (voir rubrique «Interactions»).
Si une gastro-entérite ou une carence calorique d'une autre origine se déclare chez le patient âgé, le traitement par Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg devra être transitoirement suspendu.
Insuffisance rénale et hépatique
La pharmacocinétique et/ou la pharmacodynamique du gliclazide peuvent être modifiées chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique ou d'insuffisance rénale sévère. Chez ces patients, un épisode hypoglycémique peut être prolongé, de sorte qu'un traitement approprié doit être instauré.
Information destinée au patient
Il convient d'expliquer au patient et à ses proches les risques qu'il a de faire une hypoglycémie, en particulier au cours de la nuit, les symptômes (voir rubrique «Effets indésirables») de ce phénomène ainsi que le traitement à instaurer; on leur expliquera également les facteurs favorisant l'apparition de l'hypoglycémie.
Le patient doit être informé de l'importance du respect des consignes alimentaires, d'un exercice physique régulier et d'une surveillance régulière de la glycémie.
Diminution de l'effet anti-diabétique
En cas de stress, notamment d'états fébriles durables, de traumatismes, d'infections, d'interventions chirurgicales, de l'utilisation de préparations à base d'Hypericum perforatum (millepertuis) (voir rubrique «Interactions») le diabète peut s'aggraver. Il est alors impératif de substituer provisoirement Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg par l'insuline.
L'effet de tous les antidiabétiques oraux (Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg inclus) diminue avec le temps. Ce phénomène est imputable à l'aggravation progressive de la maladie ou à un amoindrissement de la réponse au médicament. Ce phénomène porte le nom d'échec secondaire, à distinguer de l'échec primaire observé lorsqu'une substance active est inefficace en traitement de première intention. Il convient d'envisager un ajustement approprié de la dose et une observance alimentaire correcte avant d'affirmer un échec secondaire.
Lorsque le traitement d'entretien ne permet plus un contrôle satisfaisant de la glycémie, Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg devrait être substitué par un autre traitement ou peut être administré simultanément avec un antidiabétique oral du type biguanide (voir rubrique «Posologie/Mode d'emploi»).
Dysglycémie
Des troubles glycémiques, dont hypoglycémie et hyperglycémie, ont été rapportés chez des patients diabétiques recevant un traitement concomitant par fluoroquinolones, en particulier chez les patients âgés. Ainsi, une surveillance étroite de la glycémie est recommandée chez tous les patients recevant simultanément Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg et une fluoroquinolone.
Examens biologiques
La mesure de l'hémoglobine glycosylée (ou de la glycémie à jeun) est recommandée pour évaluer le contrôle de la glycémie. L'auto-détermination de la glycémie peut également être utile.
Le traitement des patients présentant un déficit en G6PD avec des sulfamides hypoglycémiants peut induire une anémie hémolytique. Le gliclazide appartenant à la classe chimique des sulfamides hypoglycémiants, il convient d'être prudent chez les patients présentant un déficit en G6PD et d'envisager l'administration d'un agent hypoglycémiant non sulfamidique.
Porphyrie:
Des cas de porphyrie aiguë ont été décrits avec la classe des sulfonylurées chez des patients atteints de porphyrie.
Excipients
Diamicron MR 60 mg ne doit pas être administré aux patients atteints de troubles héréditaires rares d'intolérance au galactose, de déficit en lactase de Lapp ou de malabsorption du glucose-galactose.

Interactions

1. Les produits ci-dessous sont susceptibles d'aggraver le risque d'hypoglycémie
Association contre-indiquée
Miconazole (voie générale, gel oro-muqueux): accentue l'effet hypoglycémiant avec survenue possible de symptômes hypoglycémiques, voire d'un coma.
Association déconseillées
Alcool: accroît l'hypoglycémie réactionnelle (en inhibant les réactions compensatrices) qui peut aboutir à la survenue d'un coma hypoglycémique.
L'alcool ou les médicaments contenant de l'alcool doivent être évités.
Associations requérant des précautions d'emploi
Une potentialisation de l'effet hypoglycémiant et donc, dans certains cas, une hypoglycémie peuvent se produire en cas de prise d'un des médicaments suivants:autres agents antidiabétiques (insulines, acarbose, metformine, thiazolidinediones, inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase-4, agonistes des récepteurs GLP-1), bêta-bloquants, fluconazole, inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (captopril, énalapril), inhibiteurs H2 (cimétidine, ranitidine), IMAO, sulfamides, clarithromycine et anti-inflammatoires non stéroïdiens (notamment salicylate).
Associations à prendre en compte
Les médicaments suivants peuvent renforcer l'effet hypoglycémiant du gliclazide: les fibrates (notamment clofibrate), les stéroïdes anabolisants et hormones sexuelles masculines, la fluoxétine, la pentoxifylline (parentérale, à hautes doses), le probénécide, les cytostatiques de type du cyclo et ifosfamide, les dérivés de la coumarine, la tétracycline et le chloramphénicol.
Certains médicaments (bêtabloquants, clonidine et substances ayant un effet comparable) peuvent dissimuler les premiers symptômes d'hypoglycémie (voir rubrique «Mises en garde et précautions»).
2. Les produits ci-dessous peuvent entraîner une augmentation de la glycémie
Association déconseillée
Danazol: effet diabétogène du danazol.
S'il n'est pas possible d'éviter l'utilisation de cette substance active, avertir le patient en insistant sur l'importance des contrôles de la glycosurie et de la glycémie. Il peut être nécessaire d'ajuster la dose de l'agent antidiabétique pendant et après l'administration du danazol.
Associations requérant des précautions d'emploi
Chlorpromazine (neuroleptique): les doses élevées (>100 mg de chlorpromazine par jour) augmentent la glycémie (par diminution de la sécrétion d'insuline).
Avertir le patient en insistant sur l'importance de la surveillance de la glycémie. Il peut être nécessaire d'ajuster la dose de la substance active antidiabétique pendant et après l'administration du neuroleptique.
Glucocorticoïdes (voie générale et locale: préparations intra-articulaires, cutanées et rectales) et tétracosactide: augmentation de la glycémie avec éventuelle cétose (diminution de la tolérance aux glucides due aux glucocorticoïdes).
Avertir le patient en insistant sur l'importance de la surveillance de la glycémie, surtout en début de traitement. Il peut être nécessaire d'ajuster la dose de la substance active antidiabétique pendant et après l'administration des glucocorticoïdes.
Salbutamol, terbutaline: (voie I.V.):
Augmentation de la glycémie due aux effets bêta-2 agonistes.
Souligner l'importance de la surveillance de la glycémie. Passer à l'insuline si besoin.
Préparations contenant Hypericum perforatum (millepertuis):
Diminution des concentrations plasmatiques du gliclazide en cas d'association avec Hypericum perforatum. Souligner l'importance de la surveillance de la glycémie.
3. Les produits suivants peuvent causer une dysglycémie:
Fluoroquinolones (par ex. ciprofloxacine, ofloxacine, lévofloxacine):
Dans le cas d'une utilisation concomitante de Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg avec une fluoroquinolone, le patient doit être prévenu du risque de dysglycémie et la surveillance de la glycémie doit être renforcée.
Association à prendre en considération
Traitement anticoagulant (par ex., warfarine ...):
Les sulfamides hypoglycémiants peuvent entraîner une potentialisation des effets anticoagulants en cas de traitement concomitant.
Un ajustement de la posologie de l'agent anticoagulant peut être nécessaire.
Les médicaments suivants peuvent provoquer une hyperglycémie en cas d'administration simultanée de Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg:
Les saliurétiques, l'acétazolamide, les médicaments à base de progestérone et d'œstrogènes, la rifampicine, les barbituriques, la phénytoïne, le diazoxide, l'épinéphrine, les beta2-mimétiques, les hormones thyroïdiennes, le glucagon.
Un risque d'hypo- ou d'hyperglycémie existe également quand un médicament qui peut provoquer une hyper- ou une hypoglycémie est arrêté brutalement.
Si un patient sous traitement avec Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg reçoit une des substances ci-dessus, il faut renforcer la surveillance glycémique et adapter éventuellement la posologie de Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg. Ceci est en particulier aussi valable, lorsque le traitement avec un de ces médicaments est initié ou arrêté ou qu'un dosage est modifié.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
Les sulfamides hypoglycémiants sont tératogènes chez l'animal à doses élevées. Par contre, le gliclazide ne s'est pas montré tératogène dans les études chez l'animal (voir rubrique «Données précliniques»). On n'a aucune expérience de l'utilisation du gliclazide chez la femme enceinte, mais on dispose de quelques données obtenues avec d'autres sulfamides hypoglycémiants.
Le contrôle du diabète doit être obtenu avant la conception afin de réduire le risque d'anomalies congénitales associées à un diabète non contrôlé. Il est recommandé d'effectuer le relais d'un traitement oral par l'insuline dès l'instant qu'une grossesse est envisagée ou en cas de découverte fortuite d'une grossesse exposée à ce médicament. Les hypoglycémiants oraux ne conviennent pas et l'insuline est le médicament de premier choix pour le traitement du diabète au cours de la grossesse. Pour ces raisons, Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg est contre-indiqué pendant la grossesse.
Une surveillance néonatale de la glycémie est recommandée.
Allaitement
En l'absence de données concernant le passage dans le lait maternel et compte tenu du risque d'hypoglycémie néonatale, l'allaitement est contre-indiqué en cas de traitement par ce médicament. Un risque pour le nouveau-né et le nourrisson ne peut être exclu.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg n'a aucune influence sur l'aptitude à la conduite ou l'utilisation de machines.
Toutefois, les patients devront être sensibilisés sur les symptômes d'hypoglycémie et devront être prudents en cas de conduite de véhicule d'utilisation de machines, en particulier en début de traitement

Effets indésirables

Selon l'expérience clinique avec le gliclazide, les effets indésirables suivants ont été rapportés. La plupart des effets indésirables dépendent de la posologie et sont passagers; ils disparaissent après réduction de la dose ou arrêt du traitement.
L'effet indésirable le plus fréquent avec le gliclazide est l'hypoglycémie.
Les effets indésirables suivants ont pu être observés lors des essais cliniques et/ou de l'utilisation depuis la mise sur le marché et sont classés en fonction de leur fréquence:
«Très fréquents» (≥1/10); «fréquents» (≥1/100, <1/10); «occasionnels» (≥1/1000, <1/100); «rares» (≥1/10'000, <1/1000); «très rares» (<1/10'000).
Affections hématologiques et du système lymphatique
Rares: granulocytopénie, agranulocytose, anémie, leucopénie, thrombocytopénie.
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Fréquents: hypoglycémie (voir rubriques «Mises en garde et précautions» et «Surdosage»).
Affections oculaires
Des troubles visuels transitoires sont possibles, surtout en début de traitement, à la suite des variations de la glycémie.
Affections gastro-intestinales
Occasionnels: nausées, vomissements, dyspepsie, diarrhées, constipation.
Autres: douleur abdominale.
Ces effets peuvent être évités ou minimisés si le gliclazide est pris pendant le petit déjeuner.
Affections hépatobiliaires
Rares: hépatites (cas isolés) et ictère cholestatique. Interrompre le traitement si un ictère cholestatique apparaît.
Affections de la peau et du tissu sous cutané
Occasionnels: rash, prurit, urticaire, angioedème, érythème, éruption maculo-papuleuse, réactions bulleuses (telles que le syndrome de Stevens-Johnson et la nécrolyse épidermique toxique et affections autoimmunes bulleuses).
Cas isolés: syndrome DRESS (éruption médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques).
Investigations
Rares: élévations des enzymes hépatiques (ASAT, ALAT, phosphatases alcalines).
Effets de classe
Comme pour les autres sulfamides hypoglycémiants, les effets indésirables suivants ont été observés: érythrocytopénie, agranulocytose, anémie hémolytique, pancytopénie, vasculite allergique, hyponatrémie, augmentation du taux des enzymes hépatiques, insuffisance hépatique (cholestase et ictère) voire hépatite qui ont régressé à l'arrêt du traitement; seuls quelques cas ont conduit à une insuffisance hépatique mettant en jeu le pronostic vital.
L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Signes et symptômes
Le surdosage de sulfamide hypoglycémiant peut entraîner une hypoglycémie.
Les symptômes modérés d'hypoglycémie, sans perte de connaissance ni signes neurologiques, doivent être corrigés absolument par un apport glucidique immédiat, une adaptation de la posologie et/ou une modification du comportement alimentaire. Une surveillance étroite doit être poursuivie jusqu'à ce que le médecin soit sûr que son patient est hors de danger.
Les réactions hypoglycémiques sévères, avec coma, convulsions ou autres troubles neurologiques sont possibles et constituent une urgence médicale nécessitant l'hospitalisation immédiate du patient.
Traitement
Si un coma hypoglycémique est diagnostiqué ou suspecté, le patient doit recevoir une injection intraveineuse rapide de 50 ml d'une solution glucosée concentrée (20 à 30%). Celle-ci doit être suivie d'une perfusion continue de solution glucosée plus diluée (à 10%) à la vitesse nécessaire au maintien d'une glycémie au-dessus de 1 g/l. Les patients doivent être étroitement surveillés pendant au moins 48 heures et selon l'état du patient à ce moment, le médecin décidera si une surveillance complémentaire est nécessaire.
Du fait de la forte liaison du gliclazide aux protéines, une dialyse n'est pas utile.

Propriétés/Effets

Code ATC
A10BB09
Mécanisme d'action
Le gliclazide est un agent hypoglycémiant appartenant au groupe des sulfamides hypoglycémiants, antidiabétique oral, possédant un hétérocycle azoté à liaison endocyclique qui le différencie des autres médicaments de cette classe.
Le gliclazide diminue la glycémie en stimulant la sécrétion d'insuline par les cellules β des îlots de Langerhans. L'augmentation de la sécrétion post-prandiale d'insuline et du peptide C persiste après deux années de traitement.
Outre ces propriétés métaboliques, le gliclazide possède des propriétés hémovasculaires.
Gliclazide présente une haute affinité, une forte sélectivité et une liaison réversible aux canaux K ATP de la cellule bêta ainsi qu'une affinité basse pour les canaux K ATP cardiaques et vasculaires.
Une production endogène d'insuline est indispensable pour permettre un effet du gliclazide.
Pharmacodynamique
Voir «Mécanisme d'action».
Efficacité clinique
Effets sur la sécrétion d'insuline
Chez le diabétique de type 2, le gliclazide restaure le pic précoce d'insulinosécrétion, en présence de glucose, et augmente la seconde phase d'insulinosécrétion. Une augmentation significative de la réponse insulinique s'observe en réponse à la stimulation induite par un repas ou l'administration de glucose.
De plus, sous gliclazide, une augmentation de la sensibilité à l'insuline des tissus périphériques a été démontrée au niveau du muscle et au niveau du foie.
Propriétés hémovasculaires
Le gliclazide diminue les microthromboses par deux mécanismes qui peuvent être impliqués dans les complications du diabète:
·Inhibition partielle de l'agrégation et de l'adhésion des plaquettes, avec diminution des marqueurs de l'activation plaquettaire (bêta-thromboglobuline, thromboxane B2).
·Action sur l'activité fibrinolytique de l'endothélium vasculaire avec augmentation de l'activité du tPA.
Propriétés antioxydantes
L'évaluation du statut oxydatif de patients diabétiques a confirmé les propriétés antioxydantes de gliclazide déjà démontrées en pharmacologie: réduction de la peroxydation lipidique et augmentation de l'activité superoxyde dismutase, des thiols plasmatiques et de la capacité antioxydante totale du plasma (TRAP).
On ne connaît pas la signification clinique de ces propriétés.
Données à long terme
Les études au long cours montrent que le gliclazide retarde l'évolution de la rétinopathie diabétique au stade non prolifératif.
Lors d'essais cliniques contrôlés chez des patients diabétiques de type 2, Diamicron MR 30 mg, en une prise par jour a confirmé son efficacité à long terme sur le contrôle glycémique, sur la base du suivi de l'HbA1c.

Pharmacocinétique

Absorption
L'absorption du gliclazide est totale. Après l'administration, les concentrations plasmatiques augmentent progressivement jusqu'à la 6ème heure puis évoluent en plateau entre la 6ème et la 12ème heure. Les variations intraindividuelles sont faibles. La prise alimentaire ne modifie pas la vitesse et le taux d'absorption.
La relation entre la dose administrée allant jusqu'à 120 mg et l'aire sous la courbe de la concentration en fonction du temps est linéaire.
Distribution
Une seule prise quotidienne de Diamicron MR 30 mg / Diamicron MR 60 mg maintient des concentrations plasmatiques efficaces de gliclazide pendant 24 heures.
La fixation aux protéines plasmatiques est d'environ 95%. Le volume de distribution est de 30 litres environ.
Métabolisme
Le gliclazide est extensivement métabolisé au niveau hépatique: moins de 1% de la forme inchangée est retrouvé dans l'urine. Aucun métabolite actif n'a été détecté dans le plasma. Ce métabolisme implique les cytochromes P450 2C9 et 2C19. Sept métabolites issus soit de l'hydroxylation puis de l'oxydation du groupe méthyl, soit de l'hydroxylation de l'anneau azabicyclo-octyl et deux glucuronoconjugués ont été identifiés dans les urines. Les métabolites n'ont pas d'activité hypoglycémiante, mais le métabolite principal possède une action favorable sur l'agrégation plaquettaire.
Élimination
La demi-vie d'élimination du gliclazide est comprise entre 12 et 20 heures. L'élimination du gliclazide est monophasique. On retrouve 60 à 70% de la dose dans les urines (moins de 1% sous forme inchangée) et 20% dans les fèces.
Cinétique pour certains groupes de patients
Troubles de la fonction hépatique
La pharmacocinétique du gliclazide pourrait être altérée chez les patients atteints d'une insuffisance hépatique légère à modérée augmentant le risque de survenue d'hypoglycémie. Des données pharmacocinétiques chez les patients atteints d'une insuffisance hépatique sévère ne sont pas disponibles (voir rubrique «Contre-indications»).
Troubles de la fonction rénale
Chez le patient atteint d'une insuffisance rénale légère à modérée, la clairance de la créatinine n'a pas d'influence significative sur les paramètres pharmacocinétiques. Des données pharmacocinétiques chez le patient atteint d'une insuffisance rénale sévère ne sont pas disponibles (voir rubrique «Contre-indications»).
Patients âgés
Aucune modification cliniquement significative des paramètres pharmacocinétiques n'a été observée.

Données précliniques

Les données précliniques, basées sur des études de toxicité chronique et de génotoxicité, n'ont mis en évidence aucun risque pour l'homme.
Carcinogénicité
Aucune étude de cancérogenèse à long terme n'a été réalisée.
Toxicité sur la reproduction
Aucun effet tératogène n'a été rapporté chez l'animal; seule une foetotoxicité (diminution du poids des fœtus) a été observée chez des animaux ayant reçu des doses 25 fois plus élevées que la posologie maximale recommandée chez l'homme.

Remarques particulières

Incompatibilités
Non pertinent.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.
Remarques particulières concernant le stockage
Diamicron MR 30 mg: Conserver à température ambiante (15-25 °C).
Diamicron MR 60 mg: Ne pas conserver au-dessus de 30 °C.

Numéro d’autorisation

55234 (Swissmedic)

Présentation

Diamicron MR 30 mg comprimés à libération modifiée: 20, 120 cp. [B]
Diamicron MR 60 mg comprimés à libération modifiée: 30, 90. [B]

Titulaire de l’autorisation

Servier (Suisse) S.A., 1242 Satigny

Mise à jour de l’information

Septembre 2019

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home