ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Vepesid:CPS Cito Pharma Services GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Etoposidum.
Excipients: E215, E217, Excipiens pro capsula.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Capsules de 50 et de 100 mg.

Indications/possibilités d’emploi

En association avec d'autres cytostatiques ou en monothérapie dans la leucémie myéloïde aiguë, la maladie de Hodgkin, le lymphome non hodgkinien à un stade avancé, le cancer du poumon à petites cellules ou les tumeurs germinales; dans le cadre de schémas de réserve dans d'autres cancers tels que le choriocarcinome ou le cancer du poumon non à petites cellules.

Posologie/mode d’emploi

Vepesid ne doit être utilisé que sous le contrôle d'un oncologue/hématologue expérimenté.
La dose dépend de l'indication, du schéma thérapeutique et de la pharmacocinétique individuelle. Une radiothérapie ou chimiothérapie antérieure à effets myélosuppresseurs doit être prise en compte. Dans le cas d'un traitement associé, la dose doit généralement être réduite. Pour des informations plus détaillées, veuillez consulter la littérature spécialisée.
Traitement oral
La dose en monothérapie est généralement de 100 à 200 mg/m² les jours 1 à 5 ou de 200 mg/m² les jours 1, 3 et 5 d'un cycle de traitement de 3 à 4 semaines. Alternativement, on peut administrer 50 mg/m² par jour pendant 21 jours; dans ce cas, le cycle thérapeutique peut être répété au bout d'une pause de traitement d'une semaine ou après normalisation de l'hémogramme.
Lors du traitement oral, il faut tenir compte de la biodisponibilité dose-dépendante. La biodisponibilité présente de fortes variations interindividuelles et intra-individuelles. Cette particularité doit être prise en compte lors de la détermination de la dose (voir également la section «Pharmacocinétique: Absorption»).
Les doses journalières dépassant 200 mg doivent être administrées en deux prises. Les capsules doivent être prises avec un peu d'eau, indépendamment des repas. Elles doivent être avalées entières, sans être croquées, mâchées ou sucées. Il faut veiller à éviter tout contact de la peau et des muqueuses avec le liquide contenu dans les capsules (par exemple à partir d'une capsule endommagée). Si un contact avec la peau s'est néanmoins produit, la zone en question doit être lavée à l'eau et au savon. Dans le cas d'un contact avec les yeux, rincer à l'eau claire. Les capsules endommagées ne doivent pas être prises, mais éliminées correctement selon les directives en vigueur.
Posologies spéciales
Posologie chez les insuffisants rénaux
On ne dispose que de données limitées sur l'utilisation chez les patients insuffisants rénaux. En présence d'une insuffisance rénale modérée, la dose doit être réduite conformément à l'état général du patient de sorte à n'atteindre que 50 à 75% de la dose usuelle.
On ne dispose pas de données sur les patients avec une clairance de créatinine <15 ml/min. Par conséquent, aucune recommandation posologique ne peut être donnée pour ces patients.
Posologie chez les insuffisants hépatiques
Aucune adaptation de la dose n'est nécessaire chez les patients présentant une hyperbilirubinémie.
Pédiatrie
L'efficacité et la sécurité thérapeutique chez les enfants et les adolescents n'ont pas confirmée par des études contrôlées. Vepesid ne doit être administré aux enfants et aux adolescents que dans le cadre d'études cliniques.

Contre-indications

Hypersensibilité à l'étoposide, au phosphate d'étoposide, à d'autres dérivés de la podophyllotoxine ou à l'un des excipients.
Grossesse et période d'allaitement (voir la section «Grossesse/Allaitement»).

Mises en garde et précautions

Une myélosuppression est l'effet indésirable le plus fréquemment observé sous Vepesid. Cet effet limite la dose. Le nadir est généralement atteint entre le 7e et le 16e jour. L'hémogramme se normalise généralement en l'espace de trois semaines.
Un hémogramme complet doit être effectué avant le début du traitement ainsi qu'avant et pendant chaque cycle de traitement. En cas de thrombocytopénie <50'000/mm³ ou de neutropénie <500/mm³, le traitement doit être interrompu jusqu'à la normalisation des valeurs hématologiques. Pour le cycle suivant, une réduction de la dose est à envisager. Une atteinte de la moelle osseuse par une radiothérapie ou chimiothérapie précédente doit être prise en compte.
Les patients présentant un faible taux d'albumine sérique ont un risque accru de toxicité induite par étoposide.
L'apparition d'un cancer secondaire n'est pas rare dans le cadre d'un traitement à l'étoposide.
L'utilisation simultanée de Vepesid avec un vaccin à virus vivant peut accélérer la réplication du virus et/ou renforcer les effets indésirables du virus, car les mécanismes normaux de défense peuvent être réprimés par Vepesid. La vaccination d'un patient traité par Vepesid avec un vaccin vivant peut conduire à de graves infections. La réaction par anticorps au vaccin du patient peut être diminuée. L'utilisation de vaccins vivants est à éviter et conseil doit être pris auprès d'un spécialiste (voir «Interactions»).

Interactions

L'association avec d'autres cytostatiques augmente la myélotoxicité de l'étoposide.
Un traitement antérieur au cisplatine peut entraîner une diminution de la clairance de l'étoposide.
Les médicaments caractérisés par une forte liaison aux protéines plasmatiques – phénylbutazone, salicylate de sodium ou acide acétylsalicylique notamment – peuvent remplacer l'étoposide aux sites de liaison des protéines.
L'administration concomitante d'étoposide oral et de ciclosporine fortement dosée (en concentrations >2000 ng/ml) augmente l'ASC de l'étoposide de 80% et réduit la clairance totale de l'étoposide de 38%.
Un traitement simultané avec la phénytoïne ou la carbamazépine est relié à une clairance renforcée et une efficacité réduite d'étoposide, un traitement avec d'autres antiépileptiques peut également être associé à une clairance renforcée et une efficacité réduite d'étoposide.
L'administration simultanée d'antiépileptiques et de Vepesid peut conduire à un contrôle diminué des crises suite aux interactions pharmacocinétiques.
Un traitement simultané avec la warfarine (non autorisée en Suisse) peut conduire à un rapport international normalisé (INR) augmenté. Une surveillance étroite de l'INR est recommandée.
Des essais précliniques ont rapporté une résistance croisée entre les anthracyclines et l'étoposide.
Lors de l'utilisation simultanée de vaccins vivants, il existe un risque élevé de maladie vaccinale systémique mortelle. Les vaccins vivants ne sont pas recommandés chez les patients immunodéprimés (voir «Mises en garde et précautions»).

Grossesse, allaitement

Grossesse: L'étoposide peut nuire au foetus. L'administration d'étoposide est contre-indiquée chez la femme enceinte.
Les patients des deux sexes doivent utiliser un contraceptif fiable pendant toute la durée du traitement et les 6 mois suivant le traitement.
Une consultation génétique est recommandée si les patients souhaitent un enfant après la fin du traitement. Étant donné que l'étoposide peut diminuer la fertilité masculine, une conservation de spermatozoïdes avant le commencement du traitement est à envisager pour une paternité ultérieure.
Allaitement: L'allaitement doit être terminé avant un traitement à l'étoposide.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

En raison d'effets indésirables éventuels tels que nausées et chutes de tension, Vepesid peut affecter l'aptitude à la conduite et à l'utilisation de machines.

Effets indésirables

L'effet indésirable le plus fréquent et le plus grave de Vepesid est la myélotoxicité. Celle-ci limite la dose.
Néoplasmes
Rarement: leucémie aiguë et autres cancers secondaires.
Hématologie et système lymphatique
Très fréquemment: leucocytopénie (60 à 91%), thrombocytopénie (28 à 41%).
Troubles cardiaques
Fréquent: infarctus du myocarde et arythmies.
Système immunitaire
Très rarement: hypersensibilité avec l'administration par voie orale.
Troubles du métabolisme et de l'alimentation
Fréquence inconnue: syndrome de lyse tumorale (à l'occasion mortel).
Système nerveux
Occasionnellement: neuropathie périphérique.
Rarement: somnolence, fatigue, crises de convulsions.
Yeux
Rarement: cécité corticale transitoire, névrite du nerf optique.
Coeur et vaisseaux sanguins
Fréquemment: baisse de tension.
Rarement: hypertension artérielle.
Système respiratoire
Rarement: pneumonie interstitielle/fibrose pulmonaire.
Système gastro-intestinal
Très fréquemment: nausée et vomissements (31 à 41%), anorexie (10 à 13%), diarrhée (1 à 13%).
Fréquemment: stomatite, mucite.
Rarement: douleurs abdominales, constipation, dysphagie, perturbation du sens gustatif.
Foie
Rarement: concentrations accrues des enzymes hépatiques, hépatotoxicité.
Peau
Très fréquemment: chute réversible des cheveux (66%).
Rarement: syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique (un cas à issue fatale), hyperpigmentation de la peau, prurit, éruption cutanée, urticaire. Après une radiothérapie suivie d'un traitement par Vepesid, un patient a développé dans la zone irradiée une rougeur cutanée inflammatoire accompagnée de démangeaisons.
Troubles généraux et réactions au site d'administration
Rarement: fièvre, asthénie, malaise.

Surdosage

Un surdosage se manifeste par une intensification des effets toxiques décrits ci-dessus. Une acidose métabolique et des cas d'hépatotoxicité sévères ont été observés chez des patients ayant reçu une dose supérieure à la dose recommandée.
On ne connaît pas d'antidote spécifique. Dans certains cas, de bons résultats ont été obtenus avec une dialyse.

Propriétés/Effets

Code ATC: L01CB01
L'étoposide (VP-16) est un dérivé semisynthétique de la podophyllotoxine. Il inhibe la topoisomérase II et bloque le cycle cellulaire au stade G2.
L'étoposide s'est montré efficace contre différents cancers chez l'animal ainsi que cliniquement contre une série de cancers chez l'homme. L'efficacité semble dépendre de la fréquence d'administration et de la durée d'exposition. Les meilleurs résultats sont obtenus lors d'une administration répétée sur 3 à 5 jours consécutifs.

Pharmacocinétique

Absorption
Après l'administration d'une dose orale, la biodisponibilité varie entre environ 25 et 75%. Elle est de 76 ± 22% pour une dose de 100 mg et de 48 ± 18% pour une dose de 400 mg. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes au bout d'une à deux heures. L'absorption orale n'est pas significativement influencée par l'ingestion de nourriture.
Distribution
Le volume de distribution apparent est situé en moyenne entre 18 et 29 litres (7 à 17 l/m²). La liaison aux protéines plasmatiques (albumine humaine) est d'environ 97%. La diffusion de l'étoposide dans le système nerveux central est faible. Les concentrations d'étoposide sont plus élevées dans le tissu pulmonaire sain que dans les métastases pulmonaires, mais les concentrations trouvées dans les cancers primitifs du myomètre et le tissu sain du myomètre sont similaires. On ne sait pas si l'étoposide passe dans le lait maternel.
Métabolisme
L'étoposide est partiellement dégradé dans le foie. Le métabolite principal est l'hydroxy-acide, formé par ouverture du cycle lactone. Environ 5 à 22% de l'étoposide administré est conjuguée à un sulfate ou à l'acide glucuronique.
Élimination
L'élimination est biphasique et la demi-vie terminale est de 3 à 12 heures. 56% de la dose sont éliminés par voie urinaire, dont 45% sous forme d'étoposide inchangé, et 44% de la dose sont éliminés dans les selles.
Cinétique pour certains groupes de patients
Insuffisance hépatique
La clairance totale n'est pas réduite chez les patients insuffisants hépatiques.
Insuffisance rénale
Une augmentation de l'ASC a été observée chez les patients souffrant d'une insuffisance rénale modérée.
Patients pédiatriques
L'élimination de l'étoposide est accélérée chez l'enfant.
Des augmentations des taux de THPS avec réduction de la clairance totale ont été observées chez les enfants présentant une insuffisance rénale.

Données précliniques

Dans des essais sur l'animal, l'étoposide a eu des effets embryotoxiques et tératogènes. Chez des rats et souris mâles, l'administration d'étoposide a entraîné une atrophie testiculaire et une perturbation de la spermatogenèse.
L'étoposide a montré des effets immunosuppresseurs dans les essais sur l'animal.
Les résultats de tests in vitro et in vivo ont montré une induction de mutations génétiques et chromosomiques. Ils ont confirmé la suspicion d'effets mutagènes chez l'homme.
Aucun essai sur l'animal n'a été mené pour évaluer la cancérogénicité. Les études cliniques ont mis en évidence un potentiel cancérogène de l'étoposide.

Remarques particulières

Stabilité
Vepesid capsules ne peuvent être utilisés que jusqu'à la date de péremption «EXP» figurant sur l'emballage.
Remarques concernant le stockage
Vepesid capsules doivent être conservés à température ambiante (15 à 25 °C) à l'abri de la lumière.
Manipulation des cytostatiques
Il est impératif de respecter les directives pour cytostatiques lors de la manipulation et de l'élimination de Vepesid.

Numéro d’autorisation

42888 (Swissmedic)

Présentation

Vepesid capsules de 50 mg: 20. (A)
Vepesid capsules de 100 mg: 10. (A)

Titulaire de l’autorisation

CPS Cito Pharma Services GmbH, 8610 Uster

Mise à jour de l’information

Mai 2015

2019 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home