ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Furospir Lactab®:Mepha Pharma AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principes actifs: spironolactone et furosémide.
Excipients: jaune de quinoléine (E 104), excipiens pro compresso obducto.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

1 Lactab contient:
50 mg de spironolactone et 20 mg de furosémide.

Indications/Possibilités d’emploi

Oedèmes ou ascite en cas d'hyperaldostéronisme dus à insuffisance cardiaque, insuffisance hépatique, syndrome néphrotique au cas où d'autres mesures diurétiques se sont avérées insuffisantes.

Posologie/Mode d’emploi

Posologie usuelle
Oedèmes: chez l'adulte, la posologie suivante est en général recommandée, suivant le degré de gravité de l'hyperaldostéronisme:
Au cours des 3–6 premiers jours en fonction de l'indication et du degré de gravité est administré par jour jusqu'à:
4× 1 Lactab de Furospir.
Pour la poursuite du traitement, il suffit en général d'une posologie d'entretien de:
3× 1 Lactab de Furospir.
Suivant les besoins, cette dose peut être administrée tous les jours, tous les 2 jours ou tous les 3 jours.
Ne pas dépasser la dose maximale journalière de 400 mg de spironolactone et 80 mg de furosémide.
Mode d'administration
Avaler les Lactab, sans les croquer, avec beaucoup de liquide. Le médicament sera pris au petit déjeuner ou pendant le repas de midi. Une prise le soir ne serait pas très judicieuse, principalement au début du traitement, à cause de la diurèse nocturne.

Contre-indications

Hypersensibilité à la spironolactone, au furosémide, aux sulfamidés, aux dérivés des sulfamidés ou à l'un des excipients.
Anurie, défaillance rénale aiguë, troubles de la fonction rénale (créatinine sérique >2 mg/100 ml, clearance de la créatinine <30 ml/min/1.73 m² surface corporelle), coma et précoma hépatique, hypovolémie ou déshydratation (avec ou sans hypotension concomitante), hyponatrémie sévère, hyperkaliémie, hypokaliémie sévère.
Grossesse, allaitement.

Mises en garde et précautions

Le traitement avec Furospir requiert une surveillance régulière. Le contrôle des concentrations sériques de sodium, de potassium, de créatinine et de la glycémie sont nécessaires.
Une surveillance attentive est indispensable chez:
·les patients avec une hypotension;
·les patients particulièrement menacés par une chute de la pression artérielle (p.ex. lors de sténose coronarienne ou cérébro-vasculaire sévère);
·les patients souffrant de diabète sucré latent ou manifeste;
·les patients souffrant de goutte;
·les patients présentant des troubles mictionnels, surtout en début de traitement;
·les patients avec une cirrhose hépatique associée à une insuffisance rénale (aggravation possible de l'insuffisance rénale);
·les patients avec une hypoprotéinémie, p.ex. lors d'un syndrome néphrotique (diminution de l'efficacité et aggravation de l'ototoxicité du furosémide possible);
·les patients avec une fonction rénale diminuée (augmentation du risque de développement d'une hyperkaliémie).
Lors d'une fonction rénale diminuée avec une clearance de la créatinine inférieure à 60 ml/min/1.73 m² de surface corporelle, ainsi que lors de l'administration de Furospir en association avec certains autres médicaments pouvant être responsables d'une hyperkaliémie, une surveillance étroite du taux sérique de potassium sera nécessaire.
En cas d'insuffisance hépatique, des troubles électrolytiques graves peuvent s'installer et conduire au coma hépatique. Pour cette raison, il est recommandé de titrer soigneusement les doses des différents composants. L'association fixe représentée par Furospir ne devrait être introduite que lorsque l'ajustement posologique de chaque constituant est jugé satisfaisant.
Une progression tumorale a été observée chez certains patients atteints d'un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm) et lors d'un traitement avec de la spironolactone. Spironolactone se lie au récepteur des androgènes et peut augmenter le taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA).
La spironolactone peut provoquer des modifications de la voix. Pour ces raisons le bénéfice thérapeutique de Furospir sera évalué, en particulier chez les personnes dont la profession requiert des qualités vocales spécifiques.
Il n'y a pas d'expériences chez les enfants. Il n'est pas recommandé de l'utiliser chez eux.
Même lorsque la préparation est utilisée en respectant les directives d'emploi, certaines réactions individuelles variables peuvent limiter les capacités nécessaires à une participation active au trafic routier ou à l'utilisation de machines. Ce phénomène est particulièrement marqué au début du traitement, lors d'un changement de traitement et en cas de prise simultanée d'alcool.
Les patients avec une obstruction partielle du flux urinaire (p.ex. patients souffrant d'un trouble de vidange de la vessie, d'une hyperplasie prostatique ou d'un rétrécissement de l'urètre), l'augmentation de la production d'urine peut provoquer ou aggraver les douleurs. C'est pourquoi, ces patients nécessitent une surveillance particulière.
Usage concomitant avec la rispéridone
Au cours d'essais cliniques sur la rispéridone contrôlés contre placebo chez des patients âgés atteints de démence, on a observé une incidence plus élevée des décès chez ceux traités par furosémide plus rispéridone (7,3%; âge moyen 89 ans, fourchette de 75 à 97 ans) que chez ceux traités par la seule rispéridone (3,1%, âge moyen 84 ans, fourchette de 70 à 96 ans) ou par le furosémide seul (4,1%, âge moyen 80 ans, fourchette de 67 à 90 ans).
L'augmentation de la mortalité chez des patients traités par furosémide et rispéridone a été observée dans 2 études cliniques sur les 4 réalisées.
L'utilisation concomitante de rispéridone avec d'autres diurétiques (principalement thiazidiques à faible dose) n'a pas été associée à de telles observations.
Aucun mécanisme physiopathologique n'a été identifié qui puisse expliquer ces constatations et aucun motif logique des causes de décès n'a été observé. Il convient néanmoins d'être prudent et de prendre en considération les risques et bénéfices de cette association ou d'un co-traitement avec d'autres diurétiques puissants avant de prendre une décision. Il n'y a eu aucune incidence accrue de décès parmi les patients prenant d'autres diurétiques en traitement concomitant avec la rispéridone. Indépendamment du traitement, la déshydratation était un facteur de risque global de mortalité, elle doit donc être évitée chez les patients âgés atteints de démence (voir «Contre-indications»).
Il est possible qu'un lupus érythémateux préexistant s'aggrave chez les patients traités avec le furosémide ou qu'une activation d'un lupus érythémateux survienne avec le furosémide.

Interactions

Des associations non-recommandées
En relation avec la spironolactone:
Une hyperkaliémie peut survenir en cas d'administration simultanée de préparations contenant du potassium, de substances retenant le potassium (telles que le triamtérène et amiloride), d'antiphlogistiques non stéroïdiens (acide acétylsalicylique, indométacine) et d'inhibiteurs de l'ECA. Dans ces cas une surveillance étroite du taux sérique de potassium est nécessaire.
En relation avec le furosémide:
Il faut tenir compte du fait que l'ototoxicité des antibiotiques du groupe des aminoglucosides et d'autres médicaments ototoxiques peut être renforcée.
Les troubles auditifs qui en résultent peuvent être irréversibles. Ces médicaments ne seront administrés simultanément avec Furospir qu'en présence de raisons impératives.
On a rapporté dans des cas isolés, lors de l'administration i.v. de furosémide dans les 24 heures qui suivent l'absorption d'hydrate de chloral, la survenue de bouffées de chaleur et de crises de sudation profuse, des états d'agitation, des nausées, une augmentation de la tension artérielle et une tachycardie. De telles réactions pourraient également se manifester avec Furospir. Pour cette raison, l'application simultanée de furosémide et d'hydrate de chloral n'est pas recommandée.
Des associations sous précautions ou attention particulière
En combinaison avec la digoxine, la spironolactone peut augmenter la digoxinémie.
La spironolactone et la carbénoxolone peuvent affaiblir leur action réciproquement.
Des quantités importantes de réglisse peuvent perturber l'effet de la spironolactone.
Si Furospir est pris pendant les repas, l'absorption de la spironolactone est augmentée.
Lors d'utilisation concomitante de furosémide et de cisplatine, on peut s'attendre à des troubles auditifs. Si une diurèse forcée par le furosémide est nécessaire lors d'un traitement par la cisplatine, seule une faible dose de furosémide peut être utilisée (p.ex. 40 mg dans le cas d'une fonction rénale normale) et seulement lors d'un bilan hydrique positif. Sinon, la néphrotoxicité connue sous cisplatine peut être renforcée.
La phénytoïne peut également affaiblir l'effet du furosémide. Le probénécide, le méthotrexate et d'autres substances, qui comme le furosémide sont soumis à une sécrétion tubulaire rénale marquée, peuvent inhiber l'effet du furosémide. Par ailleurs, le furosémide peut inhiber la sécrétion rénale de ces substances. Lors du dosage élevé de ces substances et du furosémide, des taux sériques importants peuvent être atteints renforçant les effets secondaires du furosémide et du traitement concomitant.
La résorption du furosémide peut être réduite par le sucralfate. L'administration doit avoir lieu à deux heures d'intervalle.
Les effets et les effets secondaires de hautes doses de salicylate peuvent être renforcés par Furospir.
Il n'est pas exclu que dans certains cas, le furosémide renforce l'effet néphrotoxique de certains médicaments (tels que les aminoglucosides, céphalosporines, polymyxines). C'est pourquoi Furospir doit être prescrit avec précaution en cas de lésion rénale due aux antibiotiques.
Quelques troubles électrolytiques (tels que l'hypokaliémie, l'hypomagnésiémie) peuvent renforcer la toxicité d'autres certaines substances (p.ex. les préparations à base de digitale et les médicaments induisant un syndrome de prolongation de l'intervalle QT). En cas d'association aux glucocorticoïdes, aux laxatifs (administration prolongée) ou à carbénoxolone, il convient de prendre en considération qu'une fuite potassique accrue peut survenir. La réglisse agit comme la carbénoxolone.
Le furosémide peut parfois diminuer l'action d'autres médicaments (p.ex. des antidiabétiques et des sympathomimétiques hypertenseurs tels qu'adrénaline, noradrénaline) ou la potentialiser (p.ex. celle de la théophylline, du lithium et des myorelaxants du type curare).
L'action des antihypertenseurs, des diurétiques ou d'autres médicaments antihypertenseurs peut être potentialisée par le furosémide. Surtout en association avec les inhibiteurs de l'ECA, d'importantes chutes de pression pouvant aller jusqu'au choc ont été constatées. Lors de l'administration initiale ou à des doses élevées d'un inhibiteur de l'ECA ou d'un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II, les patients sous diurétiques peuvent souffrir d'une hypotension sévère ou d'une altération de la fonction rénale incluant une défaillance rénale. Lors de l'administration d'un inhibiteur de l'ECA ou d'un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II ou en cas d'augmentation de doses de ces médicaments, l'administration de Furospir doit être momentanément interrompue, ou sa posologie réduite pendant trois jours.
Le furosémide diminue l'excrétion des sels de lithium. Ceci peut provoquer une augmentation de la lithémie et potentialiser le risque des effets cardiotoxiques et neurotoxiques du lithium. Chez les patients traités simultanément avec des sels de lithium il est de ce fait recommandé de surveiller étroitement le taux de lithium sérique.
L'absorption simultanée de furosémide avec de fortes doses de certaines céphalosporines peut provoquer une défaillance de la fonction rénale.
Le risque d'une arthrite goutteuse sous traitement concomitant par ciclosporine et furosémide est accru à cause de l'hyperuricémie induite par le furosémide et par la détérioration de l'élimination rénale de l'acide urique par la ciclosporine.
Les patients présentant un risque accru de néphropathie due aux produits de contraste présentaient une incidence accrue des troubles de la fonction rénale suite au traitement par furosémide sans hydratation intraveineuse préalable en comparaison avec les patients qui avaient été hydratés par voie intraveineuse préalablement à l'administration de produits de contraste. Il est recommandé d'hydrater les patients traités par furosémide avant et après l'administration de produits de contraste avec une solution de chlorure de sodium physiologique afin de réduire le risque d'une néphropathie due aux produits de contraste.
Rispéridone: faire preuve de prudence et bien évaluer les risques et bénéfices d'une association ou d'un co-traitement avec le furosémide ou d'autres diurétiques puissants avant la décision de les utiliser. Voir «Mises en garde et précautions» concernant la mortalité accrue chez des patients âgés atteints de démence prenant en même temps de la rispéridone.
Lévothyroxine: des doses élevées de furosémide peuvent inhiber la liaison des hormones thyroïdiennes aux protéines de transport et ainsi induire une élévation initiale transitoire des hormones thyroïdiennes libres, suivie d'une diminution globale du taux d'hormones thyroïdiennes total. Les taux d'hormones thyroïdiennes doivent être surveillés.
Cholestyramine: une hyperkaliémie peut apparaître dans un contexte d'acidose métabolique hyperchlorémique chez des patients traités par Furospir et prenant en même temps de la cholestyramine.
En relation avec la combinaison de la spironolactone et furosémide
Les antiphlogistiques non stéroïdiens (tels que l'indométacine, l'acide acétylsalicylique) peuvent diminuer l'action du furosémide et de la spironolactone et mener à une défaillance rénale aiguë lors d'une hypovolémie ou déshydratation existante.

Grossesse/Allaitement

Il existe des indications évidentes de risque foetal, basées sur l'expérience chez l'homme ou chez l'animal, les risques dépassant largement l'effet thérapeutique positif éventuel. Des études sur l'animal ont montré une féminisation de l'appareil génital masculin. Des effets anti-androgéniques ont été reportés chez l'homme avec un risque d'ambiguïté sexuelle chez les nouveaux-nés de sexe masculin. Ce médicament est contre-indiqué chez la femme enceinte ou désirant le devenir.
Lorsque Furospir doit être prescrit à des patientes qui allaitent, un sevrage devra être entrepris avant l'administration de furosémide, car la spironolactone et le furosémide passent dans le lait maternel. Le furosémide inhibe la lactation.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Somnolence et obnubilation sont apparues chez quelques patients. C'est pourquoi le patient doit observer une prudence particulière lors de la conduite automobile ou de l'utilisation d'une machine, jusqu'à ce qu'il connaisse sa réaction à la spironolactone. Ceci s'applique principalement au début du traitement.

Effets indésirables

Le classement suivant des fréquences CIOMS est utilisé, quand applicable:
Très fréquent ≥10%; Fréquent ≥1 et <10%; Occasionnel ≥0,1 et <1%; Rare ≥0,01 et <0,1%; Très rare <0,01%, Inconnu (fréquence ne peut pas être estimée à partir des données disponibles).
Affections hématologiques et du système lymphatique
Furospir peut provoquer des modifications de la formule sanguine.
Fréquent: une déshydratation marquée peut provoquer une hémoconcentration avec tendance à la formation de thromboses.
Occasionnel: quelques cas de thrombopénie ont été décrits.
Rare: leucopénie, éosinophilie.
Très rare: agranulocytose, anémie hémolytique ou aplasique.
Affections du système immunitaire
Occasionnel: des réactions (p.ex. allergiques) cutanéo-muqueuses peuvent survenir, notamment sous forme de démangeaisons, d'urticaire et d'autres éruptions cutanées, ainsi que sous forme de manifestations cutanées bulleuses, d'érythème polymorphe, de dermatite exfoliatrice généralisée ou de purpura.
Rare: des réactions anaphylactiques ou anaphylactoïdes au furosémide (p.ex. état de choc) n'ont été décrites qu'après son administration intraveineuse.
Fréquence inconnue: exacerbation ou activation d'un lupus érythémateux systémique avec furosémide.
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Dans des rares cas on a observé des modifications de la voix, à savoir enrouement, voix plus grave (chez la femme) ou plus aiguë (chez l'homme). Chez certains patients, ces altérations ne régressent pas, même après arrêt de l'administration de la préparation. Pour ces raisons, le bénéfice thérapeutique doit être soigneusement évalué face aux risques, tout particulièrement chez les personnes dont la profession requiert des qualités vocales particulières (p.ex. théâtre, enseignement).
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Très fréquent: Comme dans tout traitement par les diurétiques, une perturbation de l'équilibre hydro-électrolytique par suite de la diurèse accrue peut survenir.
Une perturbation de l'équilibre hydro-électrolytique (p.ex. carence de certains électrolytes), peut se manifester par des symptômes tels qu'une sensation de soif accrue, des céphalées, un état confusionnel, des crampes musculaires, une tétanie, une faiblesse musculaire, des troubles du rythme cardiaque, mais également par des troubles gastro-intestinaux.
Des troubles plus importants de l'équilibre électrolytique seront corrigés.
L'effet diurétique peut conduire ou contribuer à une hypovolémie et à une déshydratation, particulièrement chez les patients âgés. Afin d'éviter ces complications, il est important de compenser toute perte de liquide indésirable (p.ex. lors de vomissements, de diarrhées ou de transpiration abondante). Une diurèse accrue peut provoquer une chute de la pression artérielle. Celle-ci peut être responsable de troubles de la capacité de concentration et de réaction, ainsi que d'une impression de lourdeur de la tête, de céphalées, de vertiges, d'étourdissements, de crampes musculaires dans les jambes, de sensation de faiblesse, de troubles visuels, de sécheresse buccale et de troubles circulatoires orthostatiques.
Les taux sanguins de créatinine et de lipides (p.ex. triglycérides) peuvent augmenter.
Fréquent: au début du traitement, il peut se produire une hyponatrémie, une hypochlorémie, une hypokaliémie, et une hyperkaliémie dans un traitement au long cours, surtout en cas d'insuffisance rénale. Le développement d'une hypokaliémie pourra généralement être corrigé sans interruption du traitement par Furospir. Les signes éventuels d'une hyperkaliémie sont des symptômes tels que fatigue, faiblesse musculaire p.ex. au niveau des jambes et troubles du rythme cardiaque.
Une augmentation du taux de cholestérol sanguins et de l'acide urique peut survenir. L'augmentation d'acide urique peut déclencher des crises de goutte chez les patients qui y sont prédisposés.
Occasionnel: Une tolérance diminuée au glucose peut également être la conséquence d'un traitement par le furosémide. Ceci peut conduire chez les diabétiques à une détérioration de la situation métabolique; un diabète latent peut également se manifester.
Inconnu: hypocalcémie, augmentation de l'urée sanguine, alcalose métabolique (sous furosémide), acidose métabolique hyperchlorémique, syndrome de pseudo-Bartter en cas de mésusage et/ou de traitement à long terme avec le furosémide.
Une calcification des reins peut survenir chez les prématurés.
Affections du système nerveux
Fréquent: encéphalopathie hépatique chez les patients souffrant d'une insuffisance hépatocellulaire.
Occasionnel: céphalées, ataxie, états de confusion, vertiges.
Rare: des paresthésies peuvent se manifester.
Des cas d'engourdissement/somnolence et de léthargie ont été observés.
Fréquence inconnue: des cas de vertige, d'évanouissement ou de perte de connaissance et de céphalée ont été rapportés.
Affections de l'oreille et du labyrinthe
Occasionnel: des troubles auditifs survenus après le furosémide sont rares et en général réversibles. Ils risquent de se produire notamment en cas d'insuffisance rénale. Des cas de surdité, parfois irréversibles, ont été rapportés avec le furosémide.
Rare: tinnitus aurium
Affections vasculaires
Rare: une vascularite peut survenir.
Affections gastro-intestinales
Occasionnel: nausée.
Rare: vomissement, diarrhée.
Très rare: pancréatite aiguë.
Dans des cas isolés, des ulcères gastriques (aussi avec hémorragie) peuvent se développer.
Affections hépato-biliaires
Rare: lors de traitement avec la spironolactone on observe dans des cas isolés une augmentation des enzymes hépatiques. Des cas d'hépatite ont été observés.
Très rare: augmentation des transaminases et cholestase intrahépatique (furosémide).
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Occasionnel: une hypersensibilité cutanée à la lumière peut apparaître, ainsi que prurit, urticaire, démangeaisons, rashes, dermatite bulleuses, érythème multiforme, pemphigoïde bulleuse, dermatite exfoliative généralisée, purpura, photosensibilité.
Très rare: modifications cutanées de type érythème annulaire et lichen ruber plan, perte des cheveux, alopécie, syndrome de type lupus.
Fréquence inconnue: syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, PEAG (pustulose exanthémateuse généralisée aigue), DRESS (éruption cutanée avec une éosinophilie et des symptômes systémiques) et réactions lichénoïdes.
Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif
Occasionnel: crampes musculaires.
Très rare: ostéomalacie (spironolactone).
Fréquence inconnue: des cas de rhabdomyolyse, souvent dans le contexte d'une hypokaliémie sévère, ont été rapportés (voir «Mises en garde et précautions»).
Affections congénitales, familiales et génétiques
Fréquence inconnue: risque de persistance du ductus arteriosus augmenté chez le prématuré lors d'un traitement au furosémide lors des premières semaines de vie.
Affections du rein et des voies urinaires
Rare: néphrite interstitielle.
Des symptômes de rétention urinaire(p.ex. en cas d'hydronéphrose, d'hypertrophie de la prostate, de sténose urétrale), peuvent être révélés ou aggravés par les diurétiques. Dans les cas extrêmes une rétention urinaire avec distension de la vessie peut survenir. La vidange vésicale doit être assurée lors de troubles mictionnels. Une insuffisance rénale peut survenir en particulier dans le contexte d'une perfusion rénale réduite.
Affections des organes de reproduction et du sein
Dépendant de la dose, la spironolactone peut amener souvent chez l'homme et la femme une sensibilité accrue au toucher des mamelons, une mastodynie ou une gynécomastie. Chez la femme, des troubles des règles (dépendant de la dose) y compris une aménorrhée et rarement de l'hirsutisme peuvent survenir et chez l'homme parfois de l'impuissance.
Fréquence inconnue: progression du cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC).
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Rare: fièvre.

Surdosage

Les symptômes en sont l'exsiccose avec états délirants, l'hypotension sévère (jusqu'à l'état de choc), l'insuffisance rénale aiguë, la formation de thromboses, la paralysie flasque, l'apathie et l'état confusionnel. Le traitement consiste en une substitution liquidienne et une correction électrolytique, notamment contre l'hyperkaliémie et le contrôle des fonctions métaboliques.

Propriétés/Effets

Code ATC: C03EB01
Mécanisme d'action/pharmacodynamique
La spironolactone inhibe de façon compétitive l'action de l'aldostérone et entraîne ainsi une augmentation de la natriurèse et de la diurèse, sans fuite du potassium ni du magnésium de l'organisme. Le furosémide exerce une action salidiurétique en inhibant la réabsorption rénale du sodium et du chlore, notamment dans les régions médullaire et corticale de l'anse de Henle. Le furosémide exerce en outre une action vasodilatatrice par son impact direct sur la paroi vasculaire.
L'association de spironolactone et de furosémide peut combattre la tendance à la déperdition potassique et à l'alcalose, que cette tendance ait pour cause l'aldostérone ou la diurèse; le bilan électrolytique ne subit donc presque aucune modification si la fonction rénale n'est pas altérée. Par ailleurs, les effets natriurétiques des deux principes actifs s'additionnent.

Pharmacocinétique

Absorption
La biodisponibilité de la canrénone, la spironolactone étant administrée par voie orale, est d'environ 25%, celle du furosémide de 60-70%. Les pics de concentration sanguine de spironolactone et de furosémide se mesurent env. 1 heure (tmax) après l'administration.
Les pics de concentration plasmatique (Cmax) de la spironolactone sont donnés à 185 ng/ml après administration orale de 200 mg, et à 2-3 µg/ml pour le furosémide après administration orale de 40 mg.
Distribution
Le volume de distribution de furosémide s'élève à 10,0 ± 2,1 l. En raison de sa grande liposolubilité, la canrénone se distribue dans un grand volume. La liaison du furosémide aux protéines plasmatiques s'élève à 98%, pour la canrénone à 90%.
La zone optimale de la concentration efficace est fonction de l'effet diurétique désiré. Le furosémide et la spironolactone traversent la barrière placentaire et passent dans le lait maternel.
Métabolisme
La spironolactone est largement métabolisée, et il en résulte des métabolites soufrés à raison d'env. 80%, et de la canrénone à raison d'env. 20%, qui contribuent tous à l'effet antiminéralocorticoïde. Le furosémide est essentiellement éliminé sous forme non métabolisée. Aucun métabolite actif n'apparaît.
Elimination
La demi-vie de l'élimination finale se situe entre 14 et 24 heures pour la canrénone et entre 1 et 2 heures pour le furosémide.
Les métabolites soufrés et la canrénone sont métabolisés en plusieurs étapes, et sont retrouvés au cours des 6 jours suivants dans les urines ainsi que dans les selles. La valeur Q0 du canrénoate de potassium est égale à 1,0.
La demi-vie de l'élimination sérique du furosémide s'élève à environ 1 heure. Le furosémide est éliminé par voie rénale à environ 70%, 14% sous forme de glucuronide.
Cinétique dans des situations cliniques particulières
A mesure que l'insuffisance rénale progresse, l'élimination se fait de plus par des voies extrarénales (élimination biliaire pouvant dépasser 60%). En cas d'insuffisance rénale chronique (taux de filtration glomérulaire <10 ml/min), la demi-vie sérique terminale s'est élevée à 13½ h, l'élimination totale atteignant en 24 h 56% de la dose administrée.
Une insuffisance hépatique ne semble influencer que peu l'élimination du furosémide. Une prolongation de la demi-vie terminale a parfois été constatée pour la canrénone.
L'élimination du furosémide est ralentie chez le prématuré et le nouveau-né.
Sa demi-vie est d'env. 24 h chez le prématuré, et d'env. 12 h chez le nouveau-né.

Données précliniques

Carcinogénicité et mutagénicité
Aucune carcinogénicité ni mutagénicité n'ont été détectées dans les expériences animales et dans les tests in vitro (spironolactone et furosémide).
Toxicité de reproduction
Spironolactone: chez les rats, la spironolactone induit la féminisation de foetus mâles, due à l'action anti-androgénique de la substance. Aucun effet tératogène n'a été détecté dans les études menées chez le rat et la souris.
Furosémide: n'affecte pas la fertilité chez les rats mâle et femelle (doses journalières: 90 mg/kg/poids corporel). Aucun effet tératogène ou embryotoxique significatif n'a été observé chez le rat et la souris traités par furosémide.
Aucune malformation n'a été détectée chez l'homme suite à une exposition au furosémide. Néanmoins, une production d'urine peut être stimulée in utéro chez le foetus.
Il n'existe pas d'études concernant l'effet du furosémide chez l'enfant sevré.
Toxicité chronique
Spironolactone: des études chez le rat ont montré des signes d'une augmentation de l'incidence d'adénocarcinomes bénins de la thyroïde et des testicules à forte doses.
Furosémide: chez le rat et le chien, après 6 et 12 mois d'administration, des changements au niveau rénal (dont une fibrose et calcification locale) ont été observés dans le groupe des dosages forts (10 à 20 fois la dose thérapeutique chez l'homme).

Remarques particulières

Influence sur les méthodes de diagnostic
Tant la spironolactone que l'un de ses métabolites, la canrénone, interférent avec le radio-immunoassay pour le dosage de la digoxine, en accroissant faussement les valeurs de digoxinémie.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.
Remarques concernant le stockage
Conserver à température ambiante (15-25°C) dans l'emballage original. Tenir hors de portée des enfants.

Numéro d’autorisation

45510 (Swissmedic).

Présentation

Lactab: 20 et 50 (B)

Titulaire de l’autorisation

Mepha Pharma AG, Basel.

Mise à jour de l’information

Septembre 2018.
Numéro de version interne: 9.1

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home