ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Olanpax comprimés pelliculés, comprimés orodispersibles:Drossapharm AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Mises en garde et précautions

Au cours du traitement avec un antipsychotique, des jours et même des semaines peuvent s'écouler avant toute amélioration de l'état clinique du patient. Les patients seront donc sous étroite surveillance pendant cette période.
Psychose/troubles du comportement chez les patients souffrant de démence
L'olanzapine n'est pas indiquée dans le traitement de la démence avec troubles psychotiques et/ou troubles du comportement et son utilisation chez ce groupe spécifique de patients est déconseillée du fait d'une augmentation du risque de mortalité et d'accidents cérébrovasculaires. Au cours d'essais cliniques contrôlés versus placebo (durée de 6 à 12 semaines), réalisés chez des patients âgés (âge moyen 78 ans) souffrant de démence avec troubles psychotiques et/ou de troubles du comportement, l'incidence des décès dans le groupe olanzapine a été deux fois plus importante que celle observée dans le groupe placebo (3,5 versus 1,5% respectivement). L'incidence plus élevée de décès n'a pas été corrélée à la dose d'olanzapine (dose moyenne quotidienne de 4,4 mg) ou à la durée de traitement. Dans cette population de patients, un âge >65 ans, une dysphagie, une sédation, une malnutrition et une déshydratation, une pathologie pulmonaire (telle qu'une pneumopathie avec ou sans inhalation) ou une utilisation concomitante de benzodiazépines peuvent être des facteurs prédisposant à une augmentation du risque de mortalité. Néanmoins, l'incidence de mortalité a été supérieure dans le groupe olanzapine (versus placebo), indépendamment de ces facteurs de risque.
Des événements indésirables cérébrovasculaires (tels que accidents vasculaires cérébraux, accidents ischémiques transitoires), dont certains d'issue fatale, ont été rapportés dans ces mêmes essais cliniques. Trois fois plus d'événements indésirables cérébrovasculaires ont été rapportés dans le groupe des patients traités par olanzapine comparativement au groupe de patients traités par placebo (1,3% versus 0,4% respectivement). Tous les patients traités par olanzapine ou par placebo ayant présenté un événement vasculaire cérébral, avaient des facteurs de risque préexistants. Un âge supérieur à 75 ans et une démence de type vasculaire ou mixte ont été identifiés comme des facteurs de risque d'événements indésirables cérébrovasculaires dans le groupe olanzapine. L'efficacité clinique de l'olanzapine n'a pas été démontrée dans ces essais.
Psychose chez les patients souffrant de la maladie de Parkinson
Il n'est pas recommandé d'administrer l'olanzapine pour traiter les psychoses provoquées par des médicaments à effet dopaminergique chez des patients souffrant de la maladie de Parkinson. Dans des essais cliniques, une aggravation des symptômes du Parkinson et des hallucinations a été rapportée très souvent, et plus souvent que sous placebo. Dans le traitement des symptômes psychotiques, l'olanzapine n'était pas plus efficace que le placebo. Une des pré-conditions de ces essais, était que l'état des patients en début d'étude soit stable avec la dose efficace d'antiparkinsonien (médicament à effet dopaminergique) la plus faible et que les patients soient maintenus sous la même dose du même médicament antiparkinsonien tout au long de l'étude. Le traitement avec l'olanzapine a commencé avec 2,5 mg/jour et, selon l'appréciation du médecin de l'étude, la dose a été portée à 15 mg/jour au maximum.
Syndrome neuroleptique malin (SNM)
De rares cas de SNM ont été signalés chez des patients sous olanzapine. Le SNM est une affection susceptible de constituer un danger vital, en rapport avec la prise de neuroleptiques. Cliniquement, le SNM se manifeste par une augmentation de la température corporelle (hyperthermie), une rigidité musculaire, une modification de l'état mental et une instabilité du système nerveux autonome (pulsations ou tension artérielle irrégulières, tachycardie, sueurs et troubles du rythme cardiaque). D'autres symptômes peuvent être une augmentation de la créatinine-phosphokinase, une myoglobinurie (rhabdomyolyse) et une insuffisance rénale. En pareil cas ou face à une forte fièvre inexpliquée même sans manifestations cliniques concomitantes de SNM, le traitement de tous les neuroleptiques, incluant l'olanzapine, doivent être interrompus.
Hyperglycémie/Diabète
Chez les patients diabétiques ou présentant une légère élévation de la glycémie (100-126 mg/dl à jeun, 140-200 mg/dl non à jeun), l'olanzapine ne sera prescrite qu'après une évaluation soigneuse du rapport bénéfices/risques.
Des hyperglycémies, parfois marquées et occasionnellement accompagnées d'une acidocétose ou d'un coma hyperosmolaire, mais rarement à issue fatale, ont été rapportées chez des patients traités par des neuroleptiques atypiques dont l'olanzapine. Des études épidémiologiques ont montré un risque accru d'effets indésirables induits par l'hyperglycémie lors d'un traitement par des neuroleptiques atypiques. Il n'existe pas d'estimation précise du risque de survenue d'événements indésirables liés à une augmentation de la glycémie chez des patients traités par des antipsychotiques atypiques.
Il est recommandé de contrôler régulièrement la glycémie de tous les patients sous antipsychotiques atypiques (dont l'olanzapine), notamment des patients diabétiques ou présentant des facteurs de risque de diabète (par ex. adiposité, antécédents familiaux de diabète), et de tous les patients présentant des symptômes d'hyperglycémie (par ex. polydipsie, polyurie, polyphagie, faiblesse) ou une prise de poids importante. Le poids doit être contrôlé régulièrement.
Dans la plupart des cas, l'hyperglycémie disparaît après l'arrêt du neuroleptique. Toutefois, dans certains cas, une hyperglycémie peut demeurer et doit être traitée.
Hyperlipidémie
Des augmentations indésirables des triglycérides, du cholestérol total et du cholestérol LDL ont été observées chez les patients sous olanzapine. Il convient de surveiller toute modification des taux sanguins de lipides d'un point de vue clinique.
Dans les études menées jusqu'à 12 semaines chez l'adulte, les augmentations moyennes des taux de cholestérol total, de cholestérol LDL et de triglycérides à jeun ont été plus importantes chez les patients traités par l'olanzapine que chez les patients sous placebo.
Les augmentations moyennes des taux mesurés à jeun (cholestérol total, cholestérol LDL et triglycérides) ont été plus importantes chez les patients qui ne présentaient aucun signe de trouble du métabolisme lipidique au début de l'étude.
Activité anticholinergique
L'expérience clinique avec l'olanzapine chez des patients atteints d'affections concomitantes est limitée. Puisque l'olanzapine exerce un effet anticholinergique in vitro, il ne sera prescrit qu'avec une extrême prudence chez les patients présentant une hypertrophie prostatique ou un iléus paralytique.
Fonction hépatique
Des élévations transitoires et asymptomatiques des aminotransférases (ALAT et ASAT) ont été fréquemment observées notamment en début de traitement. La prudence s'impose chez les patients présentant une élévation des ALAT et/ou des ASAT, chez les patients présentant des signes d'altération de la fonction hépatique, chez les patients présentant une affection préexistante allant de pair avec une limitation des réserves de la fonction hépatique et chez les patients traités par des produits potentiellement hépatotoxiques.
Un contrôle régulier des aminotransférases est conseillé chez ce type de patients.
Le traitement doit être interrompu en cas de dosages répétés révélant une augmentation des aminotransférases.
Dans les cas où une hépatite a été diagnostiquée, le traitement par olanzapine doit être arrêté.
Neutropénie
Comme avec les autres antipsychotiques, on recommandera la prudence chez les patients qui présentent des taux de leucocytes et/ou de neutrophiles faibles, quelle qu'en soit la cause, et chez les patients qui reçoivent des médicaments dont on sait qu'ils peuvent être la cause d'une neutropénie, chez les patients dont l'anamnèse révèle une dépression/toxicité des tissus myéloïdes due à une affection concomitante, une radiothérapie ou une chimiothérapie, et chez les patients souffrant d'une hyperéosinophilie ou d'une affection engendrant la prolifération des cellules myéloïdes.
Dans de rares cas, chez des patients ayant développé une neutropénie au cours du traitement à la clozapine, on a constaté qu'en remplaçant le traitement à la clozapine par un traitement à l'olanzapine orale, le temps de récupération de la neutropénie était augmenté. En outre, depuis la mise sur le marché du produit, de très rares cas de récurrence d'une agranulocytose ont été observés chez les patients possédant des antécédents d'agranulocytose induite par la clozapine (voir «Effets indésirables»).
L'administration simultanée d'olanzapine et de valproate a fréquemment été la cause d'une neutropénie (voir «Effets indésirables»).
Les données sur l'association avec le lithium ou le valproate sont limitées (voir «Propriétés/Effets»). Une étude pharmacocinétique a été conduite sur la combinaison d'olanzapine et de carbamazépine.
Arrêt du traitement
L'arrêt soudain du traitement à l'olanzapine a été suivi rarement (>0,01% et <0,1%) des symptômes aigus tels que sueurs, insomnie, tremblement, anxiété, nausée ou vomissement. Avant d'arrêter un traitement avec l'olanzapine, on envisagera une réduction graduelle de la dose.
Intervalle QT
L'olanzapine montre un faible potentiel d'allongement du QTc et d'événements cardiaques qui y sont associés. Dans les études cliniques, un allongement cliniquement pertinent du QTc est apparu occasionnellement chez les patients traités par l'olanzapine (de 0,1% à 1%), sans qu'existent des différences significatives par rapport au placebo. Cependant, comme avec d'autres antipsychotiques, la prudence est recommandée lorsque l'olanzapine est prescrite en même temps que des médicaments connus pour allonger l'intervalle QTc, notamment chez le sujet âgé, chez les patients présentant un syndrome de QT long congénital, une insuffisance cardiaque non compensée, une hypertrophie cardiaque, une hypokaliémie ou une hypomagnésémie.
Atteintes thromboemboliques
Des atteintes thromboemboliques veineuses ont été très rarement rapportées avec l'olanzapine (<0,01%). Il n'a pas été établi de lien de causalité entre la survenue de ces atteintes et le traitement par l'olanzapine. Cependant les patients schizophrènes présentant souvent des facteurs de risque thromboembolique veineux, tout facteur de risque potentiel d'atteintes thromboemboliques veineuses, p.ex. l'immobilisation prolongée, doit être identifié et des mesures préventives mises en oeuvre.
Activité générale sur le système nerveux central
L'olanzapine étant un médicament à action essentiellement centrale, la prudence est indiquée en cas de prise concomitante d'autres médicaments agissant sur le système nerveux central ou d'alcool. Puisque l'olanzapine montre, in vitro, une activité antidopaminergique, elle peut contrecarrer l'action d'agonistes de la dopamine (voir «Interactions»).
Convulsions
L'olanzapine doit être administrée avec prudence chez les patients ayant des antécédents de convulsions ou chez ceux qui présentent une diminution du seuil convulsif. Des convulsions ont été occasionnellement signalées.
Dyskinésies tardives
Des essais cliniques contrôlés ont montré que l'administration orale d'olanzapine n'était liée qu'à une faible incidence de dyskinésies iatrogènes.
Le risque de survenue de dyskinésie tardive augmente avec la durée de l'exposition.
Comme avec d'autres antipsychotiques, il faut régulièrement examiner les patients pour d'éventuelles dyskinésies et autres troubles de la mobilité.
En cas d'apparition de symptômes d'une dyskinésie tardive chez des patients traités par l'olanzapine, une diminution du dosage ou une suspension du traitement devront être envisagées.
Ces symptômes peuvent provisoirement s'aggraver ou même survenir après l'arrêt du traitement.
Hypotension orthostatique
Occasionnellement au cours d'essais cliniques avec d'olanzapine orale, une hypotension orthostatique a été observée chez des patients âgés. Si des neuroleptiques sont indiqués, il est conseillé de contrôler la tension artérielle à intervalles réguliers chez les patients de plus de 65 ans.
Mort subite d'origine cardiaque
Dans une étude observationnelle rétrospective, l'augmentation du risque de mort subite présumée d'origine cardiaque dose-dépendante a été comparable chez les patients sous antipsychotiques atypiques (y compris l'olanzapine) ou antipsychotiques typiques par rapport aux patients ne prenant pas d'antipsychotiques (le risque a été environ le double du risque existant chez les patients non traités). Depuis la mise sur le marché, la mort subite d'origine cardiaque a été rapportée très rarement sous olanzapine.
Réaction médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms, DRESS)
Des DRESS ont été observées durant l'exposition à l'olanzapine. La DRESS est une combinaison de trois ou plus des symptômes suivants: réaction cutanée (comme une éruption ou une dermatite exfoliative), éosinophilie, fièvre, lymphadénopathie, et une ou plusieurs complications systémiques telles que hépatite, néphrite, pneumonite, myocardite et péricardite. En cas de suspicion de DRESS, Olanpax doit être interrompu.
Lactose: les comprimés pelliculés et les comprimés orodispersibles Olanpax contiennent du lactose.
Phénylalanine: les comprimés orodispersibles Olanpax contiennent de l'aspartame, qui libère de la phénylalanine.
Mannitol: les comprimés orodispersibles Olanpax contiennent du mannitol.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home