ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Dantamacrin®:Norgine AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Dantrolenum natricum 3½ H2O.
Excipients: Lactosum monohydricum, Color.: E104, E127; Excip. pro capsula.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Capsules à 25 resp. 50 mg de Dantrolène-sodium.

Indications/Possibilités d’emploi

Spasmes musculaires sévères (ou réfractaires) à la suite de lésions cérébrales ou médullaires.
Dantamacrin peut également être utilisée en cas de troubles de la miction consécutifs à une spasticité du sphincter vésical et du périnée.

Posologie/Mode d’emploi

Pour chaque patient, la posologie individuelle optimale sera atteinte par paliers successifs.
Adultes et adolescents (à partir de 50 kg)
Commencer par 25 mg 2 fois par jour; cette dose peut être augmentée de semaine en semaine jusqu’à obtention de la dose optimale.
On observera le schéma posologique suivant:
1ère semaine: 25 mg 2× par jour;
2ème semaine: 25 mg 4× par jour;
3ème semaine: 50 mg 3× par jour;
4ème semaine: 50 mg 4× par jour.
Cette posologie peut être augmentée progressivement et de manière passagère jusqu’à 400 mg par jour lorsque les circonstances laissent prévoir une sollicitation du patient par des contraintes ou un stress excessif. Il ne faudrait cependant pas administrer des doses journalières supérieures à 200 mg pendant plus de 2 mois.
Enfants dès 5 ans (à partir de 25 kg de poids corporel)
Commencer le traitement avec 1 mg/kg de poids corporel et par jour, puis augmenter la dose selon le schéma suivant:
1ère semaine: 1 mg/kg 1× par jour;
2ème semaine: 1 mg/kg 2× par jour.
La posologie pour les enfants peut être augmentée progressivement, dès la 3ème semaine, jusqu’à 200 mg par jour.
Dantamacrin doit être dosé avec précaution, car il possède une hépatotoxicité non négligeable. Lors de traitements de longue durée à posologie élevée, le dantrolène peut entraîner des conséquences fatales. De plus à des doses élevées, il faut tenir compte du danger possible de faiblesse musculaire.
Des doses journalières supérieures à 200 mg ne devraient pas être utilisées en traitement à long terme avec Dantamacrin, car elles augmentent le risque d’effets secondaires.
Si après 6–8 semaines aucune amélioration n’est observée, la prise du médicament devra être suspendue sur décision du médecin.

Contre-indications

Ne pas administrer Dantamacrin:
– en présence d’affections hépatiques, d’une fonction pulmonaire réduite et de lésions graves du myocarde;
– lorsqu’une augmentation anormale du tonus est nécessaire pour maintenir une meilleure fonction motrice, la position debout ou l’équilibre des mouvements;
– en cas d’hypersensibilité au dantrolène ou à un des excipients, selon la composition;
– chez l’enfant de moins de 5 ans, Dantamacrin ne devrait pas être administré. Les expériences accumulées dans cette classe d’âge ne suffisent pas pour établir son innocuité.

Mises en garde et précautions

Les capsules contiennent du lactose et ne sont pas indiquées en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
Hépatotoxicité
Dantamacrin présente un effet hépatotoxique non négligeable, pouvant avoir des conséquences létales. En règle générale, avant et pendant le traitement avec Dantamacrin, un contrôle des enzymes hépatiques devrait être effectué. Si les valeurs se trouvent hors normes, le traitement avec Dantamacrin devrait être interrompu. L’apparition d’une altération de la fonction hépatique lors de la reprise de la thérapie avec Dantamacrin doit conduire à l’arrêt de celle-ci.
Les patients doivent être informés qu’ils doivent s’adresser à leur médecin dès l’apparition des premiers signes d’hépatotoxicité, tels que: fatigue inhabituelle, selles plus claires, démangeaisons sur tout le corps, coloration jaune de la peau ou des yeux, perte d’appétit, nausées et vomissements.
Les facteurs favorisant le risque d’hépatotoxicité sont: des doses journalières supérieures à 300 mg, des thérapies à long terme, le genre féminin, un âge au-dessus de 30 ans, des lésions hépatiques préexistantes ainsi que la prise simultanée d’autres médicaments hépatotoxiques. Les lésions hépatiques peuvent s’avérer létales, particulièrement chez les patients âgés.
Il faut rester prudent en cas de sclérose latérale amyotrophique ou en présence de symptômes de paralysie bulbaire, car les effets pharmacologiques de Dantamacrin peuvent renforcer les parésies.
De même, Dantamacrin peut provoquer une photosensibilisation. Les patients devraient donc se protéger des radiations solaires fortes tout au long du traitement.

Interactions

La prise concomitante de tranquillisants de type benzodiazépine est susceptible de potentialiser l’effet myorelaxant de Dantamacrin.
L’absorption de Dantamacrin avec des substances calmantes ou de l’alcool peut entraîner une sédation accrue.
La prise concomitante d’oestrogènes augmente le risque de lésion hépatique.
L’administration simultanée de dantrolène et de vérapamil ainsi que d’autres antagonistes du calcium est déconseillée en raison du risque d’hyperkaliémie et d’altération de la fonction cardiaque.
La prise concomitante de dantrolène et d’un relaxant musculaire non-dépolarisant tel que le vécuronium peut renforcer leurs effets.

Grossesse/Allaitement

Lors de l’expérimentation animale chez le lapin et le rat, on a observé un accroissement du développement uni- ou bilatéral d’une 13e côte.
En absence de données sur le traitement avec le dantrolène chez la femme enceinte, l’administration devrait uniquement se faire si elle est absolument nécessaire.
Le dantrolène ne devrait pas être administré aux femmes qui allaitent. Si un traitement avec le dantrolène est nécessaire, l’allaitement devrait être interrompu.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Dantamacrin peut occasionner des vertiges, une somnolence et une sensation de faiblesse. Il a donc une influence prononcée sur l’aptitude à conduire et à utiliser des machines, surtout lorsqu’il est pris simultanément avec de l’alcool ou des tranquillisants.

Effets indésirables

Fréquence: «très fréquents» (≥1/10), «fréquents» (≥1/100, <1/10), «occasionnels» (≥1/1000, <1/100), «rares» (≥1/10’000, <1/1000), «très rares» (<1/10’000). „Cas isolés“ (la fréquence ne peut être estimée sur la base des données disponibles)
Les effets indésirables observés fréquemment sont: Etourdissements, vertiges, diarrhée, fatigue, sensation de faiblesse et malaise général.
Ces effets secondaires peuvent être évités dans une large mesure en augmentant prudemment la dose initiale par paliers; interrompre le traitement en cas de diarrhée persistante.
Des cas d’effets hépatotoxiques, sous la forme d’une hépatite, cholestase ou ictère peuvent aussi apparaître à des doses thérapeutiques au-dessous de 200 mg/jour.
Les effets indésirables suivants ont été observés dans le cadre de la surveillance post-marketing de Dantamacrin (fréquents: ≥1% des rapports de surveillance post-marketing; rares: ≤1% des rapports de surveillance post-marketing).
Affections du système immunitaire
Fréquents: réactions d’hypersensibilité se manifestant par une péricardite ou par une pléurésie accompagnée d’eosinophilie.
Affections psychiatriques
Rares: dépression, états confusionnels, hallucinations, insomnie et nervosité.
Affections du système nerveux
Fréquents: maux de tête, troubles de l’élocution et de la vision, convulsions.
Troubles cardiaques
Fréquents: péricardite
Rares: insuffisance cardiaque.
Cas isolés: bradycardie, tachycardie
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Fréquents: dépression respiratoire.
Rares: insuffisance respiratoire (due à une faiblesse musculaire et/ou à un épanchement pleural).
Affections gastro-intestinales
Fréquents: perte d’appétit, crampes abdominales, nausées, vomissements.
Rares: constipation, dans de rares cas jusqu’à occlusion intestinale (iléus), difficulté de déglutition (dysphagie), sécheresse buccale, hypersalivation, dyspepsie.
Cas isolés: saignements gastro-intestinaux
Affections hépatobiliaires
Fréquents: valeurs pathologiques de la fonction hépatique, hépatotoxicité (cf. «Mises en garde et précautions»).
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Fréquents: éruptions, réactions cutanées acnéiformes.
Rares: hyperhydrose.
Affections du rein et des voies urinaires
Rares: incontinence urinaire, besoins fréquents d’uriner, nycturie, cristallurie, hématurie et chromaturie.
Troubles généraux et accidents liés au site d’administration
Fréquents: frissons, fièvre.
De plus, des douleurs musculaires et dorsales peuvent apparaître.

Surdosage

Symptômes de l’intoxication
Les symptômes spécifiques d’un surdosage avec du dantrolène sont inconnus. Les symptômes possibles peuvent être: faiblesse musculaire, troubles de la conscience (léthargie, coma), vomissements et diarrhée.
Traitement de l’intoxication
Le traitement de l’intoxication aiguë comporte toutes les mesures symptomatiques habituelles ainsi qu’un lavage gastrique immédiat. Une expansion volumique devrait suivre afin d’éviter le risque de cristallurie.
L’utilité d’une dialyse n’est pas démontrée. Il n’existe pas d’antidote spécifique.

Propriétés/Effets

Code ATC: M03CA01
Dantamacrin dissocie le couplage excitation-contraction du muscle strié en inhibant la libération du calcium stocké dans les membranes du réticulum sarcoplastique. Cette action du dantrolène est spécifique: l’effet relaxant sur la musculature striée ne s’accompagne pas d’une incidence sur la transmission neuromusculaire et reste sans effet mesurable sur la membrane sarcoplastique aux propriétés électriques.
La posologie utilisée à des fins thérapeutiques n’a en règle générale pas d’influence sur la musculature lisse ni sur le myocarde. L’expérimentation animale in-vitro a montré qu’un dépassement sensible des doses thérapeutiques peut entraîner des effets tant sur le muscle lisse que sur le myocarde. Les résultats contradictoires concernant l’analyse de ces effets ne permettent pas de déductions définitives quant à d’éventuels effets comparables chez l’homme.

Pharmacocinétique

Absorption
L’absorption du dantrolène de sodium au niveau gastro-intestinal est d’environ 70% et conduit à des concentrations plasmatiques en fonction de la dose administrée.
Après administration orale de 25 mg de dantrolène, la biodisponibilité est de 88%. Les valeurs moyennes tmax sont atteintes après environ 3,3 h avec un Cmax de 2,3 mg/l.
Distribution
Le taux de liaison aux protéines n’est pas connu.
Pour la fixation réversible sur la sérumalbumine, des essais in-vitro ont indiqué une constante de liaison de 4,3× 10–1 M.
Le dantrolène passe la barrière placentaire.
Métabolisme
La métabolisation dans le foie se fait d’une part à travers une 5-hydroxylation du noyau hydantoïnique et d’autre part par une réduction du groupe nitrile en amine suivi par une acétylation. Le 5-hydroxydantrolène présente environ 50% de l’activité de la molécule mère alors que l’acétamidodantrolène ne présente pas d’activité myorelaxante.
Ni le phénobarbital ni le diazépam ne semblent influencer la métabolisation du dantrolène de sodium.
Elimination
L’excrétion s’effectue essentiellement par voie rénale et biliaire. Même après utilisation prolongée, l’excrétion rénale se fait dans la proportion de 79% de 5-hydroxydantrolène, 17% d’acétaminodantrolène et de 1–4% de dantrolène inchangé.
La clearance rénale (5-OH-dantrolène) est de 1,8 à 7,8 l/h. Un facteur 0,4 a été trouvé pour le passage de la barrière placentaire. La durée et l’intensité de la relaxation de la musculature striée du patient dépendent du taux sanguin.
La demi-vie biologique après administration orale de 25 mg de dantrolène est de 8,2 h chez l’adulte et de 7,3 h chez des enfants atteints de spasticité chronique.

Données précliniques

Le dantrolène a donné des résultats positifs lors de tests de mutagenèse in-vitro (Ames-Tests) chez certaines souches bactériennes en présence ou pas d’homogénats de foie de rat.
Les études à long terme de traitement oral avec du dantrolène chez le rat et la souris ont mis en évidence des résultats variables.
Chez les rats Sprague-Dawley femelles, on a observé par rapport aux contrôles une augmentation des tumeurs mammaires bénignes et malines ainsi que, à des doses supérieures à 60 mg/kg/j de dantrolène, une augmentation des lymphangiomes hépatiques et des angiosarcomes.
D’autres études sur des rats Sprague-Dawley et Fischer-344 ainsi que sur des souris n’ont livré aucun indice de potentiel tumorigène spécifique.
Les implications des résultats de l’expérimentation animale pour l’homme restent inconnues.
Cependant, le dantrolène s’utilise chez l’homme depuis de nombreuses années et, jusqu’à présent, aucun indice d’effet mutagène ou cancérigène n’a été rapporté.

Remarques particulières

Stabilité
Conserver hors de portée des enfants et pas au-dessus de 25 °C.
Le médicament ne peut être utilisé au-delà de la date de péremption imprimée sur l’emballage.

Numéro d’autorisation

45215 (Swissmedic).

Présentation

Dantamacrin caps 25 mg 50. (B)
Dantamacrin caps 50 mg 50. (B)

Titulaire de l’autorisation

Norgine AG, 6005 Lucerne

Mise à jour de l’information

Octobre 2016.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home