ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Lipanthyl® 200M/267M:Mylan Pharma GmbH
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Lipanthyl 200M gélules
Principe actif: Fenofibratum (DCI) 200 mg.
Excipients: lactose monohydraté, Excipiens pro capsula.
Lipanthyl 267M gélules
Principe actif: Fenofibratum (DCI) 267 mg.
Excipients: lactose monohydraté, Excipiens pro capsula.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Lipanthyl 200M gélules
Une gélule contient comme principe actif 200 mg de fénofibrate (micronisé).
Lipanthyl 267M gélules
Une gélule contient comme principe actif 267 mg de fénofibrate (micronisé).

Indications/Possibilités d’emploi

Lipanthyl 200M
Adultes
Le Lipanthyl 200M est indiqué en complément d'un régime alimentaire adapté et d'autres mesures non pharmacologiques (tels que exercice, perte de poids) dans les cas suivants:
Traitement d'une hypertriglycéridémie sévère associée ou non à un faible taux de HDL-cholestérol;
Hyperlipidémie mixte lorsqu'une statine est contre-indiquée ou non tolérée;
Hyperlipidémie mixte chez les patients à risque cardiovasculaire élevé, en association à une statine lorsque les taux de triglycérides et de cholestérol-HDL ne sont pas contrôlés de façon adéquate.
Lipanthyl 267M
Adultes
Le Lipanthyl 267M est indiqué en complément d'un régime alimentaire adapté et d'autres mesures non pharmacologiques (tels que exercice, perte de poids) dans les cas suivants:
Traitement d'une hypertriglycéridémie sévère associée ou non à un faible taux de HDL-cholestérol;
Hyperlipidémie mixte lorsqu'une statine est contre-indiquée ou non tolérée.
Enfants
Voir «Posologie/Mode d'emploi».

Posologie/Mode d’emploi

Les effets du médicament doivent être vérifiés régulièrement par des dosages des lipides sériques. Si une réduction satisfaisante n'est pas atteinte au bout de quelques mois, il faut envisager des mesures complémentaires ou des alternatives thérapeutiques.
Les gélules de Lipanthyl 200M et Lipanthyl 267M doivent être prises pendant un repas principal.
Adultes
La dose quotidienne recommandée est de 1 gélule de Lipanthyl 200M micronisé.
Si le taux de cholestérol, après régime, est supérieur à 4 g/l, la dose peut être augmentée à 1 gélule de Lipanthyl 267M par jour.
Recommandation posologique lors de limitation de la fonction rénale
Lors d'une légère diminution de la fonction rénale (clairance de la créatinine 60-90 ml/min), une adaptation posologique n'est pas nécessaire.
L'utilisation de Lipanthyl 200M et Lipanthyl 267M gélules est déconseillée en cas d'insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine 30-59 ml/min).
L'emploi est contre-indiqué lors d'une clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min.
Recommandation posologique lors de limitation de la fonction hépatique
Lipanthyl est contre-indiqué lors d'insuffisance hépatique.
Recommandation posologique chez les personnes âgées
La dose usuelle pour adultes est recommandée chez les patients âgés dont la fonction rénale est intacte.
Enfants et adolescents
L'efficacité et la sécurité du fénofibrate ne sont pas suffisamment étudiées chez les enfants; les données pédiatriques disponibles sont limitées.
Par conséquent, l'utilisation du fénofibrate n'est pas recommandée chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

Contre-indications

·Hypersensibilité à l'un des constituants,
·Insuffisance rénale (clairance de la créatinine <30 ml/min),
·Insuffisance hépatique (y compris cirrhose biliaire et troubles persistants et inexpliqués de la fonction hépatique),
·Affections connues de la vésicule biliaire,
·Photoallergie ou réaction phototoxique connues pendant un traitement par des fibrates ou du kétoprofène,
·Pancréatite chronique ou aiguë, à l'exception d'une pancréatite aiguë due à une hypertriglycéridémie sévère (voir «Effets indésirables»),

Mises en garde et précautions

Causes secondaires d'hyperlipidémie
Les causes secondaires d'une hyperlipidémie – par exemple diabète de type II mal équilibré, hypothyroïdie, syndrome néphrotique, dysprotéinémies, maladies hépatiques obstructives, traitements pharmacologiques ou alcoolisme – doivent être exclues ou traitées. Chez les patients hyperlipidémiques prenant des préparations d'œstrogène ou des contraceptifs contenant un œstrogène, il faut déterminer si l'hyperlipidémie est de nature primaire ou secondaire, les œstrogènes administrés par voie orale pouvant provoquer une augmentation des taux lipidiques.
Foie
Comme avec d'autres médicaments hypolipémiants, on a observé une augmentation des taux de transaminases dans des cas individuels. Dans la plupart des cas, ces augmentations étaient passagères, de faible importance et asymptomatiques. Il est recommandé de contrôler les taux de transaminases tous les 3 mois durant les 12 premiers mois de traitement, et ensuite périodiquement. Porter une attention particulière aux patients qui présentent des taux de transaminases élevés et interrompre le traitement si les valeurs des AST (SGOT) et ALT (SGPT) atteignent plus de trois fois la valeur supérieure de la norme ou 100 UI.
L'administration de fénofibrate doit être arrêtée en présence de symptômes typiques d'une hépatite (par exemple jaunisse, prurit) confirmés par des analyses de laboratoire.
Renoncer à la prescription simultanée de fénofibrate et de substances hépatotoxiques, comme par exemple le maléate de perhexiline et un inhibiteur de la MAO.
Muscles
Une myotoxicité a été rapportée, y compris de rares cas de rhabdomyolyse avec ou sans insuffisance rénale aiguë, en rapport avec l'administration de fibrates et d'autres agents hypolipémiants.
L'incidence de ce trouble augmente encore en cas d'hypoalbuminémie et d'insuffisance rénale. Les signes de toxicité musculaire regroupent des myalgies diffuses, une myosite, des crampes et faiblesses musculaires et/ou une augmentation nette de la CPK (à un taux 5 fois supérieur aux valeurs normales). Dans ce cas, le traitement par fénofibrate doit être arrêté.
Le risque de myotoxicité peut être accru lorsque le médicament est utilisé en association avec d'autres fibrates ou avec des statines, surtout chez les patients présentant une maladie musculaire préexistante. L'utilisation de fénofibrate en association avec une statine ou avec un autre fibrate doit donc rester réservée aux patients présentant une dyslipidémie mixte sévère et un risque cardio-vasculaire élevé en l'absence d'une maladie musculaire préexistante. Elle exige un contrôle étroit pour détecter une éventuelle myotoxicité.
Pancréas
Le fénofibrate, comme le clofibrate et le gemfibrozil, peut augmenter l'excrétion de cholestérol dans la bile et entraîner une cholélithiase. En cas de suspicion de cholélithiase, une exploration de la vésicule biliaire doit être réalisée. Le traitement par Lipanthyl doit être interrompu si des calculs biliaires sont mis en évidence.
Des cas de pancréatite ont été rapportés chez des patients traités par fénofibrate, gemfibrozil ou clofibrate. Les causes possibles de ces cas peuvent être une absence d'effet thérapeutique chez des patients présentant une hypertriglycéridémie sévère, un effet direct de Lipanthyl ou un effet secondaire provoqué par la formation de calculs biliaires ou de sédiments due à une gêne à l'excrétion.
Fonction rénale
Le traitement doit être interrompu en cas d'augmentation de la créatinine supérieure à 50% de la limite supérieure normale. Il est recommandé de contrôler le taux de créatinine durant les trois premiers mois du traitement et ensuite périodiquement (posologie recommandée, voir «Posologie/Mode d'emploi»).
Des élévations réversibles de la créatinine sérique ont été observées chez des patients sous fénofibrate en monothérapie ou en association avec une statine. Les élévations de la créatinine sérique se sont généralement révélées stables dans le temps; un traitement prolongé ne semble pas avoir entraîné d'augmentations supplémentaires de la créatinine sérique. Une tendance au retour aux niveaux initiaux de créatinine sérique a été constatée après l'arrêt du traitement.
Au cours des essais cliniques, 10% des patients traités par l'association de fénofibrate et de simvastatine présentaient une augmentation de la créatinine supérieure à 30 µmol/l par rapport au taux initial, contre 4,4% pour les patients traités par la statine seule. 0,3% des patients recevant la bithérapie présentaient une augmentation de la créatinine cliniquement significative, atteignant des valeurs >200 µmol/l.
Excipients
Parce que le médicament contient du lactose, il ne doit pas être administré en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose-galactose ou de déficit en lactase.

Interactions

Anticoagulants oraux: augmentation de l'effet des anticoagulants oraux et du risque hémorragique (déplacement de leur liaison aux protéines plasmatiques). Pendant un traitement par le fénofibrate, ainsi que durant la première semaine après l'arrêt, des contrôles plus fréquents du taux de prothrombine et une adaptation de la dose d'anticoagulant sont nécessaires. Il est recommandé de réduire la dose d'anticoagulant au début du traitement, et si nécessaire, d'adapter continuellement la dose selon les résultats des mesures du taux de prothrombine (à l'aide de l'INR- International Normalized Ratio).
Ciclosporine: quelques cas graves réversibles d'insuffisance rénale ont été notifiés pendant un traitement simultané par fénofibrate et ciclosporine. C'est pourquoi la fonction rénale de ces patients doit être contrôlée étroitement et le traitement par fénofibrate doit être interrompu si les paramètres de laboratoire varient fortement.
Substances hépatotoxiques et inhibiteurs de la MAO: en cas d'augmentation des transaminases, voir «Mises en garde et précautions».
Statines ou autres fibrates: le risque de myotoxicité sévère est accru lors de l'utilisation d'un fibrate en association avec une statine ou avec un autre fibrate. Une telle association doit être utilisée avec précaution et les patients doivent être surveillés étroitement afin de détecter tout signe de myotoxicité (voir «Mises en garde et précautions»).
Hypoglycémiants oraux:
Sulfonylurées: les effets des hypoglycémiants oraux du groupe des sulfonylurées peuvent être renforcés par le fénofibrate.
Glitazones: certains cas de réduction paradoxe des taux de HDL-cholestérol ont été signalés dans le cadre d'une administration concomitante de fénofibrate et de glitazone. Il est donc recommandé de surveiller les taux de HDL-cholestérol lorsqu'un de ces deux médicaments est prescrit à un patient prenant déjà l'autre. Si les valeurs obtenues sont trop faibles, il faut arrêter l'un des deux traitements.
Enzymes du cytochrome P450: des études in vitro sur les microsomes de foie humain montrent que le fénofibrate et l'acide fénofibrique ne sont pas des inhibiteurs des isoformes CYP3A4, CYP2D6, CYP2E1 ou CYP1A2 du cytochrome (CYP) P450. A des concentrations thérapeutiques, ils sont en revanche de faibles inhibiteurs du CYP2C19 et du CYP2A6 et des inhibiteurs modérés du CYP2C9.
Les patients recevant simultanément du fénofibrate et des médicaments métabolisés par le CYP2C19, le CYP2A6 et en particulier par le CYP2C9 et ayant une marge thérapeutique étroite devraient faire l'objet d'une surveillance stricte et, si nécessaire, d'un ajustement des doses de ces médicaments.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
Des études menées chez l'animal ne donnent aucun indice en faveur d'un effet tératogène et des effets embryotoxiques n'ont été observés qu'à des doses toxiques pour les mères.
Aucune étude contrôlée chez l'être humain n'est disponible, et c'est pourquoi la prudence est de mise en cas d'emploi du produit pendant la grossesse.
Allaitement
On ne dispose pas de données sur le passage du fénofibrate et/ou de ses métabolites dans le lait maternel. Un risque pour le nouveau-né/le nourrisson ne peut être exclu. Il est donc déconseillé de prescrire le médicament pendant la période d'allaitement.
Fertilité
Des effets réversibles sur la fertilité ont été observés chez l'animal (voir «Données précliniques»). Jusqu'à présent, il n'existe pas de données cliniques sur la fertilité dans le cadre d'une utilisation de Lipanthyl M.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

L'effet sur l'aptitude à la conduite et l'utilisation de machines n'a pas fait l'objet d'études. Par conséquent et en raison également d'éventuels effets indésirables, la prudence est recommandée.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés pendant un traitement par le fénofibrate sont des troubles digestifs ou gastro-intestinaux. Les effets indésirables suivants ont été observés au cours d'études cliniques contrôlées contre placebo (n=2344) aux fréquences indiquées ci-après.
Indication des fréquences:
Très fréquents (≥1/10), fréquents (<1/10, ≥1/100), occasionnels (<1/100, ≥1/1000), rares (<1/1000, ≥1/10'000), très rares (<1/10'000).
Affections hématologiques et du système lymphatique
Rare: diminution de l'hémoglobine et des leucocytes.
Affections du système immunitaire
Rare: hypersensibilité.
Affections du système nerveux
Occasionnel: céphalées.
Affections vasculaires
Occasionnel: thromboembolie veineuse (embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde)*.
Affections gastro-intestinales
Fréquent: troubles digestifs gastriques ou intestinaux (douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhée et flatulence).
Occasionnel: pancréatite*.
Affections hépatobiliaires
Fréquent: hausse modérée des transaminases sériques (voir également «Mises en garde et précautions»).
Occasionnel: cholélithiase.
Rare: hépatite (voir «Mises en garde et précautions»). Des examens de laboratoire doivent être effectués lorsque les symptômes typiques d'une hépatite se manifestent (par ex. jaunisse, prurit) afin de confirmer le diagnostic, et si indiqué, d'interrompre le fénofibrate.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Occasionnel: réactions d'hypersensibilité de la peau (par exemple éruptions, prurit, urticaire).
Rare: alopécie, photosensibilité.
Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif
Occasionnel: troubles de la fonction musculaire, par exemple myalgie, myosite, crampes et faiblesse musculaires.
Affections des organes de reproduction et du sein
Occasionnel: dysfonctionnements sexuels.
Investigations
Fréquent: taux d'homocystéine accrus dans le sang**.
Occasionnel: augmentation de la créatininémie.
Rare: augmentation de l'urémie.
* Dans l'étude FIELD, une étude clinique randomisée, contrôlée contre placebo, réalisée auprès de 9795 patients souffrant d'un diabète de type 2, on a pu observer une augmentation statistiquement significative des cas de pancréatite chez des patients recevant le fénofibrate par rapport à ceux recevant le placebo (0,8% versus 0,5%; p = 0,031). Dans cette même étude, une augmentation statistiquement significative de l'incidence d'embolies pulmonaires (0,7% dans le groupe placebo contre 1,1% dans le groupe fénofibrate; p = 0,022) a été rapportée, ainsi qu'une augmentation statistiquement non significative des thromboses veineuses profondes des jambes [placebo: 1,0% (48/4900 patients) versus fénofibrate 1,4% (67/4895 patients]; p = 0,074).
** Dans l'étude FIELD, l'augmentation moyenne du taux sanguin d'homocystéine chez les patients sous fénofibrate était de 6,5 µmol/l. Cette augmentation a été réversible après l'arrêt du traitement par le fénofibrate. Le risque accru de thrombose veineuse pourrait être lié à l'augmentation du taux d'homocystéine. La pertinence clinique de ces effets est incertaine.
En dehors des effets secondaires observés au cours des études cliniques, les effets secondaires suivants constatés dans la pratique quotidienne ont été rapportés de manière spontanée. Les données disponibles ne permettant pas de déterminer leur fréquence, celle-ci est dite «non connue».
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Pneumopathie interstitielle.
Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif
Rhabdomyolyse.
Affections hépatobiliaires
Ictère, complications d'une cholélithiase (p.ex. cholécystite, angiocholite, colique biliaire).
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Réactions cutanées sévères telles que p.ex. érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique.
Affections du système nerveux
Fatigue.

Surdosage

Seuls ont été rapportés des cas isolés de surdosage par fénofibrate. Dans la plupart des cas, il n'a pas été fait état de symptômes de surdosage. Aucun antidote spécifique n'est connu. En cas de suspicion de surdosage, le traitement sera symptomatique et des mesures thérapeutiques de soutien appropriées seront mises en oeuvre. Le fénofibrate n'est pas éliminé par hémodialyse.

Propriétés/Effets

Code ATC: C10AB05
Mécanisme d'action et pharmacodynamie
Le fénofibrate est un dérivé de l'acide fibrique dont les effets sur les lipides chez l'être humain ont été expliqués par l'activation du récepteur de type α du proliférateur activé du péroxisome (PPARα).
Par l'activation du PPARα, le fénofibrate augmente la lipolyse et l'élimination par la lipoprotéine lipase active des particules athérogènes riches en triglycérides et par la réduction de la production d'apoprotéine CIII.
L'activation du PPARα indique également une augmentation de la synthèse des apoprotéines AI et AII.
L'activité du fénofibrate décrite sur les lipoprotéines entraîne une réduction des fractions de très faible densité et de faible densité (VLDL et LDL), qui contiennent de l'apoprotéine B ainsi qu'une augmentation de la fraction de haute densité (HDL), qui contient les apoprotéines AI et AII.
De plus, le fénofibrate augmente la clairance des LDL et réduit les small dense LDL (sd-LDL) en influençant la synthèse et le catabolisme de la fraction VLDL. Les sd-LDL sont souvent élevées chez les patients présentant des risques de maladies coronariennes (profil lipidique athérogène).
Chez les patients atteints d'hypercholestérolémie dont le LDL-cholestérol a été abaissé de 20 à 35%, l'effet global sur les taux de cholestérol se traduit par une baisse des rapports entre le cholestérol total et le HDL-cholestérol, entre le LDL-cholestérol et le HDL-cholestérol ou entre l'Apo B et l'Apo AI. Ces paramètres sont tous les marqueurs d'un risque athérogène.
Chez les patients qui présentent des taux élevés de fibrinogène et de lipoprotéine A ou Lp(a), une baisse significative de ces valeurs a été observée dans le cadre d'études cliniques réalisées avec le fénofibrate.
D'autres marqueurs de l'inflammation comme la protéine C réactive ont été abaissés par le fénofibrate.
Efficacité clinique
Le fénofibrate peut abaisser le taux de cholestérol de 20 à 25% environ et le taux de triglycérides de 40 à 45% environ et augmenter la valeur du HDL-cholestérol de 10 à 30% environ.
Il a pu être prouvé qu'un traitement par des fibrates réduisait la fréquence de survenue d'événements en rapport avec la maladie coronarienne. Il n'existe toutefois pas d'indication d'un effet positif sur la mortalité globale dans la prévention primaire ou secondaire d'affections cardio-vasculaires.
L'étude sur les lipides intitulée Action to Control Cardiovascular Risk in Diabetes - Action pour contrôler le risque cardiovasculaire chez les patients diabétiques (ACCORD) était une étude randomisée contre placebo menée chez 5518 patients diabétiques de type 2 et traités par fénofibrate en association avec la simvastatine. Il n'a pas été observé pour le critère principal combiné incluant les infarctus du myocarde non fatals, les accidents vasculaires cérébraux non fatals et les décès d'origine cardiaque, de diférence significative entre l'association fénofibrate plus simvastatine par rapport à un traitement par simvastatine en monothérapie (rapport de risque [RR] 0,92, IC à 95% 0,79-1,08, p = 0,32; réduction du risque absolu: 0,74%). Dans le sous-groupe prédefinie de patients dyslipidémiques, définis comme ceux situés dans le tertile le plus faible pour le HDL-C (≤34 mg/dl ou 0,88 mmol/l) et le tertile le plus élevé pour les TG (≥204 mg/dl ou 2,3 mmol/l) au début de l'étude, l'association fénofibrate plus simvastatine a induit pour le critère principal combiné, une réduction relative de 31% par rapport à la simvastatine en monothérapie (rapport de risque [RR] 0,69, IC à 95% 0,49-0,97, p = 0,03; réduction du risque absolu: 4,95%). Une autre analyse de sous-groupe prédéfine a identifié une interaction entre le traitement et le sexe statistiquement significative (p = 0,01), indiquant un bénéfice thérapeutique possible de l'association chez l'homme (p = 0,037) mais un risque potentiellement plus élevé d'évènements du critère principal chez les femmes traitées par l'association, par rapport à un traitement par la simvastatine seule (p= 0,069). Cela n'a pas été observé dans le sous-groupe de patients atteints de dyslipidémie mentionné précédemment, mais il n'a pas été mis non plus en évidence de preuves évidentes d'un bénéfice chez les femmes dyslipidémiques traitées par l'association fénofibrate plus simvastatine; en outre, il n'a pas été possible d'exclure un effet délétère possible dans ce sous-groupe.
Sous un traitement par le fénofibrate, les xanthomes tendineux et tubéreux, les dépôts lipoïdes ainsi que les dépôts de cholestérol extravasculaires peuvent en grande partie diminuer, voire disparaître complètement.
L'effet uricosurique du fénofibrate entraîne une diminution du taux sanguin d'acide urique de 25% en moyenne. Ceci entraîne un bénéfice supplémentaire chez les patients présentant une hyperlipidémie associée à une hyperuricémie.
Dans une étude clinique réalisée chez l'être humain, le fénofibrate a présenté un effet inhibiteur sur l'agrégation plaquettaire (inhibition de l'agrégation induite par l'ADP, l'acide arachidonique et l'adrénaline).
Les données pédiatriques disponibles sur le fénofibrate 100 mg (dose non disponible en Suisse) sont limitées. Les effets du fénofibrate ont été étudiés chez des enfants dyslipidémiques dans le cadre de deux petites études cliniques et à l'aide d'un registre ouvert de surveillance à long terme, avec les données de 76 enfants hypercholestérolémiques âgés de 3 à 18 ans qui ont reçu du fénofibrate pour des durées de 1 à 11 ans. Le nombre limité des données et les faiblesses méthodologiques interdisent toutefois de formuler des affirmations définitives au sujet de l'utilité du fénofibrate chez les enfants dyslipidémiques.
Les effets indésirables suivants, similaires à ceux observés chez les adultes, ont été rapportés chez les enfants: leucopénie, résultats anormaux aux tests fonctionnels hépatiques, insuffisance rénale aiguë, hépatite, myosite et rhabdomyolyse. D'une façon générale, l'innocuité et l'efficacité des fénofibrates ne sont pas encore établies chez l'enfant et l'adolescent (cf. «Posologie/Mode d'emploi»).

Pharmacocinétique

Absorption
La concentration plasmatique maximale Cmax est atteinte en moyenne 4 à 5 heures après une administration orale du médicament. Les concentrations plasmatiques atteintes restent constantes dans le cadre d'une administration poursuivie avec une dose identique.
L'ingestion simultanée de nourriture accroît l'absorption du fénofibrate.
Distribution
L'acide fénofibrique se lie fortement à l'albumine plasmatique (à plus de 99%).
Métabolisme et élimination
Après une administration orale, le fénofibrate est rapidement hydrolysé par des estérases en son métabolite actif, l'acide fénofibrique. On ne retrouve pas de fénofibrate inchangé dans le plasma.
Le fénofibrate n'est pas un substrat du CYP 3A4 et n'est pas métabolisé au niveau des microsomes hépatiques.
La demi-vie plasmatique de l'acide fénofibrique est d'environ 20 heures. L'élimination est faite essentiellement par voie rénale. Elle est pratiquement complète au bout de 6 jours. Le fénofibrate est éliminé surtout sous forme d'acide fénofibrique et de son dérivé glucuroconjugué. Des études cinétiques avec administration d'une dose unique et administration prolongée n'ont constaté aucune accumulation du médicament.
L'acide fénofibrique n'est pas éliminé au cours de l'hémodialyse.
Cinétique pour certains groupes de patients
Troubles de la fonction rénale
La demi-vie terminale de l'acide fénofibrique est prolongée chez les patients insuffisants rénaux.
L'acide fénofibrique n'est pas hémodialysable.
Chez des patients régulièrement soumis à une hémodialyse, l'administration de 100 mg d'acide fénofibrique par jour pendant 2 semaines a conduit à des concentrations plasmatiques accrues et à une accumulation progressive d'acide fénofibrique.
Troubles hépatiques
Aucune étude pharmacocinétique n'a été réalisée chez les patients présentant une insuffisance hépatique.
Cinétique chez les patients âgés
La cinétique des sujets âgés par rapport à celle de patients plus jeunes indique une demi-vie plasmatique plus longue et une augmentation de la Cmax. À cause de la clairance inchangée, un ajustement posologique n'est toutefois pas nécessaire.

Données précliniques

Des études de toxicité aiguë n'ont pas apporté d'informations majeures sur la toxicité spécifique du fénofibrate.
Dans le cadre d'une étude non clinique de 3 mois au cours de laquelle des rats ont reçu de l'acide fénofibrique par voie orale (le métabolite actif du fénofibrate), des signes de toxicité au niveau des muscles squelettiques (en particulier pour les myofibres oxydatives de type I à contraction lente) et de dégénérescence cardiaque, ou encore d'anémie et de perte de poids, ont été observés à des niveaux d'exposition correspondant au moins à ≥50 fois l'exposition humaine pour la toxicité squelettique et à >15 fois pour la cardiomyotoxicité.
Des cas d'ulcères réversibles et d'érosion des voies gastro-intestinales ont été observés chez des chiens traités pendant 3 mois à une exposition environ 7 fois supérieure à celle de l'exposition thérapeutique (ASC) chez l'homme.
Lors d'études sur la toxicité chronique du fénofibrate chez le rat, le chien et le singe Rhésus, une augmentation des taux sériques des enzymes hépatiques a été notée ainsi qu'une augmentation du poids des organes. Les tests de mutagénicité du fénofibrate réalisés in vitro et in vivo ont été négatifs. Chez le rat et la souris et à hautes doses, des tumeurs hépatiques ont été observées et attribuées à la prolifération des péroxisomes. Ces modifications sont spécifiques des rongeurs et n'ont pas été observées chez d'autres espèces animales. Ces résultats n'ont aucune pertinence pour l'utilisation thérapeutique chez l'être humain.
Des études chez la souris, le rat et le lapin n'ont mis en évidence aucun effet tératogène. Des effets embryotoxiques ont été observés à des doses dans l'intervalle de toxicité maternelle. Une prolongation de la période de gestation et une survenue de difficultés durant la mise bas ont été observées à des doses élevées.
Aucun effet sur la fertilité n'a été observé dans les études non cliniques de toxicité reproductive concernant le fénofibrate. Néanmoins, des cas d'hypospermie réversible, de vacuolisation testiculaire et d'immaturité ovarienne ont été observés dans une étude de toxicité suite à l'administration d'acide fénofibrique à doses répétées chez le chiot.

Remarques particulières

Incompatibilités
Non applicable.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.
Remarques concernant le stockage
Conserver Lipanthyl 200M ou 267M dans l'emballage d'origine et à température ambiante (15–25 °C).
Tenir hors de la portée des enfants.

Numéro d’autorisation

52620 (Swissmedic).

Présentation

Lipanthyl 200M gélules:
Gélules sous plaquettes thermoformées (blister PVC-aluminium).
Emballages de 30 et 100 gélules. (B)
Lipanthyl 267M gélules:
Gélules sous plaquettes thermoformées (blister PVC-aluminium).
Emballages de 30 et 90 gélules. (B)

Titulaire de l’autorisation

Mylan Pharma GmbH, 6312 Steinhausen

Mise à jour de l’information

Janvier 2017.

2019 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home