ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Lodoz® 2,5/5/10:Merck (Schweiz) AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Mises en garde et précautions

Lodoz ne doit être administré qu'avec prudence dans les cas suivants
·Insuffisance cardiaque concomitante;
·Jeûne strict;
·Bloc auriculo-ventriculaire du 1er degré;
·Angor de Prinzmetal: des cas de spasmes vasculaires coronaires ont été observés. Malgré la haute β1-sélectivité de bisoprolol, des crises d'angor ne peuvent être exclues complètement chez les patients présentant un angor de Prinzmetal. La plus grande prudence est donc de rigueur.
·Insuffisance hépatique légère à modérée;
·Artériopathie oblitérante périphérique. Les troubles peuvent s'aggraver en particulier au début du traitement.
Tumeur cutanée maligne non mélanocytaire
Au cours de deux études épidémiologiques menées sur la base du registre national danois des tumeurs, un risque accru de tumeur cutanée maligne non mélanocytaire (NMSC) de type carcinome basocellulaire et spinocellulaire (BCC et SCC) a été observé en cas d'exposition croissante cumulative à l'hydrochlorothiazide. L'effet photosensibilisant de l'hydrochlorothiazide pourrait être impliqué en tant que mécanisme potentiel dans le développement du NMSC.
Il convient d'informer les patients qui prennent de l'hydrochlorothiazide du risque de NMSC et de leur recommander de contrôler régulièrement l'apparition éventuelle de nouvelles lésions sur leur peau et de consulter immédiatement en présence de toute modification cutanée suspecte. Il convient également de recommander à ces patients le respect de mesures préventives telles qu'une exposition limitée à la lumière solaire/aux UV ainsi qu'une protection solaire adéquate lors de l'exposition, afin de minimiser le risque de cancer cutané. Toute modification cutanée suspecte doit immédiatement faire l'objet d'un examen, le cas échéant au moyen de l'analyse histologique de biopsies. Chez les patients ayant des antécédents de NMSC, l'utilisation d'hydrochlorothiazide peut être remise en question (voir Effets indésirables).
Myopie aiguë et glaucôme à angle fermé secondaire
L'hydrochlorothiazide est un sulfamide qui peut provoquer des réactions idiosyncrasiques, lesquelles peuvent à leur tour entraîner une myopie transitoire aiguë ou un glaucôme à angle fermé aigu. Ce phénomène se caractérise par une perte d'acuité visuelle aiguë ou des douleurs oculaires qui surviennent habituellement dans les heures ou les premières semaines suivant le début de la prise du médicament. S'il n'est pas traité, le glaucôme à angle fermé aigu peut entraîner une perte de la vision définitive. Le traitement initial consiste à interrompre dès que possible la prise d'hydrochlorothiazide. Des mesures chirurgicales et médicales doivent être prises en considération si les autres méthodes ne permettent pas de réduire la pression intraoculaire. Une allergie préexistante aux sulfamides ou à la pénicilline peut être un facteur de risque de survenue d'un glaucôme à angle fermé lors du traitement avec l'hydrochlorothiazide.
Maladies métaboliques
·Diabète sucré avec glycémie très fluctuante. Lors du traitement par des β1-bloquants sélectifs, le risque d'influer sur le métabolisme glucidique ou de masquer les symptômes d'une hypoglycémie (tachycardie, palpitations ou sudation) est moins marqué que lors de la thérapie par des β-bloquants non sélectifs. Il est néanmoins recommandé d'être prudent.
·Chez les patients hyperuricémiques, le risque d'une crise de goutte peut être majoré. Il faut veiller à un apport suffisant de liquide.
·Le bisoprolol peut masquer les symptômes d'une thyréotoxicose.
Troubles du bilan hydro-électrolytique
·Un traitement à long terme par l'hydrochlorothiazide peut perturber le bilan hydro-électrolytique, et entraîner notamment une hypokaliémie et une hyponatrémie, mais également une hypomagnésémie, hypochlorémie et une hypercalcémie. Une hypokaliémie favorise l'apparition d'arythmies sévères, en particulier des torsades de pointes, dont l'issue peut être mortelle.
·Une hypovolémie suite à des pertes d'eau et de sodium induites par des diurétiques, peut, au début du traitement, réduire la filtration glomérulaire et augmenter ainsi le taux sérique d'urée et de créatinine. Chez les patients avec une fonction rénale normale, ces troubles momentanés de la fonction rénale sont sans conséquences. Cependant, ils risquent d'aggraver une insuffisance rénale préexistante.
·Au cours du traitement à long terme par Lodoz, une surveillance des électrolytes sériques (surtout potassium, sodium et calcium), des taux sériques de créatinine, d'urée, des lipides (cholestérol, triglycérides), d'acide urique et de la glycémie est recommandée.
Autres précautions
·Comme tous les β-bloquants, le bisoprolol peut accroître la sensibilité aux allergènes, ce qui risque de majorer les complications en cas de choc anaphylactique. En tenir compte également lors d'une thérapie de désensibilisation. Un traitement par adrénaline ne montre pas toujours l'effet thérapeutique souhaité.
·Si des réactions de photosensibilité se manifestent, il est recommandé de protéger les zones cutanées exposées au soleil et aux rayons UVA. Dans les cas sévères, il peut être nécessaire d'interrompre le traitement par Lodoz.
·Chez les patients présentant un psoriasis ou des antécédents de psoriasis, les β-bloquants (p.ex. bisoprolol) ne devraient être utilisés qu'après une évaluation soigneuse du rapport bénéfice/risque.
·En cas de phéochromocytome, utiliser le bisoprolol uniquement après l'administration d'un α-bloquant.
·Bronchopathie chronique obstructive (BPCO): en raison de sa sélectivité β1 relative, bisoprolol peut être utilisé avec précaution chez les patients souffrant de BPCO si ceci est nécessaire du point de vue clinique. Dans ce cas, le traitement avec bisoprolol doit être instauré avec la dose la plus faible possible. Un traitement bronchodilatateur doit être co-administré.
·Asthme bronchique: un traitement bronchodilatateur doit être co-administré. Une augmentation de la résistance des voies respiratoires peut occasionnellement survenir chez les patients asthmatiques, rendant nécessaire une augmentation de la dose du sympathomimétique β2. Lodoz est contre-indiqué en cas d'asthme bronchique grave (voir Contre-indications).
·En cas d'anesthésie générale, l'anesthésiste sera informé du traitement par Lodoz, en raison des interactions potentielles avec d'autres médicaments. Si le traitement doit être interrompu, la dose sera réduite progressivement et Lodoz sera arrêté au plus tard 48 heures avant le début de l'anesthésie.
·Dépendance: des effets de dépendance n'ont pas été observés à ce jour.
Fin du traitement
Le traitement ne devrait pas être arrêté ou interrompu brutalement, notamment chez les patients souffrant de cardiopathie coronaire, car une aggravation aiguë de l'état du patient pourrait en résulter (arythmies sévères, infarctus du myocarde ou décès cardiaque subit). La dose doit être réduite progressivement sur une à deux semaines. En même temps, il faudrait, le cas échéant, instaurer la thérapie appropriée pour éviter une aggravation de l'angine de poitrine.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home