ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Pramipexole STADA® Comprimés:Spirig HealthCare AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: pramipexolum ut pramipexoli dihydrochloridum monohydricum.
Excipient: excip. pro compresso.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

1 comprimé à 0,125 mg contient: 0,125 mg de dichlorhydrate de pramipexole monohydraté (correspondant à 0,088 mg de pramipexole base).
1 comprimé à 0,25 mg contient: 0,25 mg de dichlorhydrate de pramipexole monohydraté (correspondant à 0,18 mg de pramipexole base).
1 comprimé à 0,5 mg contient: 0,5 mg de dichlorhydrate de pramipexole monohydraté (correspondant à 0,35 mg de pramipexole base).
1 comprimé à 1,0 mg contient: 1,0 mg de dichlorhydrate de pramipexole monohydraté (correspondant à 0,7 mg de pramipexole base).
A l'exception des comprimés de Pramipexole Stada 0,125 mg, les comprimés de Pramipexole Stada peuvent être divisés en deux parts égales.

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement symptomatique de la maladie de Parkinson idiopathique en monothérapie ou en association avec la lévodopa.

Posologie/Mode d’emploi

Avaler les comprimés avec de l'eau, avec ou sans absorption simultanée de nourriture. La posologie journalière se répartit en trois doses équivalentes.
Traitement de départ
En commençant avec une dose initiale de 0,375 mg/jour, il faut augmenter progressivement la posologie de Pramipexole Stada par intervalle de 5 à 7 jours. A condition qu'aucun effet indésirable grave ne se manifeste, la dose sera augmentée jusqu'à l'obtention d'un succès thérapeutique maximal.
Dans une première étape (au plus tôt après une semaine), la dose peut être augmentée de 0,375 mg.
S'il s'avère nécessaire de continuer à augmenter la posologie, la dose journalière peut être augmentée de 0,75 mg par semaine jusqu'à la dose maximale de 4,5 mg/jour.
Traitement d'entretien
La dose individuelle de Pramipexole Stada devrait se situer entre 0,375 et 4,5 mg/jour au maximum. L'efficacité d'une dose journalière de 1,5 mg a pu être démontrée au cours des études cliniques, tant chez les patients à un stade précoce qu'à un stade avancé de la maladie. Chez certains patients, on peut rechercher un bénéfice thérapeutique supplémentaire en administrant une dose journalière supérieure à 1,5 mg. Ceci concerne avant tout des patients à un stade avancé de la maladie, chez lesquels on cherche à diminuer la posologie de la lévodopa. Il est à remarquer que l'incidence et la gravité de la somnolence augmentent pour des dosages supérieurs à 1,5 mg par jour.
Posologie chez les patients traités conjointement par la lévodopa
Chez les patients recevant simultanément de la lévodopa, on conseille de diminuer la dose de lévodopa aussi bien en phase de traitement initial que durant un traitement prolongé par Pramipexole Stada, et ce afin d'éviter la possibilité de toute stimulation dopaminergique excessive. Sur la base d'une étude contrôlée chez des patients à un stade avancé de la maladie, une réduction de la dose de lévodopa de 25% (ou plus) est conseillée.
Interruption du traitement
Un arrêt brutal du traitement dopaminergique peut conduire au développement d'un syndrome neuroleptique malin.
Pramipexole Stada doit être arrêté progressivement, par paliers de 0,75 mg de pramipexole (correspondant à 0,54 mg de pramipexole base) par jour, jusqu'à la dose journalière de 0,75 mg de pramipexole (correspondant à 0,54 mg de pramipexole base). La dose doit ensuite être diminuée de 0,375 mg de pramipexole (correspondant à 0,26 mg de pramipexole base) par jour (voir la rubrique «Mises en garde et précautions»).
Instructions spéciales pour la posologie
Posologie chez les patients parkinsoniens dont la fonction rénale est réduite
L'excrétion du pramipexole dépend de la fonction rénale. On recommande le schéma posologique suivant pour le traitement de départ:
Aucune diminution de la dose journalière ni de la fréquence des prises n'est nécessaire chez les patients dont la clairance de la créatinine est supérieure à 50 ml/min.
Chez ceux dont la clairance de la créatinine est de 20 à 50 ml/min, la dose journalière initiale de Pramipexole Stada comprimés doit être réduite à deux prises distinctes de 0,125 mg chacune (0,25 mg/jour).
La dose maximale de 2,25 mg de pramipexole par jour ne doit pas être dépassée.
Lorsque la clairance de la créatinine est inférieure à 20 ml/min, la dose journalière de Pramipexole Stada comprimés doit être administrée en une fois, en commençant par 0,125 mg/jour.
La dose maximale de 1,5 mg de pramipexole par jour ne doit pas être dépassée.
Si l'on observe une diminution de la fonction rénale durant un traitement prolongé, la dose journalière de Pramipexole Stada doit être réduite d'autant de pour-cents que la clairance de la créatinine diminue. Si la clairance de la créatinine diminue par exemple de 30%, la dose journalière de Pramipexole Stada doit être réduite de 30%. Lorsque la clairance de la créatinine est de 20 à 50 ml/min, la dose journalière peut être répartie en deux prises; si elle est inférieure à 20 ml/min, la dose journalière peut être administrée en une fois.
Posologie chez les patients dont la fonction hépatique est réduite
L'influence possible d'une insuffisance hépatique sur la pharmacocinétique du pramipexole n'a pas été étudiée.
Lors d'une insuffisance hépatique, une diminution de la posologie n'est pas nécessaire, puisqu'environ 90% de la dose absorbée est éliminée par voie rénale.
Posologie chez les enfants et les adolescents
L'efficacité et la sécurité d'emploi du pramipexole n'ont pas été établies chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans.

Contre-indications

Hypersensibilité au pramipexole ou à l'un des composants du médicament, hémodialyse.

Mises en garde et précautions

Insuffisance rénale
En cas de prescription de Pramipexole Stada à un patient atteint d'insuffisance rénale, il est recommandé de réduire la posologie selon les recommandations formulées dans le chapitre «Posologie/Mode d'emploi».
Hallucinations et confusion
Les hallucinations et la confusion sont des effets indésirables connus lors d'un traitement par des agonistes dopaminergiques et par la lévodopa. Des hallucinations se sont manifestées plus fréquemment chez les patients à un stade avancé de la maladie, recevant le pramipexole en même temps que la lévodopa, que chez ceux qui reçoivent le pramipexole en monothérapie à un stade précoce de la maladie. Il faut informer les patients que des hallucinations (le plus souvent visuelles) peuvent se manifester.
Dyskinésies
Des dyskinésies peuvent se produire au cours du traitement initial par Pramipexole Stada, surtout lors de l'utilisation de Pramipexole Stada en association avec la lévodopa. Si elles surviennent, il faut réduire la dose de lévodopa.
Endormissement subit et somnolence
Comme lors du traitement par d'autres agonistes de la dopamine et la lévodopa, une somnolence (très fréquente) et un endormissement subit (occasionnel) ont été rapportés lors de traitement par le pramipexole, surtout chez les patients souffrant de la maladie de Parkinson. Ces manifestations ont conduit à des accidents ou des accidents manqués de peu lors d'activités dangereuses comme la conduite automobile et peut mettre la vie du patient et d'autres personnes en danger. Généralement, cet endormissement subit survient sans signe annonciateur. Si de tels cas d'endormissement subit sont observés, une réduction de la posologie ou un arrêt du traitement doit être envisagé(e). Les patients sous pramipexole doivent être informés de la mise en danger éventuelle de leur sécurité et de celle d'autrui en cas d'apparition de ces effets indésirables lors de la conduite automobile ou l'utilisation de machines. Il convient de déconseiller ces activités aux patients souffrant de somnolence ou d'endormissement subit. En raison des éventuels effets additifs, il faut recommander une vigilance toute particulière lorsque les patients prennent d'autres médicaments sédatifs ou de l'alcool en même temps que le pramipexole (voir également les rubriques «Interactions», «Effet sur l'aptitude à la conduite et l'utilisation de machines», «Effets indésirables»).
Troubles du contrôle des pulsions et comportements compulsifs
L'addiction au jeu, une augmentation de la libido et une hypersexualité ont été rapportées en cas de maladie de Parkinson traitée par des agonistes de la dopamine, y compris le pramipexole. Les patients et les personnes soignantes doivent être informés que des manifestations supplémentaires sont possibles comme des troubles du contrôle des pulsions ou des comportements compulsifs comme la boulimie, l'hyperphagie et l'achat compulsif. Une réduction de la posologie ou un arrêt progressif du traitement doit être envisagé(e).
Comportement maniaque et délire
Les patients doivent être surveillés régulièrement à la recherche du développement d'une manie et d'un délire. L'attention des patients et des personnes soignantes doit être attirée sur le fait qu'une manie et un délire peuvent survenir chez les patients traités par le pramipexole. Une réduction de la dose ou un arrêt progressif peuvent être envisagés lorsque de tels symptômes surviennent.
Patients avec troubles psychotiques
Les patients atteints de troubles psychotiques ne doivent être traités par des agonistes dopaminergiques que si le bénéfice potentiel domine les risques. L'administration concomitante de médicaments antipsychotiques et de pramipexole est déconseillée (voir «Interactions»).
Patients avec une pathologie cardiaque sévère
La prudence est de rigueur en cas de maladie cardiovasculaire grave. En raison du risque général d'hypotension orthostatique au cours d'un traitement dopaminergique, il est recommandé de contrôler la pression, particulièrement en début de traitement.
Contrôles oculaires
Une dégénération de la rétine avec perte de photorécepteurs a été observée chez le rat albinos soumis à un surdosage de pramipexole au cours d'études de cancérogénicité. Ces modifications pathologiques n'ont été observées dans aucune des autres espèces examinées (souris albinos, rats pigmentés, singes, minipigs). Sur la base du mécanisme universel concerné, il convient de ne pas négliger ces informations eu égard à l'homme. Toutefois, les études menées jusqu'ici chez l'homme n'ont pas donné d'indications quant à la survenue de processus semblables.
Des examens oculaires sont recommandés à des intervalles réguliers ou en cas d'apparition de troubles de la vue (voir les rubriques «Effets indésirables» et «Données précliniques»).
Mélanome
Des études épidémiologiques ont montré que les patients atteints de maladie de Parkinson ont un risque plus élevé (2 à 6 fois) de développer un mélanome que la population générale. Il n'est pas encore clair si l'augmentation du risque est à imputer à la maladie de Parkinson ou à d'autres facteurs tels que des médicaments pour le traitement de la maladie. Pour ces raisons évoquées, il est conseillé aux patients et aux médecins traitants de porter attention aux mélanomes lors de l'administration du pramipexole ou d'autres médicaments dopaminergiques.
Syndrome neuroleptique malin
Les symptômes d'un syndrome malin neuroleptique ont été observés suite à l'interruption brusque d'un traitement dopaminergique (voir la rubrique «Posologie/Mode d'emploi, interruption du traitement»).
Mannitol
Les comprimés de Pramipexole Stada contiennent du mannitol.
1 comprimé à 0,125 mg contient 36 mg de mannitol,
1 comprimé à 0,250 mg contient 72 mg de mannitol,
1 comprimé à 0,500 mg et à 1,00 mg contiennent 144 mg de mannitol chacun.
Fertilité
Aucune étude sur l'effet du pramipexole sur la fécondité chez l'homme n'a été conduite. Dans les études chez l'animal, le pramipexole a affecté les cycles oestraux et réduit la fertilité des femelles comme cela est attendu avec un agoniste dopaminergique. Cependant, ces études n'ont pas montré d'effets nocifs directs ou indirects sur la fécondité des mâles (voir aussi «Données précliniques»).

Interactions

Liaison aux protéines plasmatiques
Une interaction avec d'autres médicaments influençant la liaison aux protéines ou le métabolisme est improbable.
Inhibiteurs, resp. compétiteurs de l'élimination rénale active
La cimétidine réduit la clairance rénale du pramipexole d'environ 34%, probablement par inhibition du système de transport sécrétoire cationique des tubules rénaux. Le pramipexole et les médicaments qui inhibent la sécrétion tubulaire rénale active ou qui sont excrétés par cette voie peuvent s'influencer mutuellement et conduire à une diminution de la clairance de l'un ou des deux médicaments. Les médicaments qui, outre la cimétidine, appartiennent à cette catégorie sont l'amantadine, le diltiazem, la quinidine, la quinine, la ranitidine, le triamtérène, le vérapamil, la digoxine, le procaïnamide, la zidovudine, le cisplatine et le triméthoprime. Si l'un de ces médicaments est administré conjointement avec Pramipexole Stada, il faut prendre garde à tout signe d'hyperstimulation dopaminergique tel que dyskinésies, agitation ou hallucinations. Dans de tels cas, une réduction posologique est indispensable.
Association à la sélégiline et à la lévodopa
La sélégiline et la lévodopa ne modifient pas la pharmacocinétique du pramipexole. Dans une petite étude pharmacocinétique (n= 9) on a constaté que l'étendue de la résorption totale et de l'élimination de la lévodopa n'était pas modifiée par l'administration simultanée de pramipexole. Un traitement combiné peut cependant provoquer une stimulation dopaminergique excessive.
La vitesse d'absorption initiale de la lévodopa a augmenté chez 4 des 9 sujets de l'étude, tous féminins.
Chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, il est recommandé de diminuer la posologie de la lévodopa lorsque l'on augmente les doses de Pramipexole Stada et de maintenir constante la posologie d'autres antiparkinsoniens (voir «Posologie chez les patients traités conjointement par la lévodopa»).
Anticholinergiques et amantadine
On n'a pas testé l'interaction avec les anticholinergiques et l'amantadine.
Etant donné que l'élimination des anticholinergiques a lieu principalement par le métabolisme hépatique, une interaction pharmacocinétique avec le pramipexole est plutôt improbable.
Médicaments antipsychotiques
L'administration concomitante de médicaments antipsychotiques avec le pramipexole est déconseillée, p.ex. lorsqu'il faut s'attendre à des effets antagonistes de la dopamine (voir «Mises en garde et précautions»).
Autres médicaments/Alcool
En raison de possibles effets additifs, la plus grande prudence est de mise lorsque les patients prennent d'autres médicaments sédatifs ou de l'alcool en combinaison avec pramipexole ainsi que lors de l'utilisation concomitante de médicaments augmentant les concentrations plasmatiques du pramipexole (p.ex. la cimétidine).

Grossesse/Allaitement

Grossesse
L'effet du pramipexole sur la grossesse chez l'être humain. Des études réalisées sur des lapins et des rongeurs n'ont pas mis en évidence d'effets tératogènes. Aux doses toxiques pour la mère, le pramipexole s'est également montré toxique pour l'embryon chez le rat (voir la rubrique «Données précliniques»). Pramipexole Stada ne doit pas être utilisé durant la grossesse, sauf en cas de nécessité absolue.
Allaitement
Le passage du pramipexole dans le lait maternel n'a pas étudié chez l'être humain. Chez les rats, la concentration du pramipexole et de ses métabolites (mesurée par la radioactivité du 14C) dans le lait maternel était supérieure à celle du plasma.
Comme le pramipexole inhibe chez l'être humain la sécrétion de la prolactine, il faut s'attendre à une inhibition de la lactation.
Des données issues d'études cliniques chez l'homme n'étant pas disponibles, Pramipexole Stada ne doit, si possible, pas être administré pendant l'allaitement. Si l'utilisation du médicament est inévitable, il convient de cesser l'allaitement.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Le patient doit être conscient du fait que des hallucinations peuvent survenir et influencer l'aptitude à la conduite.
Les patients doivent être prévenus des éventuels effets sédatifs (y compris somnolence et endormissement subit durant les activités quotidiennes) qui ont été associés à Pramipexole Stada. Une somnolence et un endormissement subit pouvant avoir des conséquences potentiellement dangereuses, les patients doivent être informés qu'ils devront s'abstenir de conduire, d'utiliser des machines ou d'effectuer d'autres activités à risque. Ceci est valable jusqu'à ce que l'on dispose d'une expérience suffisante avec Pramipexole Stada pour pouvoir évaluer si les capacités mentales et/ou motrices sont influencées négativement par Pramipexole Stada. En cas de somnolence et d'épisodes d'endormissement subit pendant les activités quotidiennes (par ex. conversations, repas, etc.) qui peuvent survenir à tout moment du traitement, les patients doivent contacter leur médecin (voir aussi «Mises en garde et précautions»).

Effets indésirables

Définition des catégories de fréquence: très fréquent (≥10%), fréquent (≥1%, <10%), occasionnel (≥0,1%, <1%), rare (>0,01%), <0,1%).
Les effets indésirables mentionnés ci-dessous sur l'analyse d'études regroupées, contrôlées contre placebo ainsi que d'études post-marketing:
Infections et infestations
Occasionnel: pneumonie.
Affections endocriniennes
Occasionnel: sécrétion d'ADH inadéquate*.
En cas d'apparition d'une hyponatrémie, un diagnostic différentiel est recommandé en raison de l'éventualité d'un syndrome caractérisé par une sécrétion d'ADH inadéquate (SIADH) et les autres causes doivent être exclues. Un SIADH peut se manifester cliniquement par exemple par des troubles de la conscience y compris le coma, des hallucinations, des convulsions, des maux de tête, des troubles de la concentration et de la mémoire, des crampes musculaires.
Affections psychiatriques
Fréquent: insomnie, hallucinations, confusion, rêves inhabituels, troubles du comportement se traduisant par des perturbations du contrôle des pulsions et un comportement compulsif.
Occasionnel: troubles de la libido, hypersexualité, idées délirantes, paranoïa, jeu pathologique, achat compulsif, agitation, épisodes boulimiques*, hyperphagie*, délire.
Rare: manie.
Affections du système nerveux
Très fréquent: vertiges (18,4%), dyskinésie (16,8%), somnolence (11,7%).
Fréquent: céphalées.
Occasionnel: hyperkinésie, endormissement subit, syncope, amnésie.
L'incidence de la somnolence augmente pour des dosages supérieurs à 1,5 mg (voir également «Mises en garde et précautions»).
Affections oculaires
Fréquent: troubles de la vision y compris diplopie, vision floue, diminution de l'acuité visuelle.
Affections cardiaques
Occasionnel: défaillance cardiaque*.
Au cours des études cliniques et de l'expérience acquise depuis la commercialisation, l'insuffisance cardiaque a été rapportée chez des patients traités par pramipexole. Au cours d'une étude pharmaco-épidémiologique, il a été observé une augmentation du risque d'insuffisance cardiaque lors de l'administration de pramipexole par rapport à sa non administration.
Affections vasculaires
Fréquent: hypotension.
Une hypotension peut apparaître au début du traitement, en particulier lorsque pramipexole est administré trop rapidement à des doses élevées.
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Occasionnel: dyspnée, hoquet.
Affections gastro-intestinales
Très fréquent: nausées (17,8%).
Fréquent: vomissements, constipation.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Occasionnel: exanthème, prurit et autres réactions d'hypersensibilité.
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Fréquent: oedème périphérique, fatigue.
Investigations
Fréquent: perte de poids y compris baisse de l'appétit.
Occasionnel: prise de poids.
* Cet effet indésirable a été observé après la mise du médicament sur le marché. Il y a 95% de chances que sa catégorie de fréquence ne soit pas plus élevée qu'«occasionnelle» mais elle peut être plus faible. Une estimation plus précise de sa fréquence n'est pas possible car cet effet indésirable n'est pas documenté dans les études cliniques avec n= 2762 patients traités par le pramipexole et souffrant de la maladie de Parkinson.
Des signes de dépendance pathologique au jeu (jeu pathologique), de libido accrue et d'hypersexualité ont été observés chez des patients traités par des agonistes dopaminergiques, y compris le pramipexole, dans le traitement de la maladie de Parkinson, particulièrement à des doses élevées. Ces signes ont généralement régressé après réduction de la dose ou arrêt du traitement. Des cas d'augmentation de la prise de nourriture (hyperphagie) ont également été rapportés.

Surdosage

Symptômes
On ne dispose pas d'expériences cliniques mentionnant d'importants surdosages. Il faut s'attendre à des effets indésirables en rapport avec le profil pharmacodynamique des agonistes dopaminergiques, par exemple nausées, vomissements, hyperkinésie, hallucinations, agitation et hypotension.
Traitement
On ne connaît aucun antidote pour traiter un surdosage en agonistes dopaminergiques. L'administration d'un neuroleptique peut être indiquée en présence de signes de stimulation nerveuse centrale. Le traitement d'un surdosage peut nécessiter des mesures générales de soutien, ainsi qu'un lavage gastrique, un apport liquidien intraveineux, l'administration de charbon actif et une surveillance de l'ECG.
Le pramipexole n'est éliminé par la dialyse qu'en faible proportion.

Propriétés/Effets

Code ATC: N04BC05
Le pramipexole, principe actif de Pramipexole Stada, est un agoniste dopaminergique de type non ergoline qui se lie très sélectivement et spécifiquement aux récepteurs de la dopamine de la sous-famille D2, et préférentiellement aux récepteurs D3. Le pramipexole possède une efficacité intrinsèque complète.
En cas de maladie de Parkinson, le pramipexole diminue les crises motrices en stimulant les récepteurs dopaminergiques situés dans le corps strié. Les études animales ont montré que le pramipexole inhibe la synthèse, la libération et le turnover de la dopamine. Dans les études animales, le pramipexole protège les neurones dopaminergiques d'une dégénérescence ischémique ou de la neurotoxicité de la métamphétamine.
Les études in vitro montrent que le pramipexole protège les neurones de l'effet neurotoxique de la lévodopa.
On a observé chez les sujets testés une diminution dose-dépendante de la concentration de prolactine.
L'efficacité du pramipexole a été étudiée durant 6 mois dans le cadre d'études cliniques contrôlées. Dans les études à long terme, on dispose d'une expérience allant jusqu'à 4 ans.

Pharmacocinétique

Absorption
L'absorption du pramipexole administré par voie orale est rapide et complète. La biodisponibilité absolue dépasse 90%. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes après 1 à 3 heures après la prise de comprimés de pramipexole.
La prise avec des aliments ne modifie pas la biodisponibilité de manière cliniquement significative.
Dans le domaine thérapeutique, la cinétique du pramipexole est linéaire. Les taux plasmatiques présentent relativement peu de variations individuelles.
Distribution
Chez l'homme, la liaison protéique du pramipexole est faible (<20%). Le volume de distribution est important (400 l). On a mesuré chez les rats des concentrations de principe actif importantes au niveau du cerveau (elles atteignaient environ 8 fois la concentration plasmatique).
Métabolisme
Le pramipexole n'est que faiblement métabolisé chez l'homme.
Elimination
L'excrétion rénale de pramipexole sous forme inchangée représente la principale voie d'élimination; environ 80% de la dose sont ainsi éliminés. Près de 90% d'une dose marquée au 14C sont excrétés par voie rénale, alors que l'on en retrouve moins de 2% dans les fèces. La clairance totale du pramipexole est d'environ 500 ml/min et la clairance rénale d'environ 400 ml/min. La demi-vie d'élimination (t½) va de 8 heures chez les jeunes patients à 12 heures chez les patients âgés.
Cinétique pour certains groupes de patients
Chez les patients souffrant d'insuffisance rénale de sévérité variable, la clairance du pramipexole présentait une bonne corrélation avec la clairance de la créatinine. Chez les patients atteints d'insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine d'environ 20 ml/min), la clairance du pramipexole diminuait d'environ 75%; elle s'abaissait d'environ 60% chez les patients souffrant d'insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine d'environ 40 ml/min). La clairance du pramipexole est extrêmement faible chez les patients dialysés, car le pramipexole n'est éliminé par la dialyse qu'en proportion négligeable.
Pour savoir quelles sont les diminutions recommandées pour les doses de départ et les doses d'entretien, veuillez vous référer au paragraphe «Posologie chez les patients parkinsoniens dont la fonction rénale est réduite».

Données précliniques

Toxicité après doses réitérées
Les études de toxicité après doses réitérées ont montré que le pramipexole exerce des effets fonctionnels principalement au niveau du système nerveux central et du système génital femelle, probablement par exacerbation de son activité pharmacodynamique.
Une diminution des pressions systolique et diastolique et de la fréquence cardiaque a été observée chez le cobaye. Chez le singe, il a été noté un effet hypotenseur.
Toxicité pour la reproduction et le développement
Les effets potentiels du pramipexole sur la reproduction et le développement ont été étudiés chez le rat et le lapin. Le pramipexole n'a pas montré d'effet tératogène pour ces deux espèces, mais des effets embryotoxiques ont été mis en évidence chez le rat à des doses maternotoxiques.
En raison de l'effet hypoprolactinémiant de la substance et du rôle particulier de la prolactine dans la fonction reproductrice chez le rat femelle, les effets du pramipexole sur la grossesse et la fertilité femelle n'ont pas été entièrement élucidés.
Un retard du développement sexuel (séparation préputiale et ouverture du vagin) a été observé chez les rats. La pertinence de ces données chez l'homme n'est pas connue.
Génotoxicité et cancérogénicité
Le pramipexole n'a pas montré d'effet génotoxique. Dans une étude de carcinogénèse, des rats mâles ont développé des hyperplasies et des adénomes des cellules de Leydig, dus à l'effet inhibiteur du pramipexole sur la prolactine. Cette observation n'apparaît pas cliniquement pertinente pour l'homme. Au cours de la même étude, il a été observé que l'administration de pramipexole à des doses supérieures ou égales à 2 mg/kg (de la forme sel) était associée à des dégénérescences de la rétine chez le rat albinos. Cette dernière manifestation n'a pas été mise en évidence chez le rat pigmenté, ni lors d'une étude de carcinogénèse de deux ans chez la souris albinos, ni chez les autres espèces étudiées.

Remarques particulières

Stabilité
Le médicament ne peut être utilisé que jusqu'à la date indiquée sur l'emballage par la mention «EXP».
Remarques concernant le stockage
Conserver dans l'emballage original. Ne pas conserver au-dessus de 30 °C. Tenir hors de portée des enfants.

Numéro d’autorisation

62079 (Swissmedic).

Présentation

Comprimés à 0.125 mg: 30 (B)
Comprimés à 0.25 mg (sécables): 30, 100 (B)
Comprimés à 0.5 mg (sécables): 100 (B)
Comprimés à 1.0 mg (sécables): 100 (B)

Titulaire de l’autorisation

Spirig HealthCare SA, 4622 Egerkingen/Suisse.

Mise à jour de l’information

Septembre 2016.

2018 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home