ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Inegy®:MSD Merck Sharp & Dohme AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Interactions

Plusieurs mécanismes peuvent contribuer à des interactions potentielles avec des inhibiteurs de la HMG-CoA-réductase. Les médicaments ou les produits à base de plantes qui inhibent certaines enzymes (par ex. le CYP3A4) et/ou des voies de signalisation de transporteurs (par ex. OATP1B) peuvent augmenter les concentrations plasmatiques de simvastatine et de simvastatine acide, et entraîner de ce fait une élévation du risque de myopathie/rhabdomyolyse.
Veuillez tenir compte des informations professionnelles de tous les médicaments co-administrés, afin d'obtenir plus d'informations sur leurs interactions potentielles avec la simvastatine et/ou sur des modifications potentielles des enzymes ou des transporteurs, ainsi que sur d'éventuels ajustements de la posologie et du régime.
Médicaments contre-indiqués:
L'administration concomitante des médicaments suivants est contre-indiquée:
Inhibiteurs puissants du CYP3A4
La simvastatine est métabolisée par le CYP3A4 mais n'exerce pas d'effet inhibiteur sur le CYP3A4. C'est pourquoi on ne s’attend pas à observer une influence sur les taux plasmatiques d'autres médicaments métabolisés par le CYP3A4. Les inhibiteurs puissants ci-après du CYP3A4 peuvent augmenter le risque de myopathie en raison d'une élimination réduite de la composante simvastatine d'Inegy: l'administration concomitante de médicaments qui sont des inhibiteurs puissants du CYP3A4 aux doses thérapeutiques (p.ex. itraconazole, kétoconazole, posaconazole, voriconazole, érythromycine, clarithromycine, télithromycine, inhibiteurs de la protéase du VIH, bocéprévir, télaprévir, néfazodone, médicaments contenant du cobicistat) est contre-indiquée (voir «Contre-indications», «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse et «Pharmacocinétique»).
Gemfibrozil, ciclosporine ou danazol: voir «Contre-indications», «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse et «Pharmacocinétique»).
Interactions pharmacocinétiques
Le tableau ci-dessous donne un aperçu des recommandations concernant la prescription des médicaments présentant un risque d’interaction (pour plus de détails dans le texte, voir «Posologie/Mode d’emploi», «Contre-indications» et «Mises en garde et précautions»).
Interactions médicamenteuses associées à un risque accru de myopathie/rhabdomyolyse

Agents capables d’interagir

Recommandations concernant la prescription

Inhibiteurs puissants du CYP3A4, p.ex.:
Itraconazole
Kétoconazole
Posaconazole
Voriconazole
Érythromycine
Clarithromycine
Télithromycine
Inhibiteurs de la protéase du VIH
Bocéprévir
Télaprévir
Néfazodone
Cobicistat
Ciclosporine
Danazol
Gemfibrozil

Association avec Inegy contre-indiquée

Autres fibrates

Déconseillés avec Inegy

Elbasvir
Grazoprévir

Déconseillés avec Inegy

Acide fusidique

Déconseillé avec Inegy

Niacine (≥1 g/jour)

Chez les patients asiatiques déconseillée avec Inegy

Vérapamil
Diltiazem

Ne pas dépasser une dose de 10/10 mg d'Inegy par jour

Amiodarone
Amlodipine

Ne pas dépasser une dose de 10/20 mg d'Inegy par jour

Lomitapide

Ne pas dépasser une dose de 10/40 mg d'Inegy par jour chez les patients présentant une hypercholestérolémie familiale homozygote

Daptomycine

Déconseillée avec Inegy

Ticagrelor

Ne pas dépasser une dose de 10/40 mg d'Inegy par jour

Jus de pamplemousse

Éviter le jus de pamplemousse pendant le traitement par Inegy

Autres interactions
Fibrates (voir Médicaments contre-indiqués dans cette rubrique):
L'administration simultanée de fénofibrate augmente les concentrations totales d'ézétimibe d'environ 1,5 fois. La sécurité et l'efficacité d'emploi d'Inegy administré en association avec des fibrates n'ont pas été étudiées. Ainsi, l'administration simultanée d'Inegy et de fibrates n'est pas recommandée.
Préparations systémiques à base d’acide fusidique:
Des cas de rhabdomyolyse (y compris quelques décès) ont été rapportés chez des patients qui recevaient des préparations systémiques à base d’acide fusidique associées à des statines, y compris Inegy (voir «Mises en garde et précautions»). Le mécanisme de cette interaction n’est pas connu. Le traitement par Inegy doit être interrompu pendant un traitement systémique par acide fusidique jugé indispensable. Le traitement par Inegy peut être repris sept jours après l’administration de la dernière dose d’acide fusidique.
Amiodarone:
Le risque de myopathie/rhabdomyolyse augmente lors d'un traitement d'Inegy en association avec l'amiodarone (voir «Posologie/Mode d’emploi», «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse). Dans une étude clinique, une myopathie a été rapportée chez 6% des patients traités avec 80 mg de simvastatine en association avec l’amiodarone. La dose d'Inegy ne doit par conséquent pas dépasser 10/20 mg par jour lors d’une association avec l’amiodarone.
Bloqueurs des canaux calciques:
Vérapamil: le risque de myopathie/rhabdomyolyse est accru lors d’une utilisation concomitante de 10/40 mg ou de 10/80 mg d'Inegy et de vérapamil (voir «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse). Dans une étude pharmacocinétique, une administration de simvastatine en association avec le vérapamil a conduit à une multiplication par 2,3 de l’exposition à la simvastatine acide. Cet effet était probablement dû en partie à une inhibition du CYP3A4. La dose d'Inegy ne doit par conséquent pas dépasser 10/10 mg par jour lors d’une association avec le vérapamil.
Diltiazem: le risque de myopathie/rhabdomyolyse est accru lors d’une utilisation concomitante de diltiazem et d’Inegy 10/80 (voir «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse). Dans une étude pharmacocinétique, une administration de simvastatine en association avec le diltiazem a conduit à une multiplication par 2,7 de l’exposition à la simvastatine acide. Cet effet était probablement dû en partie à une inhibition du CYP3A4. La dose d'Inegy ne doit par conséquent pas dépasser 10/10 mg par jour lors d’une association avec le diltiazem.
Amlodipine: les patients traités simultanément par l'amlodipine et Inegy 10/80 présentent un risque de myopathie accru (voir «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse). Avec des doses de simvastatine de 40 mg, le risque de myopathie n'était pas accru lors d’une administration concomitante d’amlodipine. Dans une étude pharmacocinétique, l’association avec l’amlodipine a provoqué une multiplication par 1,6 de l’exposition à la simvastatine acide. La dose d'Inegy ne doit par conséquent pas dépasser 10/20 mg par jour lors d’une association avec l’amlodipine.
Lomitapide: le risque de myopathie/rhabdomyolyse peut être éventuellement accru par une utilisation concomitante de lomitapide (voir «Posologie/Mode d'emploi» et «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse).
Inhibiteurs modérés du CYP3A4: Les patients recevant simultanément Inegy et des médicaments exerçant un effet modérément inhibiteur sur le CYP3A4 peuvent présenter un risque accru de myopathie, surtout si la dose d'Inegy est élevée (voir «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse).
Inhibiteurs de la protéine de transport OATP1B1: La simvastatine acide est un substrat de la protéine de transport OATP1B1. L'administration concomitante d’inhibiteurs de la protéine de transport OATP1B1 (par exemple la ciclosporine) pourrait conduire à des concentrations plasmatiques augmentées de simvastatine acide et à un risque accru de myopathie et de rhabdomyolyse (voir «Contre-indications», «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse).
Inhibiteurs de la Breast Cancer Resistance Protein (BCRP): la simvastatine est un substrat de la BCRP, un transporteur d’efflux. L’administration concomitante de médicaments qui sont des inhibiteurs de la BCRP (p. ex. l’elbasvir et le grazoprévir) peut entraîner des concentrations plasmatiques élevées de simvastatine et un risque accru de myopathie. L’administration concomitante d’Inegy avec des produits qui contiennent l’elbasvir ou le grazoprévir n’est pas recommandée (voir «Posologie/mode d’emploi» et «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse.
Cholestyramine:
L’utilisation simultanée de cholestyramine a diminué la surface sous la courbe de la concentration plasmatique en fonction du temps (AUC) de l’ézétimibe total (ézétimibe et glucuronide d'ézétimibe) d’environ 55% (voir «Posologie/Mode d’emploi»).
Colchicine:
Des cas de myopathie et de rhabdomyolyse ont été rapportés chez des patients atteints d'insuffisance rénale et traités simultanément à la colchicine et à la simvastatine. Une surveillance étroite de ces patients est recommandée lorsqu'ils reçoivent un traitement simultané de colchicine et de simvastatine.
Jus de pamplemousse:
Le jus de pamplemousse inhibe le CYP3A4. La consommation de grandes quantités de jus de pamplemousse (>1 litre par jour) pendant un traitement à la simvastatine a multiplié l’exposition à la simvastatine acide par 7. La consommation de 240 ml de jus de pamplemousse le matin en association avec une prise de simvastatine le soir a également entraîné une multiplication par 1,9. La consommation de jus de pamplemousse doit donc être évitée pendant le traitement par Inegy.
Niacine (acide nicotinique):
Dans une étude menée auprès de 15 adultes sains, l’administration concomitante d’Inegy (10/20 mg par jour pendant 7 jours) et de niacine à libération retardée (1000 mg pendant 2 jours et 2000 mg pendant 5 jours, la dose étant toujours suivie d’un petit-déjeuner à calories réduites), on a observé une faible augmentation de l’aire sous la courbe (AUC) moyenne de la niacine (22%) et de l’acide nicotinurique (19%). Dans la même étude, l’administration concomitante de niacine a entraîné une légère augmentation de l’aire moyenne sous la courbe (AUC) de l’ézétimibe (9%), de l’ézétimibe total (26%), de la simvastatine (20%) et de la simvastatine acide (35%). Des cas de myopathie/rhabdomyolyse ont été observés lors d’une utilisation concomitante de simvastatine et de doses de niacine (≥1 g par jour) modifiant les lipides (voir «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse).
Daptomycine:
Le risque de myopathie et/ou de rhabdomyolyse peut être augmenté par l'administration simultanée d'inhibiteurs de la HMG-CoA-réductase et de daptomycine (voir «Mises en garde et précautions», Myopathie/Rhabdomyolyse).
Dérivés coumariniques:
Lors de l'administration simultanée de simvastatine et d'anticoagulants coumariniques au cours d'études cliniques, l’INR était légèrement augmenté. L'emploi simultané d’ézétimibe (10 mg par jour) au cours d'une étude ayant fait appel à 12 volontaires adultes du sexe masculin n'a pas eu d'effet significatif sur la biodisponibilité de la warfarine et sur le temps de prothrombine. Il existe toutefois des rapports de post-marketing signalant un INR augmenté chez des patients qui recevaient de l'ézétimibe et de la warfarine. C'est pourquoi le temps de prothrombine doit être déterminé au début d'un traitement à Inegy ainsi qu’ensuite à intervalles rapprochés chez les patients qui prennent des dérivés de la coumarine, afin d'identifier des variations significatives du temps de prothrombine. Après stabilisation des valeurs, on recommande la détermination du temps de prothrombine à des intervalles de temps tels qu'ils sont habituels pour les patients sous dérivés coumariniques. Si la dose d'Inegy est modifiée ou qu'Inegy est arrêté, il est recommandé de poursuivre la détermination du temps de prothrombine selon la même procédure. Le traitement à la simvastatine n'a pas été associé à l'apparition de saignements ou de modifications du temps de prothrombine chez des patients n’ayant pas pris d'anticoagulants.
Antiacides:
L’utilisation simultanée d’antiacides a diminué le taux d’absorption de l’ézétimibe sans toutefois modifier sa biodisponibilité. Aucune importance clinique n’est accordée à cette diminution du taux d’absorption.
Digoxine:
L’administration concomitante de simvastatine et de digoxine chez des volontaires sains a provoqué une légère augmentation du taux de digoxine (moins de 0,3 ng/ml au test radio-immunologique), tandis que ce n’était pas le cas lors d’une administration concomitante d’un placebo et de digoxine.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home