ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Juluca:ViiV Healthcare GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Effets indésirables

Juluca contenant du dolutégravir et de la rilpivirine, on peut donc s'attendre aux effets indésirables (EI) observés avec chacun des principes actifs (Tableau 2).
Les effets indésirables sont des événements indésirables pour lesquels une évaluation détaillée des informations disponibles sur cet événement suggère un lien plausible avec le médicament. Dans des cas isolés, un lien de causalité fiable peut ne pas être établi. En outre, il faut noter que la fréquence des effets indésirables observée dans les études cliniques ne peut pas être directement comparée à la fréquence rapportée dans les études cliniques menées avec d'autres médicaments, car les études cliniques sont réalisées dans des conditions très différentes. En outre, la fréquence des effets indésirables rapportée dans les études cliniques ne correspond pas forcément à la fréquence observée dans la pratique clinique.
Les effets indésirables (EI) observés dans une analyse des données cumulées des études cliniques de phase IIb et de phase III avec les principes actifs pris séparément sont indiqués ci-dessous par classes de systèmes d'organes de MedDRA et par fréquence. Les fréquences sont définies comme suit: très fréquents (≥1/10), fréquents (≥1/100, <1/10), occasionnels (≥1/1000, <1/100), rares (≥1/10 000, <1/1000) et très rares (<1/10 000), y compris cas isolés rapportés.
Les EI de l'association de dolutégravir et de rilpivirine, identifiés dans une analyse des données cumulées d'études cliniques de phase III (SWORD-1 et SWORD-2) ont concordé avec le profil et la sévérité des EI des principes actifs pris séparément et utilisés avec d'autres antirétroviraux. Au cours du traitement par l'association de dolutégravir et de rilpivirine, aucun EI supplémentaire ni aucune augmentation de la fréquence ou de la sévérité des EI n'ont été enregistrés. Les EI liés au traitement et observés dans l'analyse cumulée des études SWORD-1 et SWORD-2 chez au moins 2% des sujets inclus dans les bras traités étaient des diarrhées et des céphalées.
Tableau 2: Effets indésirables des différents principes actifs de Juluca

Système

Fréquence*

DTG

RPV

Affections du système immunitaire

Occasionnels

Hypersensibilité (voir Mises en garde et précautions)
Syndrome de restauration immunitaire

 

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquents

 

Perte d'appétit

Affections psychiatriques

Fréquents

Insomnie
Rêves anormaux
Dépression, anxiété

Dépression
Insomnie
Rêves anormaux
Troubles du sommeil

Occasionnels

Idées suicidaires ou tentatives de suicide (en particulier chez les patients ayant des antécédents de dépression ou d'affection psychiatrique)

Humeur dépressive

Affections du système nerveux

Très fréquents

Céphalées

 

Fréquents

Sensations vertigineuses

Céphalées
Sensations vertigineuses

Occasionnels

 

Somnolence

Affections gastro-intesitnales

Très fréquents

Nausées
Diarrhées

 

Fréquents

Douleurs abdominales
Vomissements
Flatulences
Douleur abdominale haute
Gêne abdominale

Douleurs abdominales
Nausées
Vomissements

Occasionnels

 

Gêne abdominale

Affections hépatobiliaires

Fréquents

 

Augmentation des transaminases

Occasionnels

Hépatite

 

Affections de la peau

Fréquents

Éruption cutanée
Prurit

Éruption cutanée

Troubles généraux

Fréquents

Abattement

Abattement

* La fréquence attribuée repose sur la fréquence maximale observée dans les études SWORD cumulées ou dans les études réalisées avec chacun des principes actifs.
Anomalies biologiques
Les anomalies biologiques/une sélection d'anomalies biologiques avec aggravation par rapport à la valeur initiale et représentant la toxicité de sévérité maximale chez au moins 2% des sujets sont présentées dans le Tableau 3.
Tableau 3: Anomalies biologiques sélectionnées (classes 2 et 3 jusqu'à 4; semaine 48, analyses cumulées) dans les études SWORD-1 et SWORD-2

Paramètres biologiques

Dolutégravir + rilpivirine
(N=513)

Traitement antiviral en cours (CAR)
(N=511)

ALAT grade 2 (>2,5-5× LSN)

2%

<1%

Grade 3-4 (>5,0× LSN)

<1%

<1%

ASAT grade 2 (>2,5-5× LSN)

<1%

2%

Grade 3-4 (>5,0× LSN)

<1%

<1%

Bilirubine totale

Grade 2 (1,6-2,5× LSN)

2%

4%

Grade 3-4 (>2,5× LSN)

0%

3%

Créatine kinase

Grade 2 (6,0-9,9× LSN)

<1%

<1%

Grade 3-4 (≥10,0× LSN)

1%

2%

Hyperglycémie

Grade 2 (126-250 mg/dl)

4%

5%

Grade 3-4 (>250 mg/dl)

<1%

<1%

Lipase

Grade 2 (>1,5-3,0× LSN)

5%

5%

Grade 3-4 (>3,0× LSN)

2%

2%

LSN = limite supérieure de la normale
Modifications de la créatinine sérique: le dolutégravir et la rilpivirine augmentent la créatinine sérique par inhibition de la sécrétion tubulaire de créatinine, sans affecter la fonction rénale glomérulaire (voir Propriétés/Effets/Effets sur la fonction rénale). Des augmentations de la créatinine sérique sont survenues dans les 4 premières semaines du traitement par l'association de dolutégravir et de rilpivirine, puis les valeurs sont restées stables pendant 48 semaines. Après 48 semaines de traitement par l'association de dolutégravir et de rilpivirine, la variation moyenne par rapport à la valeur initiale était de 0,093 mg par dl (intervalle: de -0,30 à 0,58 mg par dl). Ces variations ne sont pas considérées comme cliniquement significatives.
Lipides sériques: à la semaine 48, le cholestérol total, le HDL-cholestérol, le LDL-cholestérol, les triglycérides et le rapport cholestérol total/HDL-cholestérol étaient comparables entre les bras de traitement.
Population pédiatrique
Il n'existe aucune donnée issue d'études cliniques menées avec l'association de dolutégravir et de rilpivirine chez l'enfant et l'adolescent.
Co-infection par le virus de l'hépatite B ou C
Chez les patients traités par le dolutégravir et la rilpivirine, et co-infectés par le virus de l'hépatite C, l'incidence de l'augmentation des paramètres hépatiques (grade 1) était supérieure à celle observée chez les patients non co-infectés. L'association de dolutégravir et de rilpivirine n'a pas été évaluée chez les patients co-infectés par le virus de l'hépatite B.
Données post-commercialisation
Outre les effets indésirables provenant des données d'études cliniques, les effets indésirables observés depuis la commercialisation pendant l'utilisation du dolutégravir en association avec d'autres antirétroviraux sont présentés ci-dessous. Ces événements ont été inclus en raison de leur lien de causalité potentiel avec le dolutégravir.
Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif: occasionnels: arthralgies, myalgies
Investigations: occasionnels: prise de poids
L'événement suivant a été rapporté au cours d'un traitement contenant du dolutégravir. La contribution du dolutégravir est peu claire dans ce cas.
Affections hépatobiliaires: Défaillance hépatique aiguë avec transplantation hépatique et pouvant aller jusqu'au décès (voir Mises en garde et précautions)
Affections de la peau et du tissu sous-cutané: réactions cutanées et d'hypersensibilité sévères, y compris syndrome DRESS

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home