ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Budenofalk® Mousse rectale:Vifor SA
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Budésonide.
Excipients: Propylène glycol, gaz propulseurs, Excipiens ad emulsionem.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Mousse rectale.
Aspect: mousse compacte, crémeuse, blanche à blanc-grisâtre.
1 dose contient 2 mg de budésonide.

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement aigu de la colite ulcéreuse limitée au rectum et au côlon sigmoïde.

Posologie/Mode d’emploi

Posologie
Adultes: 1× par jour, 1 dose contenant 2 mg de budésonide.
Enfants: Budenofalk Mousse rectale ne devrait pas être administré aux enfants, en raison de l'expérience limitée avec ce groupe d'âge.
Mode d'emploi
Médicament destiné à l'utilisation rectale.
Budenofalk Mousse rectale peut être administré le matin ou le soir.
Munir tout d'abord le flacon d'un applicateur puis agiter vivement pendant environ 15 secondes, avant d'introduire l'applicateur aussi profondément que possible dans le rectum sans que cela devienne inconfortable pour le patient. Il faut prendre garde au fait que le dosage n'est suffisamment précis que si la tête de la pompe est dirigée le plus verticalement possible vers le bas. Pour administrer une dose de Budenofalk Mousse rectale, presser à fond sur la tête de la pompe et la relâcher lentement. Après l'application de la mousse, on laissera l'applicateur en place pendant 10 à 15 secondes avant de le retirer du rectum.
Les meilleurs résultats sont obtenus lorsque l'intestin est vidé avant l'application de Budenofalk Mousse rectale.
C'est le médecin traitant qui détermine la durée du traitement. En général, la poussée aiguë disparaît après 6 à 8 semaines. Budenofalk Mousse rectale ne doit pas être utilisé au-delà de la fin de la poussée aiguë.

Contre-indications

Budenofalk Mousse rectale ne doit pas être utilisé en cas
d'hypersensibilité au budésonide ou à l'un des autres composants;
d'infections locales de l'intestin (bactéries, champignons, amibes, virus);
de cirrhose du foie et de signes d'hypertension portale, par ex. au stade avancé d'une cirrhose biliaire primitive.

Mises en garde et précautions

Un traitement par Budenofalk Mousse rectale mène à des taux systémiques de stéroïdes plus bas qu'un traitement par des corticoïdes à action systémique. De ce fait, le passage d'un autre traitement stéroïdien à Budenofalk Mousse rectale peut provoquer des symptômes liés à la modification du taux systémique de stéroïdes.
Une surveillance médicale particulière est de rigueur si le patient souffre d'une ou de plusieurs des maladies suivantes: tuberculose, hypertension, diabète sucré, ostéoporose, ulcère peptique (ulcère gastrique ou duodénal), glaucome, cataracte ou encore en cas de fréquence familiale accrue de diabète ou de glaucome.
Enfants
Budenofalk Mousse rectale ne devrait pas être utilisé chez l'enfant et l'adolescent, les expériences avec ces groupes d'âge étant insuffisantes.
Infections
L'inhibition des réactions inflammatoires et du système immunitaire augmente la susceptibilité aux infections et leur degré de gravité. Leur manifestation clinique peut être atypique. Des infections graves telles que la septicémie et la tuberculose peuvent être masquées et atteindre un stade avancé avant d'être identifiées.
Il faut prêter une attention particulière à l'éventualité d'une infection par le virus de la varicelle car, chez les patients immunosupprimés, cette affection peut présenter une évolution sévère allant jusqu'à engager le pronostic vital. Il faut instruire les patients qui n'ont pas encore eu cette maladie à éviter tout contact étroit avec des personnes atteintes de varicelle ou de zona (Herpes zoster). En cas de contamination, les patients devront consulter immédiatement un médecin. Il convient de procéder à une immunisation passive par l'immunoglobuline contre la varicelle et le zona chez tous les patients non immunisés qui reçoivent des corticoïdes à action systémique ou en ont reçu au cours des trois derniers mois, dans le cas où ces patients auraient pu être contaminés par le virus de la varicelle. L'immunisation doit se faire dans les dix jours qui suivent l'exposition. En cas d'éruption de la varicelle, la maladie nécessite un traitement spécifique immédiat. Des mesures de précaution doivent également être prises dans le cas d'une possible infection par la rougeole.
Vaccins
Il ne faut pas administrer de vaccins vivants aux personnes dont la réponse immunitaire est diminuée. La formation d'anticorps après l'administration d'autres vaccins (vaccins inactivés) peut être diminuée.
La prudence est de mise chez les patients qui présentent une insuffisance fonctionnelle hépatique légère à modérée.
En cas de troubles fonctionnels hépatiques graves, lors du traitement par Budenofalk Mousse rectale, tout comme lors d'un traitement par d'autres glucocorticoïdes, il y a une réduction de l'élimination du médicament et une augmentation de la biodisponibilité systémique; on exclura donc de traiter ces patients par le budésonide (voir «Contre-indications»).
Budenofalk Mousse rectale peut diminuer la réponse au stress de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Par conséquent, lors d'opérations ou d'autres situations de stress, il faut administrer simultanément un glucocorticoïde à action systémique.
Il faut éviter un traitement concomitant par le kétoconazole ou par d'autres inhibiteurs puissants du CYP3A car l'inhibition de la dégradation oxydative du budésonide peut s'accompagner d'une élévation des taux plasmatiques du budésonide (voir «Interactions»).
Il faut prendre garde en outre au fait que l'administration d'une dose plus forte que celle de la posologie indiquée peut entraîner l'apparition d'effets indésirables systémiques du type de ceux induits par les glucocorticoïdes (voir «Effets indésirables»).
L'alcool cétylique et l'acide sorbique peuvent provoquer localement des irritations cutanées limitées (p.ex. dermatite de contact).
Le propylène glycol peut provoquer des irritations cutanées.

Interactions

Interactions pharmacodynamiques
Glucosides cardiotoniques
L'effet des glucosides peut être renforcé par une carence en potassium.
Salidiurétiques
L'excrétion de potassium peut être renforcée.
Interactions pharmacocinétiques
Cytochrome P450 3A (CYP3A)
Inhibiteurs puissants du CYP3A: Les corticostéroïdes (y compris le budésonide) sont métabolisés par le CYP3A4. L'administration concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP3A4 (par ex. kétoconazole, itraconazole, clarythromycine, ritonavir, produits qui contiennent du cobicistat) peut entraîner une augmentation de l'exposition aux corticostéroïdes et, de ce fait, un risque accru d'effets secondaires systémiques des corticostéroïdes. Le bénéfice d'une administration concomitante doit être soigneusement pesé au regard du risque potentiel d'effets systémiques des corticostéroïdes; le cas échéant, on surveillera les patients pour détecter la survenue d'éventuels effets secondaires systémiques des corticostéroïdes.
En plus il faudrait renoncer à la prise concomitante de jus de pamplemousse.
Inducteurs du CYP3A comme p.ex. la carbamazépine et la rifampicine peuvent réduire l'effet aussi bien systémique que local du budésonide sur la muqueuse intestinale. Une adaptation de la posologie du budésonide peut s'avérer nécessaire.
Substrats du CYP3A comme p.ex. l'éthinylestradiol, entrent en concurrence avec le budésonide pour leur métabolisme. Si l'affinité pour le CYP3A de la substance concurrente est plus forte, cela peut entraîner une augmentation de la concentration plasmatique de budésonide. Si le budésonide se lie plus fortement au CYP3A que la substance concurrente, cela peut entraîner une élévation du taux plasmatique de cette dernière. Une adaptation de la dose de budésonide ou de la substance concurrente peut s'avérer nécessaire.
Chez des femmes qui prenaient simultanément des estrogènes ou des contraceptifs oraux, des taux plasmatiques de corticostéroïdes élevés et un effet plus marqué de corticostéroïdes ont été rapportés. Cette interaction n'a pas été observée dans le cas d'une prise de contraceptifs combinés faiblement dosés.

Grossesse/Allaitement

On ne dispose pas d'expériences sur l'utilisation de Budenofalk Mousse rectale pendant la grossesse. Des études chez l'animal ont montré une toxicité de reproduction (voir «Données précliniques»). Budenofalk Mousse rectale ne doit pas être utilisé pendant la grossesse sauf en cas de nécessité absolue.
Les femmes en âge de procréer doivent exclure une éventuelle grossesse avant le traitement et appliquer des mesures contraceptives appropriées pendant le traitement.
On ignore si, comme d'autres glucocorticoïdes, le budésonide passe dans le lait maternel. Par conséquent, les femmes ne doivent pas allaiter pendant le traitement par Budenofalk Mousse rectale.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude correspondante n'a été effectuée.

Effets indésirables

Dans l'évaluation des effets indésirables, les fréquences sont indiquées comme suit:
Très fréquents: (≥1/10).
Fréquents: (≥1/100 à <1/10).
Occasionnels: (≥1/1000 à <1/100).
Rares: (≥1/10'000 à <1/1000).
Très rares: (<1/10'000), y compris cas isolés.
Des effets indésirables ont été rapportés chez 8% des patients dans les études cliniques menées avec Budenofalk Mousse rectale. Les effets indésirables fréquents ont été des brûlures dans le rectum ou des sensations douloureuses; occasionnellement, des nausées, des céphalées, une élévation des valeurs fonctionnelles hépatiques sont apparues.
Dans le détail, les effets indésirables suivants ont été observés dans le cadre d'études cliniques:
Infections et infestations
Occasionnels: infections des voies urinaires.
Troubles de la circulation sanguine et lymphatique
Occasionnels: anémie, élévation de la vitesse de sédimentation du sang, leucocytose.
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Occasionnels: augmentation de l'appétit.
Troubles psychiatriques
Occasionnels: insomnie.
Troubles du système nerveux
Occasionnels: céphalées, vertige, parosmie.
Troubles vasculaires
Occasionnels: hypertension.
Troubles gastro-intestinaux
Occasionnels: nausée, douleurs abdominales, dyspepsie, flatulences, fausses sensations dans la région abdominale, fissure anale, stomatite aphteuse, besoin plus fréquent d'aller à la selle, hémorroïdes, hémorragie rectale.
Troubles hépato-biliaires
Occasionnels: élévation des transaminases (ALAT, ASAT), élévation des paramètres de la cholestase (GGT, AP).
Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés
Occasionnels: acné, sueurs profuses.
Investigations
Occasionnels: élévation de l'amylase, variation du cortisol.
Troubles généraux et accidents liés au site d'administration
Fréquents: sensation de brûlure et sensation douloureuse dans le rectum.
Occasionnels: asthénie, augmentation du poids corporel.
Lors de l'utilisation de Budenofalk Mousse rectale, des effets indésirables peuvent se manifester occasionnellement, qui sont typiques des glucocorticoïdes à action systémique. Les effets indésirables ci-après dépendent de la dose, de la durée du traitement, de l'administration concomitante ou antérieure d'un traitement par d'autres glucocorticoïdes et de la sensibilité individuelle du patient.
Troubles du système immunitaire
Inhibition des processus immunitaires (p.ex. augmentation du risque d'infection).
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Syndrome de Cushing: visage lunaire, obésité tronculaire, diminution de la tolérance au glucose, diabète sucré, rétention sodée avec formation d'oedèmes, augmentation de l'excrétion de potassium, inactivité ou atrophie du cortex surrénalien, retard de croissance chez l'enfant, troubles de la sécrétion d'hormones sexuelles (p.ex. aménorrhée, hirsutisme, impuissance).
Troubles psychiatriques
Dépressions, irritabilité, euphorie.
Troubles oculaires
Glaucome, cataracte.
Troubles du système nerveux
Pseudotumeur cérébrale, éventuellement oedème papillaire additionnel chez l'adolescent.
Troubles vasculaires
Élévation du risque de thrombose, angéite (syndrome de sevrage après un traitement prolongé).
Troubles gastro-intestinaux
Troubles gastriques, ulcère gastrique, pancréatite.
Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés
Exanthème allergique, vergetures, pétéchies, ecchymoses, retards de cicatrisation.
En raison de la teneur en acide sorbique, des réactions cutanées locales telles que dermatites de contact peuvent se produire.
Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os
Nécroses osseuses aseptiques (tête du fémur et de l'humérus), myalgies diffuses et faiblesse musculaire, ostéoporose.
Certains de ces effets indésirables n'ont été observés qu'après une utilisation prolongée de budésonide administré par voie orale.

Surdosage

Aucun cas de surdosage au budésonide n'est connu à ce jour. Au vu des propriétés de Budenofalk Mousse rectale, il est improbable qu'un surdosage ait des conséquences toxiques.

Propriétés/Effets

Code ATC: A07EA06
Mécanisme d'action
Le mécanisme d'action précis du budésonide dans le traitement de la colite ulcéreuse/proctosigmoïdite n'est pas encore entièrement élucidé. Des résultats d'études cliniques pharmacologiques et d'autres études contrôlées suggèrent fortement que le budésonide agit principalement sur des points d'impact situés dans l'intestin.
Pharmacodynamie
Le budésonide est un glucocorticoïde qui exerce un puissant effet anti-inflammatoire local. Par rapport à des doses cliniquement équivalentes de glucocorticoïdes systémiques, le budésonide entraîne une suppression significativement plus faible de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et a moins d'influence sur des paramètres inflammatoires. Le budésonide exerce un effet dépendant de la dose sur les taux plasmatiques de cortisol.

Pharmacocinétique

Informations générales sur le budésonide
Absorption
Après administration orale, la disponibilité systémique du budésonide est d'environ 10%.
Distribution
Le budésonide a un grand volume de distribution (environ 3 l/kg). La liaison aux protéines plasmatiques s'élève en moyenne à 85–90%.
Métabolisme
Le budésonide subit un métabolisme hépatique intense (environ 90%) pour donner des métabolites exerçant un faible effet glucocorticoïde. En comparaison avec le budésonide, l'effet glucocorticoïde des principaux métabolites, le 6β-hydroxybudésonide et la 16α-hydroxyprednisolone, formés tous deux par la voie du CYP3A, est inférieur à 1%.
Élimination
La demi-vie moyenne d'élimination terminale après administration orale est d'environ 3 à 4 heures. La clairance moyenne du budésonide est d'environ 10 l/min.
Cinétique pour certains groupes de patients (patients souffrant d'insuffisance hépatique)
En fonction du type et de la gravité de la maladie hépatique, le métabolisme du budésonide par la voie du CYP3A peut être réduit chez ces patients.
Informations spécifiques sur Budenofalk Mousse rectale
Absorption
Après administration rectale, les aires sous la courbe de la concentration en fonction du temps sont un peu plus grandes qu'après administration orale (contrôle historique). En moyenne, les taux maximums sont atteints après 2 à 3 heures lors de l'administration de Budenofalk Mousse rectale. Une accumulation après administrations multiples a pu être exclue.
Distribution
Un examen scintigraphique avec Budenofalk Mousse rectale marqué au technétium a montré une bonne distribution de la mousse jusqu'au milieu du côlon sigmoïde chez des patients souffrant de colite ulcéreuse. Dans la moitié proximale du côlon sigmoïde, la distribution de la mousse n'était que limitée.

Données précliniques

La bonne tolérance locale de Budenofalk Mousse rectale a été démontrée dans une étude préclinique chez le chien.
Après administration répétée de budésonide (à une dose comparable à celle utilisée chez l'humain), une réduction du nombre des leucocytes (en particulier des lymphocytes) et une régression du thymus ont été observées chez le rat. On a relevé des signes d'atrophie par inactivité des glandes surrénales. Au niveau des mamelles, une prolifération accrue des conduits lactifères et une augmentation de l'activité sécrétoire ont été constatées.
Dans une étude à long terme (104 semaines) chez des rates, l'hématocrite, l'hémoglobine et le nombre des érythrocytes ont été réduits. Dans les groupes qui ont reçu les mêmes doses, une tendance à une élévation du nombre des neutrophiles et à une réduction du nombre des lymphocytes, des éosinophiles et des normocytes a été constatée. Le nombre des lymphocytes était réduit de manière significative (effet immunosuppresseur) uniquement chez les rats mâles et la phosphatase alcaline était légèrement augmentée.
Chez le chien, des valeurs diminuées du «packed cell volume», une augmentation de la concentration de la phosphatase alcaline et de l'alanine aminotransférase (ALAT), une atrophie des glandes surrénales et du système lymphatique, une augmentation de la teneur en lipides du myocarde et de la teneur en glycogène du foie (augmentation de la taille du foie) ont été constatées.
Mutagénicité
Dans une série de tests in vitro et in vivo, le budésonide n'a pas montré d'effets mutagènes.
Carcinogénicité
Des rats mâles qui ont été traités pendant 104 semaines avec le budésonide ont présenté des fréquences légèrement augmentées de foyers hépatiques basophiles par rapport aux animaux témoins. Les fréquences de néoplasies hépatocellulaires primaires (0,025 et 0,05 mg/kg de poids corporel par jour), d'astrocytomes (rats mâles, 0,05 mg/kg de poids corporel par jour) et de tumeurs mammaires (rates, 0,05 mg/kg de poids corporel par jour) ont été significativement augmentées dans l'étude de carcinogénicité. Les tumeurs hépatiques sont probablement dues à des effets anabolisants et à la charge métabolique accrue du foie. Ces résultats représentent un effet de classe dans lequel les récepteurs des glucocorticoïdes sont vraisemblablement impliqués.
Toxicité de reproduction
Dans les essais chez l'animal, les glucocorticoïdes induisent des effets tératogènes chez diverses espèces (fente palatine, malformations du squelette). À ce jour, l'importance clinique de ces propriétés n'est pas clarifiée. Chez des rongeurs, le budésonide administré par voie sous-cutanée a induit les altérations déjà connues pour d'autres glucocorticoïdes.
Des études chez l'animal ont également montré que l'administration de glucocorticoïdes de synthèse pendant la gestation peut entraîner un risque accru de retard du développement intra-utérin et des pathologies cardio-vasculaires et/ou métaboliques à l'âge adulte, ainsi que des modifications permanentes de la densité des récepteurs des glucocorticoïdes, du métabolisme de neurotransmetteurs et du comportement.

Remarques particulières

Incompatibilités
Non pertinent.
Influence sur les méthodes de diagnostic
Non pertinent.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de 4 semaines après la première administration.
Remarques concernant le stockage
Ne pas conserver au-dessus de 25 °C. Ne pas conserver au réfrigérateur ni congeler.
Remarques concernant la manipulation
Le contenu du flacon est sous pression et contient 6,5 pour cent (poids/poids) de gaz propulseurs inflammables. Tenir à distance de sources d'ignition – y compris de cigarettes. Ne pas utiliser à proximité d'une flamme ou de matériel incandescent. Protéger du rayonnement solaire direct. Ne pas ouvrir de force, percer ou incinérer les flacons vides, même après les avoir utilisés entièrement.

Numéro d’autorisation

59263 (Swissmedic).

Présentation

Budenofalk mousse rectale 14 administrations. (B)
Budenofalk mousse rectale 2 × 14 administrations. (B)
Flacon sous pression en aluminium avec valve doseuse et 14 applicateurs en PVC recouverts de paraffine visqueuse et de vaseline blanche pour l'administration de la mousse, et 14 sachets en plastique pour l'élimination hygiénique des applicateurs. (B)

Titulaire de l’autorisation

Vifor SA, 1752 Villars-sur-Glâne.

Mise à jour de l’information

Octobre 2018.

2018 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home