ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Syntocinon® concentré pour solution pour perfusion/solution injectable, Syntocinon® spray nasal:Mylan Pharma GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Oxytocinum.
Excipients:
Concentré pour solution pour perfusion/solution injectable: Natrii acetas, Ethanolum, Conserv.: Chlorobutanolum hemihydricum 5 mg, Aqua q.s. ad solutionem. pro 1 ml.
Spray nasal: Conserv.: E216, E218, Chlorobutanolum hemihydricum, excipiens ad solutionem. pro 1 ml.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Concentré pour solution pour perfusion/solution injectable: 1 ml contient 5 U.I. d'oxytocine
Spray nasal: 1 ml contient 40 U.I. d'oxytocine.

Indications/Possibilités d’emploi

Concentré pour solution pour perfusion/solution injectable pour administration parentérale
En pré-partum:
Induction de l'accouchement pour des raisons médicales, p.ex. en cas de grossesse prolongée, de rupture prématurée des membranes, d'hypertension gravidique (pré-éclampsie).
Stimulation du travail dans des cas précis d'inertie utérine.
Syntocinon peut aussi être utilisé en début de grossesse en traitement adjuvant dans les cas d'avortement incomplet, d'avortement inévitable ou de rétention fœtale.
En post-partum:
Pendant une césarienne, mais seulement après extraction de l'enfant.
Prévention et traitement de l'atonie utérine et des hémorragies du post-partum.
Spray nasal
Stimulation de l'expulsion lactée et prévention de la mastite.

Posologie/Mode d’emploi

Concentré pour solution pour perfusion/solution injectable pour administration parentérale
Selon l'indication, Syntocinon peut être administré par voie intraveineuse (i.v. – en perfusion ou en perfusion courte) ou intramusculaire (i.m.).
1. Perfusion lente pour l'induction ou stimulation du travail
Syntocinon est administré en perfusion i.v., idéalement au moyen d'une pompe à perfusion à vitesse variable. Pour préparer la perfusion lente, voir «Remarques concernant la manipulation».
Un contrôle précis de la vitesse de perfusion est indispensable. La vitesse de perfusion initiale doit être réglée à 1-2 milli-U.I./min=0.1-0.2 ml/min (2-4 gouttes/min). Tout en surveillant attentivement la fréquence cardiaque du fœtus ainsi que la fréquence et la durée des contractions, elle peut être augmentée graduellement par incréments d'au maximum 1-2 milli-U.I./min et à intervalles d'au moins 20 min, jusqu'à ce que les contractions utérines soient semblables à celles du travail normal. Lorsque la grossesse est à terme ou presque, ce résultat est atteint le plus souvent avec moins de 10 milli-U.I./min=1 ml/min (20 gouttes/min). La vitesse maximale de perfusion ne devrait pas excéder 20 milli-U.I./min=2 ml/min (40 gouttes/min). Exceptionnellement, une dose plus élevée peut s'avérer nécessaire, par exemple en cas de mort du fœtus ou pour l'induction du travail à un stade plus précoce de la grossesse, lorsque l'utérus est moins sensible à l'oxytocine. Dans ces cas-là, il est recommandé d'administrer une solution de Syntocinon plus concentrée, p.ex. 2x5 U.I. dans 500 ml (= 20 milli-U.I./ml).
Pour l'utilisation avec une pompe à perfusion à vitesse réglable, se référer aux spécifications de la pompe pour le calcul de la concentration nécessaire à l'obtention des doses prévues.
La fréquence, l'intensité et la durée des contractions ainsi que la fréquence cardiaque du fœtus doivent être surveillées attentivement pendant toute la durée de la perfusion. Dès que le niveau d'activité utérine requis est atteint, la vitesse de perfusion peut être réduite. En cas d'hyperactivité utérine et/ou de signes de souffrance fœtale, la perfusion doit être arrêtée immédiatement.
Chez les femmes dont la grossesse est à terme ou presque et chez qui aucune contraction régulière suite à la perfusion de 5 U.I. d'oxytocine au total n'a pu être observée, il est conseillé d'interrompre toute tentative d'induction du travail. Elle pourra être reprise le lendemain, à une vitesse initiale de 1-2 milli-U.I./min.
Avortement incomplet, avortement inévitable ou rétention fœtale
Administrer 5 U.I. en perfusion intraveineuse en 5 minutes ou 5-10 U.I. en injection intramusculaire, suivis au besoin d'une perfusion intraveineuse de 20-40 milli-U.I./min.
2. Perfusion courte pour l'utilisation en post-partum (pour préparer la perfusion courte, voir «Remarques concernant la manipulation»).
Césarienne
Administrer 5 U.I. en perfusion intraveineuse en 5 minutes, immédiatement après l'extraction de l'enfant.
Prévention des hémorragies utérines du post-partum
La dose usuelle est de 5 U.I. en perfusion intraveineuse sur 5 minutes après l'expulsion du placenta. En guise d'alternative, on peut aussi administrer 5-10 U.I. par voie intramusculaire. Chez les femmes ayant reçu Syntocinon en perfusion pour induire ou stimuler le travail, la perfusion doit être poursuivie à vitesse plus élevée (20-40 milli-U.I./min) pendant la période placentaire et durant les quelques heures qui suivent.
Traitement des hémorragies utérines du post-partum
Perfuser 5 U.I. par voie intraveineuse sur 5 minutes ou 5-10 U.I. en injection intramusculaire. Dans les cas graves administrer ensuite une perfusion intraveineuse de 5-20 U.I. dans 500 ml d'une solution électrolytique à une vitesse suffisante pour contrôler l'atonie utérine.
Remarque: la perfusion accidentelle d'oxytocine hors de la veine est sans danger.
Spray nasal
Une nébulisation (0.1 ml de solution du spray nasal à 4 U.I. d'oxytocine) dans une narine, 5 min avant l'allaitement ou le pompage du lait.
Instructions spéciales pour la posologie
Patientes pédiatriques: Syntocinon n'a été évalué que chez des femmes âgées de 18 ans et plus. Syntocinon n'est pas indiqué chez l'enfant avant la puberté. Faute de données spécifiques, aucune recommandation posologique ne peut être formulée pour son utilisation dans le cadre de grossesses chez l'adolescente de moins de 18 ans.
Patientes âgées: Syntocinon n'est pas indiqué chez la femme post-ménopausée.
Insuffisance rénale: Aucune étude n'a été réalisée chez des patientes atteintes d'insuffisance rénale. Étant donné l'élimination rénale et les propriétés antidiurétiques de l'oxytocine, une accumulation est cependant probable en cas d'altération de la fonction rénale. Une prudence particulière est donc recommandée lors de l'utilisation de Syntocinon chez les patientes atteintes d'insuffisance rénale.
Insuffisance hépatique: Aucune étude n'a été réalisée chez des patientes atteintes d'insuffisance hépatique. Aucune recommandation posologique ne peut donc être formulée.
Mode d'emploi: cf. «Remarques particulières, remarque concernant la manipulation».

Contre-indications

Contractions utérines hypertoniques; souffrance fœtale (lorsque la délivrance n'est pas imminente).
Toxémie grave, prédisposition à l'embolie amniotique (mort du fœtus in utero, hématome rétroplacentaire).
Toutes les situations dans lesquelles le travail spontané et/ou un accouchement par voie vaginale sont contre-indiqués pour des raisons fœtales ou maternelles: disproportion tête/ bassin, présentation anormale; placenta praevia, vasa praevia, décollement du placenta, enroulement ou procidence du cordon; distension utérine excessive ou résistance diminuée à la rupture comme dans les cas de grossesse multiple, d'hydramnios, de grande multiparité (plus de 4), chez les multipares âgées ou lors d'une cicatrice utérine résultant d'une césarienne classique ou d'une autre intervention chirurgicale.
Syntocinon ne doit pas être administré dans les 6 heures suivant une application vaginale de prostaglandines (cf. «Interactions»).
Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients conformément à la composition.
Syntocinon spray nasal est contre-indiqué pendant la grossesse ou l'accouchement.

Mises en garde et précautions

L'administration d'oxytocine doit être effectuée en milieu hospitalier et sous surveillance médicale qualifiée.
Il convient d'éviter l'injection d'un bolus i.v., dans la mesure où celui-ci peut entraîner une hypotension de courte durée avec flush et tachycardie réflexe, ainsi qu'un allongement du QT.
Une injection i.v. rapide de Syntocinon à des doses de plusieurs U.I. peut augmenter le risque d'arythmies et d'arrêt cardiaque. Dans une étude, des cas d'allongement asymptomatique et transitoire du QT ont été observés après injection de plusieurs U.I. d'oxytocine en bolus i.v. rapide. On ne sait pas si les modifications du QT observées présentent une relation de cause à effet avec l'oxytocine ou si elles ont été la conséquence de comédications simultanées. On ne dispose pas de données concernant un éventuel mécanisme physiopathologique.
Chez les patientes avec antécédents de maladie cardiovasculaire (p.ex. cardiomyopathie hypertrophique, valvulopathie, maladie coronarienne ou spasmes coronariens), Syntocinon sera administré avec une prudence particulière, afin d'éviter des variations marquées de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle.
Chez les patientes présentant un «syndrome du QT long» connu ou d'autres facteurs de risque d'allongement du QT (y compris comédication avec d'autres médicaments comportant un risque connu d'allongement du QT), Syntocinon ne sera utilisé qu'avec une prudence particulière (cf. «Interactions»).
Lors de l'application de Syntocinon pour la provocation d'un accouchement ou pour la stimulation des contractions, on veillera à ce qui suit:
·La provocation d'un accouchement doit répondre à une indication médicale fondée et ne doit pas être réalisée à des fins de confort.
·Syntocinon ne doit être administré que sous forme de perfusion à demeure et jamais sous forme d'injections sous-cutanées, intramusculaires ou intraveineuses isolées.
·L'administration de l'oxytocine à des doses excessives induit une hyperstimulation de l'utérus qui peut conduire à un «stress fœtal», une asphyxie ou une mort intra-utérine du fœtus ou provoquer une hypertension intra-utérine, des contractions tétaniques ou une rupture utérine. Il est très important de surveiller soigneusement les bruits cardiaques du fœtus et la qualité des contractions (fréquence, puissance et durée des contractions), afin d'adapter, le cas échéant, la vitesse de perfusion aux conditions du moment.
·Une prudence particulière est de rigueur en présence d'un rapport tête-bassin limite, chez les patientes avec une faiblesse secondaire des contractions, une hypertension artérielle légère à modérée, des troubles cardiaques, un status post-césarienne du segment utérin inférieur et chez les patientes de plus de 35 ans.
·Dans de rares cas, l'induction pharmacologique des contractions par des substances utérotoniques (y compris l'oxytocine) augmente le risque de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) du post-partum. Ce risque est lié à l'induction pharmacologique en tant que telle et non à une substance particulière; il est particulièrement élevé en présence, chez la femme enceinte, de facteurs de risque supplémentaires de CIVD, p.ex. un âge de plus de 35 ans, des complications durant la grossesse ou un âge gestationnel supérieur à 40 semaines. Chez ces femmes, l'oxytocine et d'autres médicaments du même type ne doivent être utilisés qu'avec prudence et le médecin devra être spécialement attentif à d'éventuels signes de CIVD.
·En cas de mort fœtale in utero et/ou de méconium dans le liquide amniotique, il faut veiller à ce que le travail ne soit pas trop violent, car il risque d'entraîner une embolie amniotique.
Syntocinon ne doit pas être administré de façon prolongée chez les patientes présentant une atonie utérine rebelle à l'oxytocine, une pré-éclampsie grave ou des troubles cardio-vasculaires graves.
La prudence est de mise lors de l'administration concomitante de sulproston et/ou de méthylergométrine dans le cadre d'un traitement de saignements utérins par atonie du post-partum (cf. «Interactions»).
Troubles de l'équilibre hydro-électrolytique
Étant donné que Syntocinon possède une légère activité antidiurétique, l'administration intraveineuse prolongée de hautes doses associées à de grands volumes de liquide (p.ex. dans le traitement de l'avortement inévitable ou de la rétention fœtale, ou dans le traitement des hémorragies du post-partum) peut être à l'origine d'une intoxication à l'eau avec hyponatrémie (tant chez la mère que chez le nouveau-né).
L'effet antidiurétique de l'oxytocine associé à un apport liquidien par voie intraveineuse peut provoquer une hypervolémie accompagnée d'un œdème pulmonaire aigu de forme hémodynamique sans hyponatrémie.
Pour éviter ces complications rares, les précautions suivantes doivent être observées chaque fois que l'oxytocine est administrée à fortes doses pendant une période relativement prolongée:
On optera pour une solution de perfusion contenant des électrolytes (pas de solution de glucose). On maintiendra un volume perfusé aussi bas que possible, c. à d. perfusion d'une solution d'oxytocine plus concentrée, restriction des apports liquidiens, surveillance du bilan hydrique et dosage des électrolytes sériques au moindre soupçon d'un déséquilibre hydroélectrolytique.
Les patientes atteintes d'une insuffisance hépatique ou rénale sévère présentent un risque accru de rétention hydrique ou d'accumulation de l'ocytocine. Une prudence particulière est donc recommandée lors du traitement de telles patientes.
Réactions anaphylactiques/homologie structurale avec le latex
L'oxytocine présente une homologie structurale avec le latex. Des réactions anaphylactiques après l'administration parentérale d'oxytocine chez des patientes allergiques au latex ont été rapportées dans le cadre de la surveillance post-commercialisation. Il existe probablement une sensibilité croisée entre l'oxytocine et le latex. Par conséquent:
·Une allergie préexistante au latex peut accroître le risque de réactions anaphylactiques lors de l'administration d'oxytocine.
·L'administration d'oxytocine peut entraîner une sensibilisation correspondante et accroître ainsi le risque de développer une allergie au latex.
La survenue d'une telle réaction exige un arrêt immédiat de l'administration du médicament.
Aucune réaction de ce type n'a été rapportée à ce jour en rapport avec l'utilisation de Syntocinon spray nasal.
Ne pas administrer simultanément Syntocinon par voie parentérale et Syntocinon en spray nasal.

Interactions

Les éventuelles interactions pharmacocinétiques de l'oxytocine n'ont pas été étudiées. Les interactions pharmacodynamiques décrites ci-après ont été rapportées suite à des perfusions ou injections de Syntocinon.
Influence d'autres médicaments sur la pharmacodynamique de l'oxytocine
Anesthésie par inhalation: les anesthésiques par inhalation (par ex. cyclopropane, halothane, sévoflurane, desflurane) exercent un effet relaxant sur l'utérus, ce qui peut diminuer les effets stimulants de l'oxytocine sur les contractions.
Médicaments allongeant l'intervalle QT: l'administration concomitante d'oxytocine et de médicaments connus pour allonger potentiellement l'intervalle QT est associée à un risque accru d'allongement du QT (cf. «Mises en garde et précautions»).
Interactions réciproques
Prostaglandines et analogues des prostaglandines:
Les prostaglandines et leurs analogues favorisent également la contraction du myomètre et peuvent donc renforcer l'effet utérotonique de l'oxytocine et inversement. Syntocinon ne peut donc être utilisé qu'au plus tôt 6 heures après l'administration de prostaglandines (cf. «Contre-indications»).
Autres utérotiniques: des cas de tachycardie ventriculaire/fibrillations ventriculaires ainsi que d'infarctus du myocarde/arrêt cardiaque, parfois avec issue mortelle, ont été rapportés lors de l'administration concomitante de sulprostone et/ou d'oxytocine et/ou de méthylergométrine dans le traitement des hémorragies du post-partum liées à l'atonie utérine.
Influence de l'oxytocine sur la pharmacodynamique d'autres médicaments
Anesthésie régionale:
L'effet hypertenseur des vasoconstricteurs sympathicomimétiques peut être potentialisé lorsque l'oxytocine est administrée pendant ou après une anesthésie péridurale. On ne dispose pas de données suffisantes sur les interactions possibles entre Syntocinon et les sympathicomimétiques au cours des anesthésies péridurales et des rachianesthésies.
Vasoconstricteurs/sympatomimétiques
L'oxytocine peut renforcer l'effet hypertenseur des vasoconstricteurs et des sympathomimétiques. Il en est de même pour les vasoconstricteurs contenus dans les anesthésiques locaux.
Antihypertenseurs: l'effet des antihypertenseurs peut être augmenté lors de la prise d'oxytocine. C'est pourquoi il convient de surveiller particulièrement attentivement les patientes lors d'une administration concomitante.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
En dehors de l'induction et la stimulation du travail pour des raisons médicales ainsi que de l'utilisation lors d'avortement spontané et d'avortement indiqué, il n'y a pas d'indications pour l'administration de Syntocinon pendant la grossesse.
Il existe des indices clairs de risque pour le fœtus humain tels que bradycardie, arythmies, lésions du SNC et/ou du cerveau ou une mort fœtale.
Aucune étude de reproduction n'a été réalisée chez l'animal avec l'oxytocine.
Le spray nasal Syntocinon est contre-indiqué pendant la grossesse.
Allaitement
L'oxytocine passe dans le lait maternel en faibles quantités; des effets indésirables pour le nourrisson sont improbables.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude appropriée n'a été effectuée. Syntocinon peut déclencher des contractions. Comme il est recommandé aux femmes ayant des contractions utérines de ne pas conduire de véhicules ou d'utiliser des machines, la prudence est de rigueur après l'administration de Syntocinon. Par ailleurs, l'aptitude à la conduite de véhicules ou à l'utilisation de machines peut être réduite par les effets indésirables possibles de l'oxytocine, tels que des modifications de la fréquence cardiaque ou de la tension artérielle.

Effets indésirables

Les effets indésirables sévères de l'oxytocine sont décrits dans la rubrique «Mises en garde et précautions» (cf. cette rubrique).
Lors de l'induction ou de la stimulation du travail à l'aide d'une perfusion i.v. de Syntocinon, les doses trop élevées provoquent une stimulation excessive indésirable de l'utérus. Elle peut entraîner une souffrance fœtale et, dans les cas extrêmes, une asphyxie avec mort fœtale, ou encore une hypertonie utérine, des contractions tétaniques et la rupture de l'utérus.
Indépendamment de la voie d'administration, les effets indésirables rapportés chez la mère dans des études cliniques et/ou dans le cadre de la surveillance post-commercialisation sont les suivants:
Fréquences
«Très fréquents» (≥1/10), «fréquents» (≥1/100 à <1/10), «occasionnels» (≥1/1000 à <1/100, «rares» (≥1/10'000 à <1/1'000), «très rares» (<1/10'000); «inconnu»: la fréquence exacte ne peut pas être évaluée principalement sur la base de rapports spontanés provenant de la surveillance du marché
Affections hématologiques et du système lymphatique
Inconnu: coagulation intravasculaire disséminée.
Affections du système immunitaire
Rare: réactions anaphylactiques (s'accompagnant de dyspnée, d'hypotension), choc anaphylactique/anaphylactoïde (voir «Mises en garde et précautions»).
Inconnu: angio-oedème (jusqu'ici observé uniquement en cas d'application parentérale)
Spray nasal: dermite allergique.
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Inconnu: intoxication à l'eau, hyponatrémie maternelle.
Affections du système nerveux
Fréquent: maux de tête.
Affections cardiaques
Fréquent: tachycardie, bradycardie.
Occasionnel: arythmies (cf. «Mises en garde et précautions» et «Interactions»).
Inconnu: ischémie myocardique, allongement de QTc.
Affections vasculaires
Très rare: hypertension.
Inconnu: hypotension, bouffées de chaleur (flush).
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Inconnu: symptômes nasaux, œdème aigu du poumon.
Affections gastro-intestinales
Fréquent: nausées, vomissements.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Rare: éruptions cutanées.
Affections des organes de reproduction et du sein
Inconnu: hypertonie utérine, contractions tétaniques, rupture de l'utérus.
Spray nasal:
Occasionnel: contractions anormales de l'utérus.
Effets indésirables chez le fœtus et le nouveau-né
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Inconnu: hyponatrémie néonatale.
Affections cardiaques
Inconnu: souffrance fœtale, asphyxie (jusqu'à une issue fatale).

Surdosage

Les symptômes d'un surdosage et leurs répercussions correspondent aux effets indésirables décrits plus haut. Des cas de décollement du placenta et/ou d'embolie amniotique par hyperstimulation ont été également signalés.
Traitement: l'apparition de signes de surdosage pendant une perfusion i.v. de Syntocinon exige l'arrêt immédiat du traitement. Le traitement d'un surdosage est symptomatique, il n'existe pas d'antidote spécifique. L'administration d'oxygène est recommandée. En cas d'intoxication à l'eau, restreindre l'apport liquidien, stimuler la diurèse et corriger la perturbation de l'équilibre hydro-électrolytique. Les patientes doivent en outre être surveillées afin de détecter la survenue éventuelle de convulsions.

Propriétés/Effets

Code ATC: H01BB02
Mécanisme d'action
L'oxytocine contenu dans Syntocinon est un nonapeptide de synthèse, identique à l'hormone physiologique libérée par le lobe postérieur de l'hypophyse. L'oxytocine est libérée de la neurohypophyse en particulier vers la fin de la grossesse et dans le post-partum, la sécrétion étant stimulée par la succion du mamelon par l'enfant.
Le nombre de récepteurs utérins à l'oxytocine augmentant au cours de la grossesse, l'oxytocine stimule les muscles lisses de l'utérus surtout vers la fin de la grossesse, pendant le travail et immédiatement après l'accouchement.
Administrée en perfusion intraveineuse continue pendant l'accouchement, l'oxytocine provoque des contractions rythmiques du segment supérieur de l'utérus, d'une fréquence, d'une intensité et d'une durée similaires à celles observées lors du travail spontané.
L'oxytocine possède un effet d'apparition rapide. Le temps de latence est inférieur à 1 minute après injection i.v. et de 2-4minutes après injection i.m.
Après une injection i.m., l'effet de l'oxytocine se maintient durant env. 30-60 minutes; la durée d'action peut être inférieure après administration i.v.
Lorsque Syntocinon est administré en perfusion intraveineuse continue aux doses requises pour l'induction du travail ou le renforcement des contractions, la réaction de l'utérus débute progressivement et se stabilise au bout de 20 à 40 min. en fonction de la vitesse de perfusion. Les concentrations plasmatiques de l'oxytocine sont alors comparables à celles qui peuvent être mesurées pendant les contractions utérines spontanées en période de dilatation.
L'arrêt de la perfusion ou une réduction sensible de la vitesse de perfusion, p.ex. lors d'une hyperstimulation, entraîne une rapide régression de l'activité utérine. Elle peut se maintenir à un degré d'intensité adéquat quoique plus faible.
Une désensibilisation des récepteurs à l'oxytocine a été observée in vitro lors d'une exposition prolongée.
En plus de son activité sur l'utérus Syntocinon suscite également la contraction des cellules myoépithéliales entourant les alvéoles mammaires, ce qui provoque l'écoulement du lait et facilite l'allaitement. Cependant, l'oxytocine ne possède pas de propriétés galactopoiétiques.
L'oxytocine synthétique ne contient pas de vasopressine, mais possède tout de même une faible activité antidiurétique intrinsèque semblable à celle de la vasopressine.
L'oxytocine entraîne en outre un relâchement de courte durée de la musculature lisse vasculaire. Cette propriété peut, notamment en cas d'injection intraveineuse rapide de fortes doses, entraîner une chute de la tension artérielle, un flush et une tachycardie réflexe (cf. «Mises en garde et précautions»).

Pharmacocinétique

Absorption
Après administration i.m, l'absorption de l'oxytocine à partir du tissu musculaire est rapide. Après perfusion intraveineuse à une vitesse de 4 milli-U.I./min à des femmes enceintes dont la grossesse était à terme, le taux plasmatique d'oxytocine était de 2 à 5 micro-U.I./ml.
L'oxytocine administrée sous forme de nébulisation nasale est absorbée rapidement et suffisamment par la muqueuse nasale.
Distribution
Le volume de distribution à l'état d'équilibre déterminé chez 6 hommes en bonne santé après une injection intraveineuse était de 12.2 l (5.8-20.7 l) soit de 0.17 l/kg. L'oxytocine présente un très faible taux de liaison aux protéines plasmatiques.
L'oxytocine franchit la barrière placentaire dans les deux sens. Il est possible de déceler de faibles quantités d'oxytocine dans le lait maternel.
Métabolisme
Pendant la grossesse, l'oxytokinase, une glycoprotéine aminopeptidase, est fabriquée et apparaît dans le plasma. Elle est produite aussi bien par la mère que par le fœtus. L'oxytokinase est la principale enzyme responsable du métabolisme de l'oxytocine, lequel a lieu essentiellement dans le foie et les reins.
La clairance métabolique est d'environ 20 ml/kg par min chez la femme enceinte.
Élimination
La demi-vie plasmatique de l'oxytocine est de l'ordre de 3-20 min. L'oxytocine est éliminée essentiellement sous forme de métabolites dans l'urine et moins de 1% est éliminé sous forme inchangée.
Cinétique pour certains groupes de patients
Insuffisance rénale
La pharmacocinétique de l'oxytocine n'a pas été étudiée chez les patientes atteintes d'insuffisance rénale. Il est cependant connu que l'oxytocine est éliminée par voie rénale. Étant donné les propriétés antidiurétiques de l'oxytocine, une accumulation de l'oxytocine est donc possible, avec renforcement et allongement correspondants de ses effets.
Insuffisance hépatique
La pharmacocinétique de l'oxytocine n'a pas été étudiée chez des patientes atteintes d'une altération de la fonction hépatique. L'enzyme responsable du métabolisme étant cependant ubiquitaire (y compris une activité significative dans le placenta), aucun effet important sur la pharmacocinétique de l'oxytocine n'est cependant attendu en cas d'insuffisance hépatique légère et modérée. En cas d'insuffisance hépatique sévère, voir «Mises en garde et précautions».

Données précliniques

Selon les études traditionnelles de toxicité aiguë suivant une dose simple, de génotoxicité et de mutagénicité, les données précliniques relatives à l'oxytocine ne révèlent aucun risque particulier pour l'être humain.
Mutagénicité, carcinogénicité
Une étude in vitro a été menée sur la génotoxicité et la mutagénicité de l'oxytocine. Les tests effectués ont donné un résultat négatif concernant l'aberration chromosomique et l'échange de chromatides-sœurs dans les cultures de lymphocytes humains périphériques. Aucune modification significative de l'index mitotique n'a été relevée, et l'oxytocine n'avait pas de propriétés génotoxiques. Le potentiel génotoxique de l'oxytocine n'a pas été déterminé in vivo.
Il n'existe pas d'études sur le potentiel carcinogène.
Toxicité sur la reproduction
Dans une étude, le traitement de rats par l'oxytocine à un stade précoce de la gestation avec une dose supérieure à la dose maximale recommandée chez l'être humain, a conduit à la perte d'embryons.
Il n'existe pas d'études standards sur la tératogénicité de l'oxytocine et la fertilité.

Remarques particulières

Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.
Spray nasal: Une fois le flacon entamé, il ne doit pas être utilisé pendant plus d'un mois. C'est pourquoi il est recommandé de noter la date d'ouverture sur l'étiquette du flacon.
Remarques concernant le stockage
Tenir hors de portée des enfants.
Concentré pour solution pour perfusion/solution injectable: conserver au réfrigérateur (2-8 °C).
Spray nasal: conserver au réfrigérateur (2-8 °C).
Après ouverture, le flacon doit être conservé à température ambiante (15-25 °C).
Remarques concernant la manipulation
Spray nasal: l'application est plus aisée lorsque la patiente est assise.
Retirer l'opercule. Avant la première utilisation, amorcer la pompe doseuse en pressant environ 3 fois jusqu'à ce que la solution apparaisse. Introduire le nébuliseur dans une narine en le tenant bien droit puis actionner la pompe doseuse et inhaler doucement par le nez.
Préparation de la perfusion continue
Pour la perfusion continue, diluer 5 U.I. de Syntocinon dans 500 ml d'une solution physiologique d'électrolytes (p.ex. NaCl 0.9%). Une solution ainsi préparée contient 10 milli-U.I./ml.
Lorsque le chlorure de sodium est contre-indiqué, une solution de glucose 5% peut être utilisée en lieu et place (cf. «Mises en garde et précautions»). Afin d'assurer un mélange homogène de la solution pour perfusion, retourner le récipient à plusieurs reprises avant l'administration.
Préparation de la perfusion courte
Pour la perfusion courte, diluer 5 U.I. de Syntocinon dans 50 ml (jusqu'à 100 ml au maximum) d'une solution physiologique d'électrolytes (p.ex. NaCl 0.9%). La solution ainsi préparée contient 100 (resp. 50) milli-U.I./ml.
Lorsque le chlorure de sodium est contre-indiqué, une solution de glucose 5% peut être utilisée en lieu et place (cf. «Mises en garde et précautions»). Afin d'assurer un mélange homogène de la solution pour perfusion, retourner le récipient à plusieurs reprises avant l'administration.

Numéro d’autorisation

22114, 25644 (Swissmedic).

Présentation

Conc. pour sol. de perf./ sol. inj.: ampoules de 1 ml: 5. [B]
Spray nasal: flacon de 5 ml avec pompe doseuse: 1. [B]

Titulaire de l’autorisation

Mylan Pharma GmbH, 6312 Steinhausen.

Mise à jour de l’information

Décembre 2018.

2019 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home