ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Citalopram Axapharm:Axapharm AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Effets indésirables

Les effets indésirables du citalopram surviennent le plus fréquemment durant la première ou les deux premières semaines de traitement et s’estompent généralement par la suite.
Les effets indésirables décrits ci-dessous, observés dans le cadre des études réalisées en double aveugle avec contrôle par placebo ou après commercialisation, sont présentés par catégories d’incidence comme suit:
Très fréquents (≥1/10).
Fréquents (<1/10, ≥1/100).
Occasionnels (<1/100, ≥1/1'000).
Rares (<1/1'000, ≥1/10'000).
Très rares (<1/10'000).
Fréquence indéterminée (ne pouvant être estimée à partir des données disponibles).
Affections hématologiques et du système lymphatique
Fréquence indéterminée: thrombocytopénie.
Affections du système immunitaire
Occasionnels: réactions allergiques.
Fréquence indéterminée: réactions anaphylactiques.
Affections endocriniennes
Fréquence indéterminée: sécrétion inappropriée d’ADH (incidence accrue chez les patientes âgées).
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Fréquents: baisse de l’appétit, perte de poids.
Occasionnels: appétit accru, prise de poids.
Fréquence indéterminée: hyponatrémie (incidence accrue chez les patientes âgées), hypokaliémie.
Affections psychiatriques
Fréquents: agitation, diminution de la libido, états confusionnels, rêves anormaux, nervosité, anxiété, problèmes de concentration, dysfonctionnement orgasmique chez la femme.
Occasionnels: euphorie.
Fréquence indéterminée: manie, hallucinations, dépersonnalisation, attaques de panique, agressivité, bruxisme, états d’inquiétude, idées suicidaires, comportement suicidaire1.
Affections du système nerveux
Très fréquents: somnolence (14%), insomnie (15%).
Fréquents: céphalées, tremblement, paresthésie, vertige, troubles de l’attention.
Occasionnels: syncope.
Rares: dyskinésies, dysgueusie.
Fréquence indéterminée: convulsions de type grand mal, crises convulsives, syndrome sérotoninergique, troubles extrapyramidaux, agitation psychomotrice/akathisie, troubles du mouvement.
Affections oculaires
Occasionnels: mydriase.
Fréquence indéterminée: troubles visuels.
Affections de l’oreille et du labyrinthe
Occasionnels: acouphène.
Affections cardiaques
Fréquents: tachycardie.
Occasionnels: bradycardie.
Fréquence indéterminée: allongement de l’intervalle QT, arythmies ventriculaires, y compris torsades de pointes.
Depuis la mise sur le marché du produit, des cas d’allongement de l’intervalle QT et des arythmies ventriculaires, y compris des torsades de pointes, ont été rapportés et sont survenus précisément surtout chez des patients de sexe féminin, des patients en hypokaliémie, présentant un allongement préexistant de l’intervalle QT ou d’autres maladies cardiaques (voir «Contre-indications», «Mises en garde et précautions», «Interactions», «Surdosage» et «Propriétés/Effets»).
Affections vasculaires
Occasionnels: hypotension orthostatique.
Rares: hémorragie.
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Fréquents: bâillements, rhinite.
Occasionnels: toux, détresse respiratoire.
Fréquence indéterminée: épistaxis.
Affections gastro-intestinales
Très fréquents: sécheresse buccale (16%), nausée (19%).
Fréquents: diarrhée, vomissements, constipation, salivation accrue, douleurs abdominales.
Fréquence indéterminée: hémorragies gastro-intestinales.
Affections hépatobiliaires
Occasionnels: taux accrus d’enzymes hépatiques.
Rares: hépatite.
Fréquence indéterminée: pancréatite.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Très fréquents: sudation accrue (10%).
Fréquents: prurit, éruption cutanée.
Occasionnels: photosensibilité, alopécie, urticaire.
Fréquence indéterminée: réactions d’hypersensibilité, ecchymoses, angio-oedème, purpura.
Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif
Fréquents: myalgie.
Fréquence indéterminée: arthralgie, rhabdomyolyse.
Affections du rein et des voies urinaires
Fréquents: rétention urinaire.
Affections des organes de reproduction et du sein
Fréquents: impuissance sexuelle, troubles de l’éjaculation, absence d’éjaculation, ménorragie, métrorragie.
Fréquence indéterminée: galactorrhée, priapisme.
Troubles généraux et anomalies au site d’administration
Fréquents: asthénie, épuisement, fatigue, apathie.
Occasionnels: oedèmes.
Rares: fièvre.
1: Des cas d’idées ou de comportements suicidaires ont été rapportés durant le traitement par citalopram ou peu après son arrêt (voir «Mises en garde et précautions»).
Dans des études comparatives réalisées en double aveugle avec des antidépresseurs tricycliques et tétracycliques, le citalopram a été associé significativement plus souvent à des nausées et des troubles de l’éjaculation, mais significativement plus rarement à des sécheresses buccales, sudations accrues, constipations, tremblements, vertiges, somnolences, troubles de l’accommodation, hypotensions orthostatiques, palpitations et des dysgueusies.
Troubles de sevrage
Vertiges, troubles sensoriels (incluant paresthésies), troubles du sommeil (incluant insomnie et rêves intenses), agitation et anxiété, nausées et/ou vomissements, tremblements, confusion, sudations, céphalées, diarrhée, palpitations, instabilité émotionnelle, irritabilité et troubles visuels.
Généralement, ces événements sont d’intensité légère à modérée et sont spontanément résolutifs, néanmoins, ils peuvent être d’intensité sévère et/ou se prolonger chez certains patients. Il est donc conseillé, lorsqu’un traitement par Citalopram Axapharm n’est plus nécessaire, de diminuer progressivement les doses (voir «Posologie/Mode d’emploi» et «Mises en garde et précautions»).
Fractures
Des études épidémiologiques incluant essentiellement des patients de 50 ans ou plus âgés ont révélé un risque accru de fractures sous ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) et sous ATC (antidépresseurs tricycliques). Le mécanisme à l’origine de ce risque est inconnu.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home