ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Zopiclone Zentiva®:Helvepharm AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: zopiclonum.
Excipients:
Noyau: lactosum monohydricum, calcii hydrogenophosphas dihydricus, triciti amylum, carboxymethylamylum natricum A, magnesii stearas.
Pelliculage: hydroxypropylmethylcellulosum, titanii dioxidum, macrogolum 6000.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Comprimés à 7,5 mg (pelliculés sécables).

Indications/Possibilités d’emploi

Zopiclone Zentiva est utilisé dans le traitement à court terme (généralement moins de 10 jours) des troubles du sommeil. Comme tous les hypnotiques, il ne doit être utilisé que lors de troubles du sommeil présentant un degré de sévérité cliniquement pertinent.

Posologie/Mode d’emploi

Zopiclone Zentiva doit être administré en une seule prise et ne doit pas être renouvelé au cours de la même nuit. Zopiclone Zentiva se prend immédiatement avant d'aller dormir. La posologie doit être adaptée individuellement à chaque patient. Afin d'éviter l'apparition d'effets secondaires dose-dépendants, on administrera dans chaque cas la dose efficace la plus faible. Les doses maximales recommandées ne doivent pas être dépassées.
Zopiclone Zentiva est utilisé pour le traitement à court terme des troubles du sommeil (généralement, pas plus de 10 jours). Comme tous les hypnotiques, l'utilisation à long terme de zopiclone n'est pas recommandée. Le traitement avec Zopiclone Zentiva doit être aussi bref que possible et ne devrait pas dépasser 4 semaines (phase d'arrêt progressif comprise) Toute prolongation du traitement ne doit avoir lieu qu'après une réévaluation stricte de l'état du patient, puisque le risque d'abus et de dépendance augmente avec la durée du traitement.
Mode d'emploi chez l'adulte
La posologie est de 1 comprimé de Zopiclone Zentiva (7,5 mg) immédiatement avant le coucher. Cette dose ne doit pas être dépassée.
Patients âgés
Chez les patients âgés et chez ceux dont l'état général est diminué, qui n'ont pas été traités auparavant par des somnifères, le traitement doit commencer avec ½ comprimé de Zopiclone Zentiva (3,75 mg). En cas de besoin, la dose peut être augmentée à 1 comprimé (7,5 mg).
Enfants et adolescents
Les données sur la sécurité d'emploi et l'efficacité de Zopiclone Zentiva chez les patients de moins de 18 ans ne sont pas suffisantes. En conséquence, Zopiclone Zentiva ne doit pas être administré aux enfants et aux adolescents de moins de 18 ans.
Patients présentant une fonction hépatique restreinte
Zopiclone Zentiva est contre-indiqué en cas de trouble grave de la fonction hépatique. On ne dispose pas d'études pharmacodynamiques ni d'expérience clinique chez les patients présentant une fonction hépatique restreinte. La posologie de ½ comprimé sera administrée avec prudence.
Patients présentant une insuffisance rénale:
Aucune accumulation du principe actif dans l'organisme n'a été constatée jusqu'à présent chez les patients souffrant d'insuffisance rénale mais il leur est aussi recommandé de commencer le traitement avec ½ comprimé de Zopiclone Zentiva (ce qui correspond à 3,75 mg de zopiclone) par jour.
Patients présentant une insuffisance respiratoire chronique
Chez les patients souffrant d'insuffisance respiratoire chronique, il est recommandé de commencer le traitement avec ½ comprimé de Zopiclone Zentiva (3,75 mg). Les patients atteints d'insuffisance respiratoire grave ne peuvent pas être traités sous Zopiclone Zentiva (voir Contre-indications).

Contre-indications

Zopiclone Zentiva est contre-indiqué chez les patients présentant une hypersensibilité connue à la zopiclone ou à l'un des excipients entrant dans la composition du médicament, ainsi qu'en cas d'insuffisance hépatique grave, d'insuffisance respiratoire grave, de myasthénie grave, en cas de syndrome d'apnée de sommeil grave et chez les patients ayant de graves affections psychiatriques préexistantes.

Mises en garde et précautions

La cause de l'insomnie doit être identifiée autant que possible et les facteurs sous-jacents traités avant qu'un hypnotique soit prescrit.
Chez les patients ayant une fonction hépatique restreinte, chez les patients âgés et chez les patients atteints d'affections pulmonaires chroniques obstructives, la prescription de Zopiclone Zentiva sera soigneusement évaluée et la posologie sera réduite.
En raison d'une possible dépression respiratoire des hypnotiques, Zopiclone Zentiva doit être administré avec précaution aux patients avec une fonction respiratoire altérée.
Les données sur la sécurité d'emploi et l'efficacité de Zopiclone Zentiva chez les patients de moins de 18 ans ne sont pas suffisantes. En conséquence, Zopiclone Zentiva ne doit pas être administré aux enfants et aux adolescents de moins de 18 ans.
Il faudra par principe renoncer à consommer de l'alcool pendant le traitement.
Le risque d'abuser des hypnotiques existe également souvent chez les patients présentant un risque de dépendance, notamment lors de dépendance préexistante aux médicaments, aux drogues ou à l'alcool.
Troubles psychomoteurs
Comme les autres médicaments hypnotiques/sédatifs, le zopiclone a des effets dépresseurs sur le système nerveux central (SNC).
Le risque de troubles psychomoteurs, y compris l'altération de l'aptitude à la conduite, est augmenté si:
·le zopiclone est pris moins de 12 heures avant la réalisation d'activités qui nécessitent une bonne capacité de réaction,
·une dose supérieure à la dose recommandée est prise, ou
·le zopiclone est co-administré avec d'autres dépresseurs du SNC, de l'alcool ou d'autres médicaments qui augmentent les concentrations sanguines de zopiclone (voir «Interactions»).
Les patients doivent être mis en garde qu'à la suite de la prise de zopiclone et notamment au cours des 12 heures suivant la prise du médicament, les situations nécessitant une bonne capacité de réaction et une bonne coordination motrice sont risquées telles que l'utilisation de machines ou la conduite de véhicules à moteur.
Risques encourus en cas d'utilisation concomitante d'opioïdes et de benzodiazépines:
L'utilisation concomitante de benzodiazépines, incluant le zopiclone avec des opioïdes peut engendrer sédation, détresse respiratoire, coma et décès. En raison de ces risques, limiter la prescription simultanée de benzodiazépines et d'opioïdes aux patients pour lesquels les alternatives thérapeutiques sont inadéquates.
En cas de prescription concomitante de zopiclone avec des opioïdes, prescrire les posologies efficaces les plus faibles pour une durée minimale du traitement et suivre étroitement les patients afin d'identifier tout signe ou symptôme de détresse respiratoire ou de sédation.
Dépendance
Bien que la zopiclone ne soit pas apparentée, du point de vue chimique, aux benzodiazépines, elle développe son effet en interagissant avec le même complexe du récepteur GABAA. En conséquence et jusqu'à ce qu'une expérience plus ample avec Zopiclone Zentiva soit disponible, les précautions suivantes sont de rigueur, en raison du potentiel de dépendance existant:
La prise de zopiclone peut mener à un abus ou à une dépendance physique et psychologique. Ce risque augmente lors de prise prolongée, de doses élevées et chez des patients prédisposés. Des cas de dépendances ont été plus fréquemment rapportés chez les patients traités par Zopiclone Zentiva pour une période supérieure à 4 semaines. Le risque d'abus ou de dépendance est aussi important chez les patients ayant des antécédents de troubles psychiatriques, de dépendance alcoolique ou de toxicomanie. Zopiclone Zentiva devrait être utilisé avec beaucoup de prudence chez les patients ayant des antécédents ou souffrant d'alcoolisme et de toxicomanie.
Une fois que la dépendance s'est développée, l'arrêt brusque du traitement s'accompagne de symptômes de sevrage. Ces symptômes varient et peuvent se manifester par ex. par des troubles du sommeil («rebound-insomnia»), une anxiété, des tremblements, des sueurs, une agitation, une confusion mentale, des céphalées, des palpitations cardiaques, une tachycardie, un délire, des cauchemars, des hallucinations et une irritabilité. Des convulsions cérébrales peuvent apparaître dans de rares cas.
Afin de réduire le risque de manifestations de sevrage, l'arrêt progressif de Zopiclone Zentiva est recommandé. L'apparition de phénomènes de sevrage exige la surveillance médicale étroite du patient et son assistance.
Afin de diminuer au maximum le risque de dépendance, les benzodiazépines et principes actifs similaires ne devraient être prescrits qu'après examen approfondi de l'indication et pour une période aussi brève que possible (par ex. l'hypnotique zopiclone ne devrait pas être pris au-delà de 10 jours). La nécessité de continuer le traitement doit être périodiquement réexaminée.
Rebond d'insomnie
Lors de l'interruption du traitement, les troubles du sommeil peuvent réapparaître pour quelques nuits («rebound-insomnia»). Ce phénomène peut être atténué par une interruption progressive du traitement. Il est recommandé d'informer le/la patient(e).
Amnésie
Une amnésie antérograde peut se présenter, particulièrement quand le sommeil est interrompu ou quand le coucher est retardé après la prise du comprimé.
Pour limiter le risque d'amnésie antérograde, les patients doivent s'assurer de prendre leur comprimé strictement avant le coucher et de pouvoir profiter d'une nuit complète de sommeil.
Autres réactions psychiatriques et paradoxales
D'autres réactions psychiatriques et paradoxales ont été rapportées comme fébrilité, agitation, confusion, irritabilité, agressivité, colère, cauchemars, hallucinations, psychoses, comportements inappropriés et autres troubles comportementaux connus avec l'usage de sédatifs ou d'hypnotiques comme le zopiclone. Dans de tels cas, il faut arrêter la prise de Zopiclone Zentiva. Les personnes âgées sont plus sujettes à ce genre de réactions.
Somnambulisme et comportements associés
Somnambulisme et comportements associés ont été rapportés par des patients qui avaient pris de la zopiclone (Zopiclone Zentiva) ou des somnifères apparentés à cette préparation et n'étaient pas complètement réveillés. Parmi ces comportements, on peut citer le somnambulisme en conduisant, en préparant des repas et en mangeant, en téléphonant ou pendant des rapports sexuels, sans que les personnes concernées ne s'en souviennent (amnésie). Des cas isolés de comportement d'automutilation ont également été rapportés dans ce contexte. La prise d'alcool et d'autres dépresseurs du SNC ou substances d'action centrale semble accroître le risque de tels comportements en association avec la zopiclone (Zopiclone Zentiva). Le même principe s'applique en cas de prise de Zopiclone Zentiva à des doses supérieures à la dose maximale recommandée. Le traitement avec Zopiclone Zentiva doit être arrêté chez les patients rapportant de tels comportements.
Dépression et tendance suicidaire
Une prudence particulière est de mise lors de la prescription de Zopiclone Zentiva à des patients qui présentent des symptômes de dépression; en effet, ceux-ci peuvent être renforcés par les hypnotiques.
Plusieurs études épidémiologiques ont montré une incidence accrue de suicides ou de tentatives de suicide chez les patients dépressifs ou non, traités par des benzodiazépines et autres hypnotiques (y compris le zopiclone). Aucun lien de causalité n'a été établi.
Les hypnotiques ne doivent pas être utilisés seuls pour traiter la dépression. Bien qu'aucune interaction pharmacocinétique cliniquement significative ou pharmacodynamique n'ait été démontrée avec les antidépresseurs ISRS (voir «Interactions»), comme pour les autres sédatifs/hypnotiques, le Zopiclone Zentiva ne doit être administré qu'avec prudence chez les patients présentant des symptômes de dépression. En raison d'un risque suicidaire accru, le nombre de boîtes prescrites doit être le plus faible possible pour éviter tout surdosage intentionnel. Une dépression préexistante peut-être révélée au cours d'un traitement par le zopiclone. L'insomnie pouvant être le symptôme d'une dépression, le patient devra être réévalué si l'insomnie persiste.

Interactions

L'effet sédatif central de Zopiclone Zentiva est renforcé par l'administration simultanée d'autres principes actifs provoquant une sédation centrale comme par ex. les analgésiques, antidépresseurs, neuroleptiques (par ex. la chlorpromazine), hypnotiques, anxiolytiques/sédatifs, antiépileptiques, anesthésiques, antihistaminiques H1 à effet sédatif, ainsi que par l'alcool. Parce qu'aucune étude d'interactions correspondante n'est disponible, Zopiclone Zentiva (zopiclone) ne doit pas être administré en même temps que ces principes actifs.
La prise concomitante d'analgésiques narcotiques, peut potentialiser l'euphorie et mener à une augmentation de la dépendance psychique.
La concentration plasmatique de la zopiclone est augmentée lorsque la zopiclone est administrée avec l'érythromycine (augmentation de l'AUC de 80%). En conséquence, l'effet hypnotique de Zopiclone Zentiva peut être accentué.
Parce que la zopiclone est métabolisée par l'isoenzyme CYP3A4 (voir «Pharmacocinétique»), les taux plasmatiques de la zopiclone peuvent être augmentés lorsque des inhibiteurs du CYP3A4 sont administrés simultanément comme par ex. l'érythromycine, l'acide valproïque, la cimétidine, l'amiodarone, le vérapamil, la ciclosporine, la clarithromycine, le kétoconazole, l'itraconazole et le ritonavir. Une réduction posologique de Zopiclone Zentiva peut être nécessaire en cas d'administration concomitante d'inhibiteurs du CYP3A4. Inversement, les taux plasmatiques de la zopiclone peuvent être diminués lorsque des inducteurs du CYP3A4 sont administrés simultanément (par ex. rifampicine, carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, millepertuis, oxcarbazépine, primidone, topiramate). Une augmentation posologique de Zopiclone Zentiva peut s'avérer nécessaire.
Benzodiazépines et opioïdes: l'utilisation concomitante de benzodiazépines, incluant le zopiclone, avec des opioïdes, augmente le risque de sédation, de détresse respiratoire, de coma et de décès en raison des effets additionnels dépresseurs sur le système nerveux central. Limiter le dosage et la durée du traitement chez les patients prenant simultanément des benzodiazépines et des opioïdes.

Grossesse/Allaitement

L'utilisation de Zopiclone Zentiva pendant la grossesse n'est pas recommandée.
Les études sur la reproduction menées chez l'animal avec Zopiclone Zentiva n'ont pas mis en évidence de risque d'effets tératogènes ou embryotoxiques chez le fœtus; Il faut noter, qu'on ne dispose pas d'études contrôlées chez la femme enceinte.
Le zopiclone traverse le placenta.
Des cas de diminutions du mouvement fœtal et de la variabilité du rythme cardiaque fœtal ont été décrits après l'administration de benzodiazépines au cours du deuxième et/ou du troisième trimestre de grossesse. C'est pourquoi ces dernières seront administrées uniquement en cas d'indication vitale.
Les femmes en traitement sous Zopiclone Zentiva qui souhaitent débuter une grossesse ou qui pensent être enceintes doivent être exhortées à en avertir leur médecin afin que ce dernier puisse décider si le traitement doit être poursuivi ou modifié.
L'administration de Zopiclone Zentiva pendant le dernier stade de grossesse ainsi qu'avant ou lors de l'accouchement peut induire chez le nouveau-né une hypothermie, une hypotension et une dépression respiratoire, une hypotonie musculaire et des troubles de la succion et donc des difficultés à s'alimenter («floppy infant syndrome»).
Les enfants nés de mères ayant pris de façon chronique des médicaments sédatifs et/ou hypnotiques pendant la fin de la grossesse, peuvent développer une dépendance physique. Ils risquent de souffrir de syndrome de sevrage pendant la période post-natale. Une surveillance appropriée du nouveau-né pendant la période postnatale est recommandée.
Même si la fraction de zopiclone passant dans le lait maternel est minime (environ 0,1-0,2% de la dose prise par la mère), une administration durant la période d'allaitement n'est pas recommandée.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Comme pour tous les médicaments à action centrale sédative, la prise de Zopiclone Zentiva peut également diminuer la capacité de réaction. Le patient devra en tenir compte lors de la conduite d'un véhicule ou de l'utilisation de machines.
Le risque de troubles psychomoteurs, y compris l'altération de l'aptitude à la conduite, est augmenté si:
·le zopiclone est pris moins de 12 heures avant la réalisation d'activités qui nécessitent une bonne capacité de réaction,
·une dose supérieure à la dose recommandée est prise, ou
·le zopiclone est co-administré avec d'autres dépresseurs du SNC, de l'alcool ou d'autres médicaments qui augmentent les concentrations sanguines de zopiclone (voir «Interactions»).
Les patients doivent être mis en garde qu'à la suite de la prise de zopiclone et notamment au cours des 12 heures suivant la prise du médicament, les situations nécessitant une bonne capacité de réaction et une bonne coordination motrice sont risquées telles que l'utilisation de machines ou la conduite de véhicules à moteur.

Effets indésirables

Les effets indésirables sont classés par organe et par groupe de fréquence en utilisant la convention suivante: très fréquent: ≥1/10; fréquent (≥1/100, <1/10); occasionnel (≥1/1000, <1/100): rare (≥1/10'000, <1/1000); très rare (<1/10'000); non connu (ne peut pas être estimé sur la base de données disponibles).
Les effets indésirables causés par Zopiclone Zentiva dépendent, en règle générale, de la dose absorbée et de la sensibilité individuelle.
Affections du système immunitaire
Très rare: angioœdème, réactions anaphylactiques
Affections psychiatriques
Occasionnel: cauchemars, agitation.
Rare: état confusionnel, troubles de la libido, irritabilité, agressions, hallucinations.
Non connu: fébrilité, illusions, colère, comportement anormal, pouvant être associé à de l'amnésie, et somnambulisme (voir «Mises en garde et précautions, somnambulisme et comportements associés»), dépendance, syndrome de sevrage, états dépressifs, masquage d'états dépressifs ou paranoïdes, notamment lors d'usage prolongé.
Les symptômes de sevrage sont variables et peuvent inclure insomnie rebond, douleurs musculaires, anxiété, tremblements, sudation, agitation, confusion, maux de tête, palpitations, tachycardie, délire, cauchemars, irritabilité. Dans les cas sévères il peut survenir les symptômes suivants: perte de la réalité, dépersonnalisation, hyperacousie, engourdissement et picotements des extrémités, hypersensibilité à la lumière, aux bruits et au contact physique, hallucinations. Dans des cas très rares, des convulsions peuvent survenir.
Affections du système nerveux
Fréquent: dysgueusie (goût amer), somnolence résiduelle.
Occasionnel: vertiges, céphalée.
Rare: amnésie antérograde.
Non connu: ataxie, paresthésie, troubles cognitifs tels que perte de mémoire, trouble de l'attention, trouble de l'élocution.
Affections oculaires
Non connu: diplopie
Affections respiratoires
Rare: dyspnée.
Non connu: dépression respiratoire.
Affections gastro-intestinales
Fréquent: sécheresse buccale.
Occasionnel: nausées.
Non connu: dyspepsie.
Affections hépatobiliaires
Très rare: élévation faible ou modérée des transaminases sériques et/ou de la phosphatase alcaline.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Rare: réactions allergiques (manifestations cutanées comme par ex. prurit, érythème, urticaire).
Affections musculo-squelettiques
Non connu: hypotonie musculaire.
Troubles généraux
Occasionnel: fatigue
Traumatisme, intoxication et complications liées à l'administration
Rare: chutes (surtout chez les patients âgés).

Surdosage

En fonction de la dose administrée, un surdosage est généralement caractérisé par diverses phases de l'inhibition centrale. Les symptômes apparaissant dans les cas légers sont somnolence, confusion mentale et léthargie, dans les cas sévères on observe en plus une ataxie, une méthémoglobinémie, dépression respiratoire ou circulatoire et un coma.
Les intoxications ne menacent généralement pas le pronostic vital, sauf en cas d'association avec d'autres substances à effet dépresseur central (y compris l'alcool). Les facteurs de risque supplémentaires comme les maladies concomitantes ou un mauvais état général peuvent aggraver la sévérité des symptômes et, dans des cas très rares, conduire au décès.
Des cas très rares de bloc atrio-ventriculaire ont été rapportés notamment en cas d'intoxication intentionnelle en combinaison avec d'autres substances.
Le traitement d'un surdosage est essentiellement symptomatique, on veillera notamment à maintenir les fonctions respiratoires et circulatoires. Le bénéfice d'une hémodialyse est minime en raison du grand volume de distribution. Un lavage gastrique ou l'utilisation de charbon actif ne sont utiles que s'ils sont effectués très rapidement après l'ingestion. Le flumazénil peut s'avérer utile comme antidote.

Propriétés/Effets

Code ATC: N05CF01
La zopiclone (Zopiclone Zentiva) appartient au groupe chimique des cyclopyrrolones et est un hypnotique. Elle possède une forte affinité pour les sites de liaison situés sur le complexe macromoléculaire du récepteur GABAA dans le système nerveux central. Des études pharmacodynamiques ont montré que le site de liaison des cyclopyrrolones sur ce complexe du récepteur GABAA n'est pas totalement identique au site de liaison des benzodiazépines. Ces deux groupes de substances actives possèdent toutefois un spectre d'action pharmacologique similaire dans de vastes domaines. Les essais chez l'animal montrent que la zopiclone est dotée d'effets hypnotiques, sédatifs, anticonvulsifs et myorelaxants. Toutefois, la zopiclone est exclusivement utilisée comme hypnotique qui se caractérise par une rapide entrée en action et une influence multiple sur le sommeil: réduction du temps d'endormissement, diminution de la fréquence des réveils nocturnes et prolongation de la durée globale du sommeil, sans affecter, d'une manière générale, la durée du sommeil paradoxal. Une amélioration subjective de la qualité du sommeil est ressentie.

Pharmacocinétique

Absorption
La zopiclone est rapidement absorbée après administration orale. La zopiclone subit probablement un effet de premier passage. Sa biodisponibilité s'élève à 75-80%. Le taux plasmatique maximal est atteint en l'espace de 1,5-2 heures et s'élève à 60 ng/ml environ, après une prise de 7,5 mg de zopiclone.
On n'observe quasiment pas d'accumulation, même après des prises répétées.
Distribution
La zopiclone se lie à environ 45% aux protéines plasmatiques et est rapidement distribuée depuis le système vasculaire.
Métabolisme
La métabolisation de la zopiclone aboutit essentiellement à deux métabolites: la N-oxyde- zopiclone pharmacologiquement active chez l'animal (demi-vie plasmatique de 4,4 heures) et la N-desméthyl-zopiclone pharmacologiquement inactive (demi-vie plasmatique de 7,3 heures). Des études effectuées in vitro ont montré que le métabolisme a lieu principalement par l'isoenzyme CYP3A4. Le CYP2C8 semble également participer à la formation de la N-desméthyl–zopiclone. Aucune induction enzymatique n'a été observée dans les essais chez l'animal, même à des doses élevées de zopiclone.
Elimination
La demi-vie d'élimination de la zopiclone est de 5 heures environ. La clairance rénale s'élève à 8 ml/min environ, la clairance plasmatique à 232 ml/min environ.
Seule une faible proportion de la zopiclone est éliminée sous forme inchangée; 80% sont éliminés dans l'urine et 16% dans les selles, sous forme de métabolites libres.
Cinétique pour certains groupes de patients
Aucune accumulation de la zopiclone dans le plasma n'a été observée lors d'essais menés chez des personnes âgées, même lors d'administrations répétées. La légère augmentation de la demi-vie d'élimination de la zopiclone à 7 heures environ et la faible augmentation de la biodisponibilité sont dues à une réduction du métabolisme hépatique.
Aucune modification des paramètres pharmacocinétiques n'a été observée chez les patients souffrant de troubles de la fonction rénale.
Chez les patients souffrant d'une cirrhose du foie, un ralentissement de la déméthylation de la zopiclone provoque une diminution de 40% environ de la clairance plasmatique et un allongement de t½, qui devient supérieure à 10 heures. Aucune étude pharmacodynamique menée dans l'insuffisance hépatique n'est disponible.

Données précliniques

La zopiclone n'a montré aucun effet mutagène ni tératogène en expérimentation animale.

Remarques particulières

Stabilité
Zopiclone Zentiva ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.
Remarques concernant le stockage
Conserver à température ambiante (15-25 °C) dans un endroit sec et dans l'emballage d'origine.

Numéro d’autorisation

62246 (Swissmedic).

Présentation

Comprimés (pelliculés sécables) à 7,5 mg: 10, 30 et 100 (emballage hospitalier). [B]

Titulaire de l’autorisation

Helvepharm AG, Frauenfeld.

Mise à jour de l’information

Août 2018.

2018 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home