ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Imukin®:IQONE HEALTHCARE EXPORT Sàrl
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Interferonum humanum gamma-1b ADNr
Excipients: Mannitolum, Dinatrii succinas, Acidum succinicum, Polysorbatum 20, Aqua ad iniectabilia q.s. ad solutionem pro 0,5 ml.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

1 flacon-ampoule (0,5 ml) contient 100 microgrammes (2 millions UI) Interferonum humanum gamma-1b ADNr

Indications/Possibilités d’emploi

Imukin est indiqué pour réduire la fréquence des infections sévères chez l’enfant de plus de 1 an et chez l’adulte atteints de granulomatose chronique.

Posologie/Mode d’emploi

La dose d’injection préconisée est de 50 µg/m2 d’Imukin, 3 fois par semaine, si la surface corporelle du patient est supérieure à 0,5 m2 et de 1,5 µg/kg, 3 fois par semaine, si la surface corporelle du patient est inférieure ou égale à 0,5 m2.
L’injection se fera par voie sous-cutanée, de préférence le soir.
Avant l’injection, on vérifiera le volume effectif de la solution.
Le site d’injection optimal est la région deltoïdienne du bras ou la face antérieure de la cuisse. Imukin peut être administré par un médecin, une infirmière, un membre de la famille ou le patient lui-même dans la mesure où ces derniers ont été initiés à la pratique de l’injection sous-cutanée.
On ne dépassera pas les doses ci-dessus, la sécurité d’emploi et l’efficacité de doses d’Imukin supérieures ou inférieures n’étant pas démontrées.
En cas de réactions indésirables sévères, on devra impérativement réduire la dose de moitié ou arrêter le traitement jusqu’à leur disparition.
Les données relatives à l’efficacité et à la sécurité chez les enfants de moins d’un an sont très limitées (voir «Mises en garde et précautions» et «Efficacité clinique»).

Contre-indications

Imukin est contre-indiqué en cas d’hypersensibilité à l’IFN-γ, à un interféron apparenté ou à un autre composant de la préparation.

Mises en garde et précautions

Imukin sera utilisé avec prudence chez les patients présentant une affection cardiaque y compris un angor, une insuffisance cardiaque congestive ou des arythmies (cf. «Effets indésirables»). Bien qu’aucun effet cardiotoxique direct d’Imukin n’ait été démontré, son administration peut induire des symptômes pseudogrippaux aigus (fièvre ou frissons) qui risquent d'aggraver une affection cardiovasculaire préexistante.
Des neutropénies et des thrombopénies réversibles, pouvant être sévères et dose-dépendantes, ont été observées au cours de traitement avec Imukin. La prudence est de rigueur lorsque Imukin est administré à des patients présentant une dépression médullaire.
Les patients avec une insuffisance hépatique devraient également être traités avec précaution. Déjà après 7 jours de traitement, des augmentations d’ASAT et/ou d’ALAT ont pu être observées. Leurs incidences semblaient plus élevées chez les patients de moins de un an que chez les patients plus âgés. Les augmentations de transaminases se sont montrées réversibles lors d’une réduction de la dose ou de l’arrêt du traitement.
Imukin sera utilisé avec précaution chez le patient épileptique et/ou présentant des troubles fonctionnels du SNC.
Les patients présentant une affection hépatique grave ou une insuffisance rénale sévère doivent être traités avec prudence en raison d’un risque accru d’accumulation d’IFNγ lors d’administration répétée chez ces patients.
On évitera d’associer l’IFN-γ à une autre solution protéique sérique hétérologue ou à une préparation immunologique (un vaccin p.ex.), en raison du risque d’une réponse immunitaire inattendue ou potentialisée.
Les patients traités par Imukin ainsi que leurs proches devraient être informés du rapport bénéfice/risque que comporte le traitement. Si le médecin estime souhaitable un traitement à domicile, il donnera au patient et à ses proches les instructions nécessaires pour une utilisation correcte.
La surveillance biologique habituelle prévue en cas de granulomatose chronique sera complétée par les examens suivants avant la mise en route du traitement, puis à intervalles périodiques déterminés par le médecin: tests hématologiques tels que numération et formule sanguine complète, numération plaquettaire, examens biochimiques sanguins incluant tests fonctionnels hépatiques et rénaux et analyse d’urine (cf. «Effets indésirables»).
Chez plus de 900 patients traités par Imukin en monothérapie au cours d’essais cliniques, on a recherché la présence d’anticorps anti-IFN-γ neutralisants et non neutralisants au moyen d’une méthode radio-immunologique spécifique. Chez seulement un patient le test était positif une seule fois. L’Interféron gamma-1b est une protéine exogène qui peut entraîner l’apparition d’anticorps durant le traitement.
Le bouchon du flacon-ampoule d’Imukin contient du caoutchouc naturel (un dérivé du latex), susceptible d’induire des réactions allergiques.

Interactions

Il n’existe pas d’indice portant à croire qu’Imukin réduit l’efficacité des antibiotiques ou des glucocorticoïdes chez les patients présentant une granulomatose chronique. Les interactions médicamenteuses avec Imukin sont analogues à celles observées avec d'autres interférons dans l'expérimentation animale.
En théorie, il est possible que des médicaments hépato- et/ou néphrotoxiques réduisent la clairance d'Imukin. Les effets d’autres médicaments d'un emploi fréquent dans la granulomatose chronique (p.ex. les anti-inflammatoires y compris les AINS, la théophylline, les immunosuppresseurs ou les cytostatiques) sur l’activité cellulaire aiguë et par conséquent sur l’efficacité thérapeutique de l’IFN-γ ne sont pas connus.
En théorie, l’administration concomitante d’une autre solution protéique sérique (hétérologue) ou d’une préparation immunologique (un vaccin p.ex.) peut renforcer l’immunogénicité d’Imukin.
Administré simultanément, Imukin est susceptible de modifier la demi-vie de médicaments métabolisés par le cytochrome P-450.
L’utilisation concomitante de médicaments neurotoxiques (y compris sur le SNC), hématotoxiques, myélosuppresseurs et cardiotoxiques peut accroître la toxicité des interférons sur ces systèmes.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
Les études qui ont examiné l'effet de l'interféron gamma sur la fertilité humaine ont montré des résultats contradictoires. Sur la base des données disponibles, on ne peut exclure que la présence de taux élevés d'interféron gamma puisse altérer la fertilité masculine et jouer un rôle dans certains cas de stérilité féminine. Chez les patients plus jeunes, l'effet à long terme sur la fertilité n'est pas non plus connu.
Imukin ne doit pas être administré pendant la grossesse, sauf en cas de nécessité absolue.
Allaitement
Le passage de l’IFN-γ dans le lait maternel n’est pas connu. L’allaitement est donc déconseillé durant l’utilisation d’Imukin.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude n’a été menée concernant les effets sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines. Néanmoins, les patients doivent être informés que des effets indésirables comme la fatigue, des convulsions, une confusion, une désorientation ou des hallucinations peuvent survenir pendant le traitement. La prudence est donc de rigueur lors de la conduite automobile ou l’utilisation de machines. Si ces effets indésirables surviennent, les patients doivent éviter les activités potentiellement dangereuses comme la conduite automobile ou l’utilisation de machines.

Effets indésirables

Les effets secondaires, qui ont été déterminés après administration de doses multiples d’Imukin lors d’études cliniques mais également à partir des valeurs de laboratoire, dépendaient de la dose, du mode d'administration ainsi que du schéma posologique.
Les effets secondaires indésirables les plus fréquents sont des symptômes grippaux comme de la fièvre, des maux de tête, des frissons, des douleurs musculaires ou de la fatigue, dont le degré de sévérité peut diminuer au cours du traitement.
Les fréquences sont définies comme suit: très fréquent (≥10%), fréquent (<10% - ≥1%), occasionnel (<1% - ≥0,1%), rare (<0,1% - ≥0,01%), inconnu (estimation impossible sur la base des données disponibles).
Troubles de la circulation sanguine et lymphatique
Inconnu: Neutropénie, thrombocytopénie.
Troubles du métabolisme et de la nutrition
Inconnu: Hyponatrémie, hypoglycémie, hypertriglycéridémie.
Troubles psychiatriques
Fréquent: Dépression.
Inconnu: Confusion, désorientation, hallucinations.
Troubles du système nerveux
Inconnu: Convulsions, marche de type parkinsonien, tremblements au repos de type parkinsoniens, troubles de la marche.
Troubles cardiaques
Inconnu: Insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, tachyarythmie, bloc auriculo-ventriculaire.
Troubles vasculaires
Inconnu: Attaque ischémique transitoire, thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire, hypotension, syncope.
Organes respiratoires (troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux)
Inconnu: Pneumopathie interstitielle, bronchospasmes, tachypnée.
Troubles gastro-intestinaux
Très fréquent: Diarrhées (14% sous Imukin contre 12% sous placebo), vomissements (13% contre 5%), nausées (10% contre 2%).
Fréquent: Douleurs abdominales.
Inconnu: Pancréatite (également avec issue fatale), saignements gastro-intestinaux.
Troubles hépato-biliaires
Très fréquent: Augmentation des enzymes hépatiques (fréquence dans le groupe sous placebo supérieure à celle du groupe verum: 16% contre 23%).
Inconnu: Insuffisance hépatique.
Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés
Très fréquent: Eruptions cutanées (17% contre 6%).
Inconnu: (Aggravation d’une) dermatomyosite.
Troubles musculo-squelettiques, du tissus conjonctif et des os
Fréquent: Myalgie, arthralgie, dorsalgies.
Inconnu: Lupus érythémateux systémique.
Troubles rénaux et urinaires
Inconnu: Insuffisance rénale (réversible), protéinurie.
Troubles généraux et accidents liés au site d’administration
Très fréquent: Fièvre (52% contre 28%), céphalées (33% contre 9%), frissons (14% contre 0%), fatigue (14% contre 11%), douleurs au site d’injection (14% contre 2%).
Inconnu: Symptômes thoraciques.
Investigations
Inconnu: Détection des auto-anticorps.

Surdosage

A doses élevées (>100 µg/m²), Imukin n’a à ce jour été injecté par voie intraveineuse ou intramusculaire qu’à des patients présentant une pathologie maligne à un stade avancé.
Il a été démontré dans des études cliniques précoces, que les patients présentant une affection cardiaque peuvent souffrir d’une exacerbation aiguë, auto-limitante de leur affection cardiaque, à des doses de 250 µg/m2/jour ou plus (>10 fois la dose hebdomadaire recommandée), bien qu’aucun effet négatif direct sur le cœur n’ai été mis en évidence.
Des effets indésirables affectant le SNC y compris diminution des facultés mentales, troubles de la marche et sensations vertigineuses ont notamment été signalés chez des patients cancéreux recevant plus de 100 µg/m² d’Imukin par jour. Ces symptômes ont régressé au bout de quelques jours après réduction de la posologie ou interruption du traitement.
Une neutropénie réversible, une élévation des enzymes hépatiques et des triglycérides ainsi qu’une thrombocytopénie ont également été observées.

Propriétés/Effets

Code ATC: L03AB03
Les interférons (IFN) constituent une famille de protéines apparentées sur le plan fonctionnel et synthétisées par les cellules eucaryotes en réponse aux infections virales et à une grande variété de stimuli naturels ou artificiels.
Tout comme l’IFN-α et l’IFN-β, l’IFN-γ a des propriétés antiprolifératives, antivirales et immunomodulatrices. D’un type d’interféron à l’autre, ces trois propriétés varient en fonction de la spécificité, du spectre d’action et de l’intensité.
On suppose que l’IFN-γ augmente la cytotoxicité des macrophages en stimulant la production de radicaux libres capables d’intervenir dans la destruction des micro-organismes intracellulaires. L’IFN-γ augmente également l’expression des antigènes de membrane HLA-DR sur les macrophages, ainsi que l’expression des récepteurs Fc, ce qui a pour conséquence de stimuler la cytotoxicité à médiation cellulaire induite par les anticorps.
Efficacité clinique
Dans un essai clinique contrôlé contre placebo, conduit chez des patients atteints de granulomatose chronique, le traitement par Imukin a permis de réduire sur 12 mois la fréquence des infections sévères. La grande majorité de ces patients recevait concomitamment un traitement prophylactique par un antibiotique d’action intracellulaire.
Les données de sécurité et d’efficacité d’Imukin chez 37 enfants âgés de moins de 3 ans et atteints de granulomatose septique chronique ont été regroupées à partir d’études postérieures à la mise sur le marché.
Le taux des infections graves par patient-année dans ce groupe non contrôlé a été similaire au taux observé dans les groupes traités par Imukin au cours des essais contrôlés.
Chez 6 des 10 enfants âgés de moins d’un an, des augmentations des taux d’ASAT et d’ALAT, de 2 à 25 fois les valeurs normales, ont été observées.
Ces augmentations sont survenues dès 7 jours de traitement. Le traitement avec Imukin a été interrompu chez les 6 patients et a été réintroduit chez 4 patients avec une dose plus faible, après quoi, les taux des transaminases se sont normalisés.

Pharmacocinétique

Absorption
Après administration sous-cutanée d’une dose unique de 0,05 mg/m² d’Imukin, la valeur moyenne de la concentration plasmatique maximale (Cmax) après 8 heures (CV = 23,99%) a été de 631 ng/mL (CV = 33,82%); l’aire moyenne sous la courbe (ASC0-∞) a été de 8,3 ng*h/mL.
La proportion apparente de médicament absorbé a été supérieure à 89%.
Une proportionnalité en fonction de la dose après administration s.c. a été montrée pour des doses de 0,1 mg/m² à 0,5 mg/m².
Distribution
Le volume de distribution à l’équilibre après une administration s.c. varie de 10,9 à 46,69 l.
Une administration quotidienne de 0,1 mg/m2 d’Imukin à des sujets masculins sains pendant 12 jours consécutifs n’a pas conduit à une accumulation.
Dans la gamme de doses de 0,1-0,5 mg/m², la valeur moyenne du MRT (mean residence time) après administration s.c. a été de 10,95 h (écart-type ± 2,40 h).
Métabolisme
Le métabolisme des interférons gamma correspond à celui des protéines naturelles.
Elimination
L’élimination de l’IFN-γ se fait par le foie et les reins. La part de la filtration glomérulaire n’étant que de 20% dans la clairance totale, le rôle principal dans la biotransformation et l’élimination de l’IFN-γ revient au foie.
La demi-vie d’élimination est en moyenne de 5,9 h après administration sous-cutanée de 100 µg/m2.
Après l’administration sous-cutanée de 0,1 mg/m² d’Imukin, l’IFN-γ n’a pas été détecté dans les urines de sujets sains de sexe masculin.
Cinétique pour certains groupes de patients
La pharmacocinétique d’Imukin n’a pas encore été étudiée chez l’enfant ni chez l’insuffisant hépatique ou rénal.
On usera de prudence en administrant Imukin à des patients présentant une affection hépatique sévère ou une atteinte rénale sévère, en raison des risques d’accumulation que peuvent présenter des doses répétées d’IFN-γ en présence de telles insuffisances.

Données précliniques

Aucun signe de potentiel tératogène n’a été observé dans les études de segment II menées chez le rat ou le lapin. Aucun signe de toxicité maternelle, de fœtotoxicité ou d'embryotoxicité n’a été mis en évidence dans une étude de segment III chez le rat. La seule étude de segment I menée chez le rat a montré qu’Imukin n’a pas d’effets secondaires sur la fertilité et la reproduction générale.
Une élévation de l'incidence des avortements a été mise en évidence chez des femelles primates en gestation qui avaient reçu le médicament à doses 100 fois supérieures à celles recommandées chez l'homme. Des cycles menstruels irréguliers réversibles ont été observés chez les primates recevant 0,03 mg/kg/jour ou plus, durant 2 cycles menstruels consécutifs, alors que des doses de 0,003 mg/kg/jour étaient dénuées de tout effet secondaire sur les organes de reproduction.
Des études de carcinogénicité n’ont pas été réalisées, la formation d’anticorps chez l’animal contre la protéine humaine excluant toute évaluation dans ce type d’expérience.

Remarques particulières

Incompatibilités
Imukin ne doit pas être mélangé à d’autres médicaments dans la même seringue.
Stabilité et remarques concernant le stockage
La préparation ne contient pas d’agent conservateur. Après ouverture du flacon-ampoule, la solution doit être utilisée sans délai. Le reste non utilisé de la solution doit être éliminé.
Les flacons-ampoules d’Imukin sont à conserver au réfrigérateur (à 2-8 °C).
Ils ne doivent en aucun cas être congelés.
Le médicament ne doit être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.
Remarques concernant la manipulation
Comme pour tout médicament parentéral, on procédera avant l’emploi à une inspection visuelle de la solution injectable d’Imukin à la recherche de particules en suspension ou d’une coloration insolite.
Éviter toute agitation brusque du flacon-ampoule d’Imukin.

Numéro d’autorisation

51947 (Swissmedic).

Présentation

Flacons-ampoules de 0,5 ml (100 µg): 6 [A]

Titulaire de l’autorisation

iQone Healthcare Export Sàrl, 1290 Versoix

Mise à jour de l’information

Juillet 2013.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home