ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Implanon NXT®:MSD Merck Sharp & Dohme AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Interactions

Note: Les informations professionnelles des médicaments utilisés simultanément doivent être consultées afin d'exclure des interactions éventuelles.
Influence d'autres médicaments sur la pharmacocinétique d'Implanon NXT
La littérature décrit les interactions suivantes (essentiellement avec des contraceptifs hormonaux combinés mais aussi, très rarement, avec des contraceptifs purement progestatifs):
Inducteurs enzymatiques
Les interactions entre les contraceptifs hormonaux et les médicaments induisant les enzymes microsomales (notamment les enzymes du cytochrome P450) et pouvant donc conduire à une augmentation de la clairance des hormones sexuelles, peuvent entraîner une diminution de l'effet contraceptif d'Implanon NXT et des troubles hémorragiques. Ceci vaut par exemple pour les barbituriques, le bosentan, la carbamazépine, le felbamate, le modafinil, l'oxcarbazépine, la phénytoïne, la primidone, la rifabutine, la rifampicine, le topiramate ainsi que pour les médicaments contenant du millepertuis (Hypericum perforatum).
Une induction enzymatique peut se produire déjà après quelques jours de traitement. L'induction enzymatique maximale est en général observée après 2 à 3 semaines et peut persister pendant au moins 4 semaines ou plus après l'arrêt de ces médicaments.
Les femmes traitées pendant une courte durée par un de ces médicaments, doivent être averties que l'efficacité d'Implanon NXT peut être réduite. S'il est décidé de poursuivre la contraception avec Implanon NXT, il faut demander à l'utilisatrice d'utiliser temporairement une méthode de contraception non hormonale supplémentaire. La méthode barrière doit être utilisée pendant l'utilisation concomitante des médicaments et encore pendant 28 jours après l'arrêt du traitement.
En cas de traitement de longue durée par des médicaments qui entraînent une induction enzymatique hépatique, il convient d'utiliser des méthodes contraceptives alternatives (non hormonales).
On sait en outre que divers inhibiteurs des protéases du VIH/VHC (p.ex. nelfinavir, bocéprévir, télaprévir) et de la transcriptase inverse non nucléosidique (p.ex. éfavirenz, névirapine) ainsi que leurs combinaisons peuvent entraîner une baisse ou une élévation des concentrations plasmatiques des progestatifs. Ces changements peuvent avoir un effet clinique dans quelques cas. Par exemple, une étude publiée sur le traitement par de l'éfavirenz de patientes positives au VIH comparées à des femmes sans traitement antirétroviral a mis en évidence une Cmax de l'étonogestrel plus basse de 54% et une AUC diminuée de 63%.
Les inhibiteurs de protéase tels que le ritonavir ou le nelfinavir (y compris leurs combinaisons) sont des inhibiteurs puissants du CYP3A4 notoires, mais ils peuvent avoir un effet inducteur enzymatique s'ils sont co-administrés avec des hormones stéroïdiennes et peuvent ainsi réduire le taux plasmatique de progestatifs.
Inhibiteurs enzymatiques
Les inhibiteurs puissants et modérés du CYP3A comme les antifongiques azolés (itraconazole, voriconazole, posaconazole, fluconazole), les macrolides (clarithromycine, érythromycine), le diltiazem, le vérapamil et le jus de pamplemousse peuvent augmenter les taux plasmatiques des progestatifs comme l'étonogestrel et entraîner des effets indésirables plus nombreux.
Influence des contraceptifs hormonaux sur la pharmacocinétique d'autres médicaments
Les contraceptifs hormonaux peuvent, par différents mécanismes d'interaction, influer également sur la pharmacocinétique de certains autres médicaments. Ils peuvent inhiber les enzymes hépatiques microsomaux ou induire la conjugaison hépatique, en particulier la glucuroconjugaison. Les concentrations plasmatiques et tissulaires d'autres médicaments peuvent par conséquent être soit augmentées (p.ex. la ciclosporine) soit diminuées (p.ex. la lamotrigine, voir ci-dessous). Par ailleurs, l'effet pharmacologique des groupes médicamenteux suivants peut également être influencé: analgésiques, antidépresseurs, antidiabétiques, antimalariques, certaines benzodiazépines, certains bêtabloquants, corticostéroïdes, anticoagulants oraux et théophylline. C'est pourquoi, en cas d'utilisation de tels médicaments, il faut étroitement surveiller la patiente. Cependant, les modifications des taux plasmatiques résultant de ces interactions ne sont pas toujours cliniquement pertinentes.
Une étude d'interactions avec la lamotrigine, un anti-épileptique, et un contraceptif oral combiné (30 μg d'éthinylestradiol/150 μg de lévonorgestrel) a mis en évidence une augmentation cliniquement significative de la clairance de la lamotrigine avec une diminution significative des taux plasmatiques de lamotrigine lors de l'administration simultanée de ces médicaments. Une telle diminution des concentrations plasmatiques peut se manifester par un moins bon contrôle des crises épileptiques. On ne sait pas dans quelle mesure ces résultats peuvent être appliqués à une préparation uniquement progestative sous-cutanée comme Implanon NXT.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home