ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Tostran®:Cederberg GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principes actifs
Testostérone
Excipients
Propylèneglycol (E1520), antiox.: butylhydroxytoluène (E 321), excip. ad gel. pro 1 g

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement substitutif par testostérone de l'hypogonadisme masculin lorsque le déficit en testostérone a été confirmé par les symptômes cliniques et les analyses biologiques.

Posologie/Mode d’emploi

Posologie usuelle
Adultes
La posologie initiale recommandée de Tostran est de 3 g de gel (60 mg de testostérone), appliqués une fois par jour, tous les matins à peu près à la même heure. La dose sera adaptée en fonction à la fois des concentrations sériques de testostérone et des signes et symptômes cliniques associés à un déficit androgénique. Il convient de tenir compte du fait que la concentration physiologique de testostérone diminue avec l'âge.
La dose quotidienne ne doit pas dépasser 4 g de gel (80 mg de testostérone) par jour.
Mode d’administration
Application cutanée.
Étant donné qu'une grande partie du gel est éliminée au lavage, il convient d'informer les patients de n'appliquer le gel qu'après la toilette du matin ou au moins 2 heures avant de prendre une douche/un bain.
La dose peut être appliquée sur l'abdomen (intégralité de la dose sur une zone d'au moins 10 x 30 cm) ou sur la partie intérieure des deux cuisses (moitié de la dose sur chaque cuisse sur une zone de 10 x 15 cm). Il est recommandé d'alterner quotidiennement les sites d'applications, c.-à-d. sur l'abdomen et sur la partie intérieure des cuisses, afin de minimiser le risque de réactions au niveau des sites d'application.
Tostran ne doit pas être appliqué sur les parties génitales.
Le gel doit être étalé sur une peau propre, sèche et saine, à l'aide d'un seul doigt, sans frotter, jusqu'à ce que la peau paraisse sèche. Le site d'application sera ensuite recouvert de préférence par un vêtement ample. Les mains doivent être lavées à l'eau et au savon après l'application.
Chaque pression sur la pompe du flacon libère un demi-gramme de gel (10 mg de testostérone). Afin d'obtenir une première dose complète, il est nécessaire d'amorcer la pompe. Pour ce faire, le flacon doit être maintenu debout et le piston pressé lentement et complètement huit fois de suite afin de s'assurer que la pompe est correctement amorcée. Il est possible qu'aucun gel ne soit libéré lors des premières pressions. Le gel obtenu suite aux huit premières pressions de la pompe (c.-à-d. pendant l'amorçage) doit être éliminé. L'amorçage de la pompe n'est nécessaire que lors de la première utilisation du flacon.
Entre les utilisations, le flacon doit être maintenu en position verticale.
Contrôle thérapeutique
Afin de s'assurer que la posologie est adaptée, la concentration sérique de testostérone sera dosée environ 14 jours après le début du traitement. L'échantillon sanguin pour doser la concentration sérique de testostérone sera prélevé 2 heures après l'application de Tostran. Si la concentration sérique de testostérone est inférieure à 5,0 µg/l, la dose sera augmentée jusqu'à 4 g/jour (80 mg de testostérone). Si la concentration sérique de testostérone est supérieure à 15,0 µg/l, la dose sera réduite jusqu'à 2 g/jour (40 mg de testostérone). En cas de besoin, la posologie peut aussi être adaptée en utilisant des paliers moins importants de 0,5 g de gel (10 mg de testostérone).
En raison de la variabilité des résultats biologiques d'un laboratoire à un autre, il est recommandé de faire pratiquer tous les dosages de testostérone par le même laboratoire.
Instructions posologiques particulières
Enfants et adolescents
Tostran n'est pas indiqué chez l'enfant et l'adolescent et n'a fait l'objet d'aucune évaluation clinique chez les patients de moins de 18 ans.
Patients âgés
L'expérience d'un traitement par Tostran chez les hommes de plus de 65 ans est limitée. Mais un ajustement posologique en fonction de l’âge n’est probablement pas nécessaire.
Patients présentant des troubles de la fonction hépatique ou rénale
Aucune étude de sécurité et de tolérance n'a été menée avec ce médicament chez des patients atteints d'insuffisance rénale ou hépatique. Par conséquent, chez ces patients un traitement substitutif par testostérone doit être administré en procédant à une augmentation prudente de la dose.

Contre-indications

·Cancer de la prostate ou carcinome mammaire, supposé ou confirmé,
·Femmes, enfants et adolescents,
·Hypersensibilité connue à la testostérone ou à tout autre constituant du gel.

Mises en garde et précautions

Le traitement ne doit être instauré que par un spécialiste expérimenté dans les traitements hormonaux.
Tostran ne doit être utilisé que si un hypogonadisme a été démontré et si les autres étiologies, pouvant être à l'origine de la symptomatologie, ont été exclues avant de démarrer le traitement. Avant d'instaurer un traitement substitutif par testostérone, l'insuffisance en testostérone doit être clairement démontrée par des signes cliniques (régression des caractères sexuels secondaires, diminution de la libido, dysfonction érectile, modification de la composition corporelle, asthénie etc.) et confirmée par 2 dosages séparés de testostéronémie.
L’expérience disponible concernant la sécurité et l’efficacité de Tostran utilisé chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée. Actuellement, il n'existe pas de consensus quant aux valeurs normales de testostéronémie en fonction de l'âge. Cependant, il devrait être pris en compte que les valeurs physiologiques de testostéronémie diminuent avec l'âge.
Les patients traités par des androgènes peuvent présenter un risque accru de développer une hyperplasie bénigne de la prostate et d’accélérer l'évolution d'un cancer de la prostate infraclinique. Avant l’instauration du traitement, il faut par conséquent exclure une hyperplasie de la prostate ou un cancer de la prostate. Pendant le traitement par la testostérone, une surveillance attentive et régulière de la prostate et des seins devra être conduite, au moins une fois par an, chez chaque patient conformément aux méthodes actuellement en vigueur (toucher rectal et analyse de l'antigène prostatique spécifique, APS) et deux fois par an chez les patients de plus de 40 ans et chez les patients à risque (facteurs de risque cliniques ou familiaux).
Un traitement androgénique peut entraîner une rétention sodique ou liquidienne accrue. Chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque, hépatique ou rénale sévère ou de pathologies cardiaques ischémiques, le traitement par la testostérone pourrait entraîner des œdèmes, avec ou sans insuffisance cardiaque congestive, qui peuvent s’accompagner des complications graves. Dans ce cas, le traitement doit être interrompu immédiatement.
Tostran doit être utilisé avec prudence également chez les patients souffrant d'épilepsie ou de migraine car ces maladies peuvent être potentialisées en raison de la rétention liquidienne.
La testostérone étant susceptible d'entraîner une élévation de la pression artérielle, Tostran doit être utilisé avec prudence chez les patients hypertendus.
Les concentrations sériques de testostérone doivent être dosées régulièrement avant et pendant le traitement. La dose doit être ajustée individuellement afin d'assurer le maintien de taux sériques eugonadiques de testostérone.
Les symptômes suivants peuvent témoigner d'une exposition excessive aux androgènes:
·Irritabilité, nervosité
·Prise de poids,
·Érections trop fréquentes ou prolongées,
·Nausées, vomissements,
·Modifications de la couleur de la peau ou gonflement des chevilles,
·Troubles de la respiration, même pendant le sommeil.
Le patient doit être informé de rapporter de tels symptômes à son médecin. Afin de s'assurer que la posologie est adaptée, la concentration sérique de testostérone doit être dosée (cf. section «Posologie/mode d'emploi»).
Chez les patients recevant un traitement androgénique au long cours, les taux d’hémoglobine et l’hématocrite doivent être contrôlés régulièrement afin, le cas échéant, de détecter précocement tout signe d'une polyglobulie.
En cas d'augmentation de l'hématocrite, il peut être nécessaire de réduire la dose de testostérone ou d'arrêter le traitement, le cas échéant.
En outre, les paramètres de la fonction hépatique et le profil lipidique doivent être contrôlés régulièrement. Des modifications du profil lipidique peuvent, le cas échéant, rendre nécessaire une réduction de la dose.
Tostran ne doit être utilisé qu'avec prudence chez les patients chez lesquels il existe un risque d'hypercalcémie et d'hypercalciurie en raison de métastases osseuses. Il est recommandé de contrôler régulièrement le taux sérique de calcium chez ces patients.
Chez les patients présentant un hypogonadisme, un traitement par testostérone peut majorer une apnée du sommeil, en particulier chez ceux présentant des facteurs de risque comme l'obésité ou une affection chronique de voies respiratoires.
Une amélioration de la sensibilité à l'insuline peut être observée chez les patients diabétiques traités par androgènes et ayant obtenu des concentrations plasmatiques de testostérone normales sous traitement de substitution.
Concernant les patients atteints de thrombophilie, des cas d’événements thromboemboliques ont été rapportés au cours des études cliniques et de la surveillance post-commercialisation. Par conséquent, Tostran doit être utilisé avec prudence chez ces patients.
Un traitement substitutif par testostérone peut dans de rares cas entraîner un priapisme. Il s’agit d’une urgence urologique, qui en l’absence de traitement ou en cas de traitement tardif, peut entraîner des lésions irréversibles du pénis. Le patient doit être informé de consulter immédiatement un urologue en cas de priapisme.
En cas de réaction sévère au site d'application, le traitement doit être reconsidéré et arrêté si nécessaire.
Tostran n'est pas indiqué dans le traitement de la stérilité masculine ou de l'impuissance.
Chez les sujets sains, les androgènes ne sont pas adaptés pour développer la masse musculaire ou augmenter les capacités physiques et leur abus, p. ex. dans le sport, est associé à des risques sérieux.
L'attention des athlètes doit être attirée sur le fait que Tostran contient un principe actif (la testostérone) pouvant induire des résultats positifs en cas de contrôles antidopages.
Irritations cutanées
Tostran contient de la butylhydroxytoluène (E321) pouvant entraîner des réactions cutanées locales (p. ex. dermatite de contact) ou des irritations oculaires et des muqueuses. Tostran contient du propylèneglycol pouvant entraîner des irritations cutanées.
Risque de transfert de testostérone
Si aucune précaution n'est prise, un transfert de testostérone à une autre personne (p. ex. partenaire, enfants) peut se produire lors d'un contact cutané étroit avec la zone d'application du gel, induisant une augmentation de la concentration sérique de testostérone et d'éventuels effets indésirables. En cas de contact répété, on peut observer une virilisation involontaire chez les femmes. Les effets indésirables suivants ont été rapportés: augmentation de la pilosité sur le visage et/ou le corps, voix plus grave et/ou irrégularités du cycle menstruel.
Chez les enfants, on a rapporté des cas au cours desquels le contact avec un gel à base de testostérone a entraîné un développement sexuel prématuré, accompagné d'une augmentation de la taille des parties génitales, d'un développement prématuré des poils pubiens, de l'apparition de la libido et d'une augmentation de la fréquence des érections ainsi que d'un comportement agressif. De plus, la testostérone peut entraîner une accélération de la croissance et de la maturation osseuse, une soudure prématurée des épiphyses et, ce faisant, une taille finale diminuée. Dans la plupart des cas, ces symptômes étaient réversibles lorsque le contact avec le gel à base de testostérone a été supprimé. Dans certains cas, les parties génitales ayant augmenté de taille ne retrouvent plus la taille normale correspondant à l'âge.
Il ne peut pas être exclu que le gel de testostérone puisse également être transmis à d'autres personnes par les vêtements (p. ex. des sous-vêtements ou des tee-shirts) ou par la literie de l'utilisateur.
Le médecin doit informer le patient de manière précise sur ce risque de transfert de testostérone et sur les précautions d'utilisation appropriées (voir ci-dessous). Tostran ne doit pas être prescrit chez les patients présentant un risque majeur de non-observance des précautions d'utilisation (p. ex. dans les cas d'alcoolisme sévère, d'usage de drogues, de troubles psychiatriques sévères).
Le port d'un vêtement recouvrant la zone d'application ou la prise d'un bain ou d'une douche préalablement au contact cutané permet d'éviter ce transfert.
En conséquence, les précautions suivantes sont recommandées:
Pour le patient
·Se laver les mains à l'eau et au savon après l'application du gel,
·Recouvrir la zone d'application avec un vêtement après que le gel a séché. De plus, en cas de contact avec un enfant, il est particulièrement recommandé de porter un tee-shirt recouvrant la zone d'application afin d'éviter tout risque de contamination,
·Prendre un bain ou une douche préalablement à toute circonstance où un tel contact cutané est prévisible,
·Pour prévenir tout risque de transfert chez sa partenaire, le patient doit être informé, par exemple, soit de respecter un délai de quatre heures minimum entre l'application de Tostran et le rapport sexuel, soit de porter un vêtement recouvrant le site d'application pendant la durée du contact, soit de prendre un bain ou une douche avant un rapport sexuel.
Pour le professionnel de santé ou le soignant
·Le professionnel de santé ou le soignant qui doit appliquer le gel à la testostérone au patient devra porter des gants jetables,
·Les gants jetables doivent pouvoir résister à l'alcool, car le gel contient de l'éthanol et de l'alcool isopropylique qui augmentent la perméabilité des gants jetable et peuvent ainsi faciliter une contamination par la testostérone.
Pour les personnes non traitées par Tostran
·En cas de contact avec la zone d'application non lavée ou non recouverte d'un vêtement, laver, dès que possible, à l'eau et au savon, la surface cutanée sur laquelle un transfert de testostérone a pu se produire,
·Signaler l'apparition de signes d'androgénisation tels que acné ou modification du système pileux.
Les femmes enceintes doivent éviter tout contact cutané avec les sites d'application de Tostran. En cas de grossesse chez sa partenaire, le patient devra être d'autant plus vigilant quant aux précautions d'utilisation décrites ci-dessus (cf. «Grossesse, allaitement»).

Interactions

Anticoagulants oraux
Lors d'une administration concomitante d'androgènes et d'anticoagulants, il est possible d'observer une augmentation de l'effet anticoagulant. Les patients recevant des anticoagulants oraux doivent faire l'objet d'une surveillance étroite de I'INR, en particulier lors de la mise en place de l'androgénothérapie, de l'arrêt ou lors d'un changement de la dose de testostérone.
ACTH et corticoïdes
L'administration concomitante de testostérone et d'ACTH ou de corticoïdes pourrait favoriser le risque d'apparition d'œdèmes. Par conséquent, ces médicaments doivent être administrés avec prudence, en particulier chez les patients souffrant de maladie cardiaque, rénale ou hépatique.

Grossesse, allaitement

Tostran est destiné aux hommes uniquement. Aucune étude clinique n'a été réalisée chez la femme avec ce traitement.
Les femmes enceintes doivent éviter tout contact cutané avec les sites d'application de Tostran. Tostran peut avoir des effets indésirables virilisants sur le fœtus. En cas de contact avec la peau traitée, laver dès que possible la zone concernée avec de l'eau et du savon.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude correspondante n’a été effectuée.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés au cours d'une étude clinique contrôlée (jusqu'à 4 g de Tostran) étaient des réactions sur la zone d'application (26%), notamment: paresthésie, sécheresse cutanée (xérose), prurit et exanthème ou érythème. La majorité de ces réactions étaient de sévérité légère à modérée et ont diminué ou disparu malgré la poursuite des applications.
Tous les effets indésirables rapportés étant possiblement liés à l’utilisation de testostérone sont énumérés ci-dessous par classes de système d'organes (MedDRA) et par ordre de fréquence. Les fréquences sont définies comme suit: très fréquents (≥ 1/10), fréquents(≥1/100, <1/10), peu fréquents(≥1/1000, <1/100), rares (≥1/10'000, <1/1000)et très rares (<1/10 000) et cas isolés (basée uniquement sur les rapports spontanés émanant de la surveillance post-marché de préparations à base de testostérone, ne peut être estimée sur la base des données disponibles).
Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (y c. kystes et polypes)
Rares: cancer de la prostate, néoplasmes hépatiques
Affections hématologiques et du système lymphatique
Fréquents: augmentation de l’hématocrite, augmentation de la numération des globules rouges, augmentation du taux d’hémoglobine.
Affections du système immunitaire
Fréquence inconnue: réactions d’hypersensibilité.
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Très rares: hyperglycémie (chez des patients diabétiques).
Affections psychiatriques
Très rares: modifications de la libido, nervosité, agressivité, dépression.
Affections vasculaires
Fréquents: hypertension artérielle.
Affections hépatobiliaires
Très rares: anomalies aux tests de la fonction hépatique, ictère.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Fréquents: augmentation de la pilosité masculine, séborrhée, acné, alopécie.
Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif
Très rares: crampes musculaires, douleurs musculaires.
Affections du rein et des voies urinaires
Très rares: obstruction vésicale
Affections des organes de reproduction et du sein
Fréquents: augmentation du PSA, gynécomastie (rarement persistante).
Rares: priapisme, anomalies de la prostate.
Très rares: augmentation de la fréquence des érections, priapisme (Cf. rubrique «Mises en garde et précautions»).
Troubles généraux et anomalies au site d’administration
Très rares: réactions au site d’administration (peau sèche ou irritation) (26%).
Fréquents: œdèmes périphériques.
Dans la littérature, sous traitement par testostérone les effets indésirables suivants ont également été rapportés: prise de poids, nausées et apnée du sommeil, et modifications des électrolytes (rétention de sodium, chlorure, potassium, calcium, phosphate inorganique et eau) lors d’une posologie élevée et/ou d’un traitement prolongé.
L’annonce d’effets secondaires présumés après l’autorisation est d’une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave via le portail d’annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Un seul cas de surdosage aigu en testostérone, consécutif à une administration parentérale d'énantate de testostérone, a été rapporté dans la littérature. Cela a entraîné une élévation des concentrations de testostérone, jusqu'à 114,0 µg/l, provoquant un accident vasculaire cérébral. En cas d'application transdermique, il est improbable que de telles concentrations sériques de testostérone soient atteintes.
Un surdosage doit être traité par nettoyage du site d'application à l'eau et au savon dans les plus brefs délais, par l'interruption de l'application de Tostran et, le cas échéant, par le traitement des symptômes.

Propriétés/Effets

Code ATC
G03BA03
Mécanisme d’action
Les androgènes endogènes, principalement la testostérone, sécrétés par les testicules, et son principal métabolite, la DHT (dihydrotestostérone), sont responsables du développement des organes génitaux masculins, externes et internes, et du maintien des caractères sexuels secondaires (développement de la pilosité, mue de la voix, apparition de la libido). Ils ont un effet général de l’anabolisme protidique, influencent le développement de la musculature squelettique et de la distribution de la graisse corporelle, et réduisent l'élimination urinaire d'azote, de sodium, de potassium, de chlore, de phosphore et d'eau.
La testostérone ne joue aucun rôle dans le développement des testicules, mais elle diminue néanmoins la sécrétion hypophysaire de gonadotrophines.
Les effets de la testostérone sur certains organes cibles tels que les seins ne se manifestent qu'après conversion au niveau périphérique de la testostérone en œstradiol, qui se lie alors aux récepteurs de l'œstradiol.
Pharmacodynamique
Voir aussi sous ‘mécanisme d’action’
Efficacité clinique
Voir aussi sous ‘mécanisme d’action’

Pharmacocinétique

Absorption
Tostran est un gel hydroalcoolique contenant du polypropylèneglycol qui sèche rapidement après application sur la peau. La peau agit en tant que réservoir et libère en continu la testostérone vers la circulation systémique. L'absorption de la testostérone dans le sang se poursuit sur l'ensemble des 24 heures entre deux administrations et ses concentrations sont significativement supérieures aux concentrations de base durant toute cette période.
La biodisponibilité de la testostérone contenue dans Tostran est estimée à 12%. Après administration de 3 g de gel, la concentration sérique moyenne de testostérone est de 5,0 ± 2,0 µg/l, la concentration minimale individuelle de 3,0 ± 1,0 µg/l et la concentration maximale individuelle de 12,0 ± 7,0 µg/l.
Les concentrations sériques de testostérone sont comparables après application sur la partie intérieure des cuisses ou sur l'abdomen.
Le fait d'alterner l'application d'une même dose entre des zones de 200 cm² et de 800 cm² n'a pas montré d'effet cliniquement pertinent sur les concentrations sériques de la testostérone.
Distribution
Environ 40% de la testostérone plasmatique se fixe à la protéine porteuse des stéroïdes sexuels (SHBG), 2% restent non liés (libres) et le reste se lie à l'albumine et à d'autres protéines. La testostérone liée à l'albumine se dissocie facilement et est considérée comme biologiquement active. En revanche, la liaison à la SHBG est forte. Ainsi, la concentration sérique de testostérone bioactive est constituée par la fraction non liée à laquelle s'ajoute la fraction liée à l'albumine.
Métabolisme
Les principaux métabolites actifs de la testostérone sont l'œstradiol et la DHT. La DHT se fixe à la SHBG avec une affinité plus grande que la testostérone. La DHT est à son tour métabolisée en 3a- et 2b androstanédiol.
Élimination
Environ 90% d'une dose de testostérone administrée par voie intramusculaire est excrétée dans les urines sous formes glucuro- et sulfo-conjuguées de testostérone et de ses métabolites. Environ 6% de la dose sont excrétée dans les selles, principalement sous forme non-conjuguée.

Données précliniques

Les études toxicologiques n'ont pas révélé d'effet autre que les effets hormonaux attendus compte tenu du profil hormonal de Tostran.
La testostérone s'est révélée non mutagène in vitro selon le modèle des mutations réverses (test d'Ames) ou des cellules ovariennes de hamster. Lors des études chez les animaux de laboratoire, il est apparu un lien entre le traitement par les androgènes et certains types de cancers. Des données expérimentales chez les rats ont montré une augmentation de l'incidence du cancer de la prostate après un traitement par la testostérone. Les hormones sexuelles sont connues pour faciliter le développement de certaines tumeurs induites par des agents carcinogènes connus. La signification clinique de cette dernière observation n'est pas connue.
Les études de fertilité chez les rongeurs et les primates ont montré que le traitement par la testostérone est susceptible d’altérer la fertilité par suppression de la spermatogenèse proportionnellement à la dose.

Remarques particulières

Incompatibilités
Non pertinent.
Influence sur les méthodes de diagnostic
Les androgènes peuvent diminuer les concentrations en globuline fixant la thyroxine, entraînant une diminution des concentrations sériques en T4 totale et une augmentation du captage sur résine de la T3 et de la T4. Les concentrations en hormones thyroïdiennes libres restent néanmoins inchangées.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.
Remarques particulières concernant le stockage
Conserver à température ambiante (15-25°C).
Ne pas conserver au réfrigérateur et ne pas congeler.
Maintenir le flacon en position verticale.
Conserver hors de portée des enfants.
Remarques concernant la manipulation
Cf. rubrique «Posologie / Mode d’emploi»

Numéro d’autorisation

57'959 (Swissmedic)

Présentation

Boîtes de 1 flacon de 60 g en aluminium (à revêtement en résine époxyphénolique) muni(s) d’une pompe doseuse à volume prédéterminé.
[B]

Titulaire de l’autorisation

Cederberg GmbH, 4102 Binningen

Mise à jour de l’information

Octobre 2019

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home