ch.oddb.org
 
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Haemoctin®:Biotest (Schweiz) AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: 250, 500 respectivement 1000 UI de facteur VIII de coagulation humain.
Excipients
Poudre: glycine, chlorure de sodium, citrate de sodium, chlorure de calcium.
Solvant: eau pour préparations injectables.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Poudre et solvant pour la préparation d'une solution injectable.
Après reconstitution dans 5 ml respectivement 10 ml d'eau pour préparations injectables, Haemoctin 250 ou Haemoctin 500 contient 50 UI/ml de facteur VIII de coagulation humain. Après reconstitution dans 10 ml d'eau pour préparations injectables, Haemoctin 1000 contient 100 UI/ml de facteur VIII de coagulation humain.
L'activité (UI) du facteur VIII est déterminée à l'aide d'un test de coagulation chromogène, selon la pharmacopée européenne. L'activité spécifique d'Haemoctin est d'environ 100 UI/mg de protéine.

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement et prévention des épisodes hémorragiques chez les patients atteints d'hémophilie A (déficit congénital en facteur VIII, déficit acquis en facteur VIII, hémophilie A associée à l'apparition d'inhibiteurs du facteur VIII).
Ce produit ne contient pas de facteur de von Willebrand en quantité pharmacologiquement active. Par conséquent, il n'est pas indiqué dans le traitement de la maladie de von Willebrand.

Posologie/Mode d’emploi

Le traitement doit être instauré sous la responsabilité d'un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'hémophilie A.
Instructions générales de dosage
La dose et la durée du traitement substitutif dépendent de la sévérité du déficit en facteur VIII, de la localisation et de l'intensité de l'hémorragie ainsi que de l'état clinique du patient.
La dose de facteur VIII administrée est exprimée en Unités Internationales (UI), ramenées au standard actuel de l'OMS pour les concentrés de facteur VIII. L'activité du facteur VIII dans le plasma est exprimée soit en pourcentage (par rapport au plasma humain), soit en unités internationales (par rapport au Standard International du facteur VIII plasmatique).
Une unité internationale (UI) d'activité de facteur VIII est équivalente à la quantité de facteur VIII contenue dans un ml de plasma humain normal. Le calcul de la dose nécessaire de facteur VIII est basé sur l'observation empirique selon laquelle 1 unité internationale (UI) de facteur VIII par kg de poids corporel augmente l'activité plasmatique en facteur VIII de 1–2%, par rapport à la valeur normale.
La dose nécessaire est déterminée à l'aide de la formule suivante:
Nombre d'unités (UI) nécessaires = poids corporel (kg) × augmentation souhaitée du taux de facteur VIII (%) × 0,5.
Dans chaque cas on orientera la posologie et la fréquence d'administration en fonction de l'efficacité clinique.
En cas de survenue de l'un des événements hémorragiques suivants, l'activité de facteur VIII ne doit pas chuter en dessous du taux d'activité plasmatique indiqué (en % de la normale) pendant la durée mentionnée. Le tableau ci-dessous présente les valeurs indicatives pour les posologies lors d'épisodes hémorragiques et d'interventions chirurgicales:

Intensité de l'hémorragie/type d'intervention chirurgicale

Taux plasmatique de facteur VIII requis (%)

Fréquence d'administration (heures)/
durée du traitement (jours)

Hémorragies

Stade précoce d'hémarthroses, saignements musculaires ou de la cavité buccale

20-40

Injection toutes les 12 à 24 heures; au moins 1 jour, jusqu'à la fin de l'épisode hémorragique (indiquée par la disparition des douleurs) ou jusqu'à la cicatrisation.

Hémarthroses plus étendues, saignements musculaires ou hématomes

30-60

Répéter les injections toutes les 12 à 24 heures pendant 3 à 4 jours ou plus longtemps jusqu'à la disparition de la douleur et de l'invalidité.

Hémorragies potentiellement mortelles

60-100

Répéter les injections toutes les 8 à 24 heures jusqu'à ce que le danger soit écarté pour le patient.

Interventions chirurgicales

Interventions mineures
y comp. extractions dentaires

30-60

Injection toutes les 24 heures; au moins 1 jour jusqu'à la cicatrisation.

Interventions majeures

80-100
(pré- et postopératoire)

Répéter les injections toutes les 8 à 24 heures jusqu'à une cicatrisation suffisante; puis poursuivre le traitement pendant au moins 7 jours pour maintenir un taux de facteur VIII de 30% à 60%.

Au cours du traitement, il est conseillé d'effectuer une détermination appropriée des taux plasmatiques de facteur VIII afin d'évaluer la dose à administrer ainsi que la fréquence à laquelle il faut répéter les injections. En cas d'intervention chirurgicale majeure tout particulièrement, un contrôle précis du traitement substitutif par une analyse du bilan de coagulation (activité du facteur VIII) est indispensable. La réponse des patients au facteur VIII peut varier, entraînant différents taux de récupération in vivo et différentes demi-vies.
Pour le traitement prophylactique de longue durée des hémorragies chez les patients hémophiles A sévères, les posologies habituelles sont de 20 à 40 UI de facteur VIII par kg de poids corporel à intervalles de 2 à 3 jours. Dans certains cas, en particulier chez le sujet jeune, des intervalles plus rapprochés ou des doses plus élevées peuvent être nécessaires.
L'apparition d'inhibiteurs contre le facteur VIII doit être étroitement surveillée. Pour déceler la présence de tels inhibiteurs, un test doit être effectué si le taux d'activité de facteur VIII plasmatique souhaité n'est pas atteint, ou si les hémorragies ne sont pas maîtrisées après l'administration d'une dose appropriée. Chez les patients présentant des valeurs élevées en inhibiteurs, le traitement par facteur VIII n'est probablement pas efficace et il faut envisager d'autres options thérapeutiques.
La prise en charge de tels patients doit être effectuée par des spécialistes expérimentés dans le traitement de l'hémophilie. Voir également «Mises en garde et précautions».
Enfants et adolescents
Les expériences relatives au traitement des enfants âgés de moins de 6 ans sont insuffisantes.
Patients non prétraités
Aucune donnée n'est disponible.
Mode d'administration
La mise en solution de la préparation se fait tel que décrit sous «Remarques particulières, Remarques concernant la manipulation». La préparation doit être administrée par voie intraveineuse. Il est recommandé de ne pas dépasser un débit de perfusion de 2–3 ml d'Haemoctin/min.

Contre-indications

Hypersensibilité à l'un des composants.

Mises en garde et précautions

Hypersensibilité
Comme avec toute solution protéique injectable par voie intraveineuse, des réactions allergiques de type hypersensibilité peuvent apparaître. Le produit contient, outre le facteur VIII, des traces d'autres protéines humaines. Il convient d'informer les patients de la nécessité d'interrompre immédiatement le traitement et de consulter un médecin en cas de survenue de symptômes d'une réaction d'hypersensibilité.
Les patients doivent être informés sur les signes précoces de réactions d'hypersensibilité comme par exemple: éruptions, urticaire généralisée, oppression thoracique, stridor, hypotension et anaphylaxie. Si ces symptômes apparaissent, il faut interrompre l'administration de la préparation et contacter le médecin.
En cas de symptômes liés à un choc, une thérapie du choc basée sur les règles actuelles de la médecine doit être appliquée.
Inhibiteurs
La formation d'anticorps neutralisants (inhibiteurs) du facteur VIII est une complication connue dans le traitement des patients atteints d'hémophilie A. Ces inhibiteurs sont généralement des immunoglobulines G dirigées contre l'activité procoagulante du facteur VIII, qui sont exprimées en unités Bethesda modifiées (UB)/ml de plasma. Le risque de développer des inhibiteurs est corrélé à la durée d'exposition au facteur VIII, ce risque étant le plus élevé au cours des 20 premiers jours de l'exposition. Les inhibiteurs apparaissent rarement après plus de 100 jours d'exposition.
Des cas récurrents d'apparition d'inhibiteurs (avec un titre bas d'inhibiteur) ont été observés après avoir échangé un produit de FVIII par un autre, chez des patients qui ont été traités pendant plus de 100 jours auparavant et ayant un antécédent de développement d'inhibiteurs dans leur historique médical. C'est pourquoi il est recommandé d'observer avec soin l'apparition d'inhibiteurs chez chaque patient après chaque changement de produit.
De manière générale, les patients traités par des facteurs VIII de coagulation humains doivent être suivis de près et soumis à des observations cliniques et des analyses de laboratoire appropriées.
Si les taux d'activité plasmatique du facteur VIII souhaités ne sont pas atteints ou si l'hémorragie n'est pas maîtrisée à l'aide d'une dose appropriée, il convient de procéder à un test de dépistage d'inhibiteurs. Le traitement par le facteur VIII n'est éventuellement pas efficace chez des patients présentant des concentrations élevées d'inhibiteurs et il convient dans ce cas d'envisager d'autres options thérapeutiques. Ces patients ne doivent être traités que sous la surveillance d'un médecin expérimenté dans le traitement de patients hémophiles porteurs d'inhibiteurs du facteur VIII.
Evénements cardiovasculaires
Chez les patients présentant des facteurs de risque cardiovasculaires, le traitement substitutif par le facteur VIII peut augmenter le risque d'événements cardiovasculaires.
Complications liées au cathéter
Il convient de tenir compte du risque de complications liées au cathéter chez les patients nécessitant un cathéter veineux central. Ces complications sont notamment des infections locales, une bactériémie et des thromboses sur cathéter.
Transmission d'agents infectieux
Les mesures habituelles de prévention du risque de transmission d'agents infectieux par les médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain comprennent la sélection clinique des donneurs, la recherche des marqueurs spécifiques d'infection sur chaque don et sur les pools de plasma, et l'inclusion dans le procédé de fabrication d'étapes efficaces pour l'inactivation/l'élimination virale. Cependant, lorsque des médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain sont administrés, le risque de transmission d'agents infectieux ne peut pas être totalement exclu. Ceci s'applique également aux virus inconnus ou émergents ou à d'autres types d'agents infectieux.
Les mesures mises en place sont considérées comme efficaces vis-à-vis des virus enveloppés tels que par ex. le VIH, le VHB et le VHC et les virus non enveloppés tels que le VHA. Elles peuvent être d'une efficacité limitée vis-à-vis des virus non enveloppés tels que par ex. le parvovirus B19.
Une infection à parvovirus B19 peut provoquer des complications majeures chez la femme enceinte (infection foetale) et chez les patients présentant une immunodéficience ou une érythropoïèse accrue (par ex. en cas d'une anémie hémolytique).
Une vaccination adéquate (hépatite A et B) est vivement recommandée aux patients qui reçoivent régulièrement des produits de facteur VIII sanguins ou plasmatiques d'origine humaine.
Il est impératif de recommander d'enregistrer le nom de la préparation et le numéro du lot lors de chaque administration d'Haemoctin, pour établir un rapport entre le patient et le numéro du lot de la préparation.
Ce médicament contient au maximum 3,3 mmol de sodium par dose standard de 2000 UI. Les patients suivant un régime pauvre en sel doivent en tenir compte.
Enfants et adolescents
Les mises en garde et précautions d'emploi particulières décrites pour les adultes doivent aussi être respectées chez les enfants et les adolescents.

Interactions

Aucune étude destinée à l'identification d'interactions n'a été menée.
Aucune interaction entre les préparations de facteur VIII de coagulation humain et d'autres médicaments n'a été décrite.

Grossesse/Allaitement

Haemoctin n'a pas fait l'objet d'études de reproduction chez l'animal. En raison de la rareté de l'hémophilie A chez les femmes, il n'y a pas de données sur l'utilisation d'Haemoctin pendant la grossesse et l'allaitement. Haemoctin ne doit pas être utilisé pendant la grossesse et la période d'allaitement sauf en cas d'indication stricte.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Haemoctin n'a aucune influence ou a une influence négligeable sur l'aptitude à la conduite et à l'utilisation de machines.

Effets indésirables

Synthèse du profil de sécurité
Dans de rares cas, des réactions d'hypersensibilité ou allergiques (par exemple oedème de Quincke, sensations de brûlure et de picotements au site d'injection, frissons, sensation de chaleur, urticaire généralisée, céphalées, éruptions cutanées, hypotension, léthargie, nausées, nervosité, tachycardie, sensation d'oppression dans la poitrine, picotements, vomissements, stridor) ont été observées. Celles-ci sont, susceptibles de provoquer une anaphylaxie grave (choc inclus) dans certains cas.
Les patients atteints d'hémophilie A peuvent développer des anticorps neutralisants (inhibiteurs) contre le facteur VIII. Lorsque cela se présente, la réaction se manifeste sous forme d'efficacité clinique insuffisante. En pareils cas, il est recommandé de s'adresser à un centre d'hémophilie spécialisé.
Des informations sur la sécurité en matière d'agents infectieux transmissibles sont présentées au chapitre «Mises en garde et précautions».
Les catégories de fréquence des effets indésirables étaient les suivantes: très fréquent (≥1/10); fréquent (≥1/100 à <1/10); occasionnel (≥1/1000 à <1/100); rare (≥1/10000 à <1/1000); très rare <1/10000).
Troubles du système immunitaire
Rare: fièvre; hypersensibilité ou réactions allergiques (par exemple oedème de Quincke, sensations de brûlure et de picotements au site d'injection, frissons, sensation de chaleur, urticaire généralisée, céphalées, éruptions cutanées, hypotension, léthargie, nausées, nervosité, tachycardie, sensation d'oppression dans la poitrine, picotements, vomissements, stridor), susceptibles de provoquer un choc anaphylactique dans certains cas.
Très rare: anticorps anti-facteur VIII positifs
Troubles cutanés et du tissu sous-cutané
Très rare: exanthème, urticaire, érythème
Enfants et adolescents
La fréquence, le type et le degré de sévérité des effets indésirables chez les enfants et les adolescents devraient correspondre à ceux observés chez les adultes.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté à ce jour.

Propriétés/Effets

Code ATC: B02BD02
Groupe pharmaco-thérapeutique: antihémorragique: facteur VIII de coagulation.
Mécanisme d'action/Pharmacodynamie
Le complexe facteur VIII/facteur von Willebrand (vWF) se compose de deux molécules (facteur VIII et facteur von Willebrand) aux fonctions physiologiques différentes. Lorsque le facteur VIII est perfusé à un patient hémophile A, il se lie au facteur de von Willebrand dans la circulation sanguine. Le facteur VIII activé agit comme un cofacteur du facteur IX activé et accélère la conversion du facteur X en facteur X activé (facteur Xa). Le facteur Xa activé convertit la prothrombine en thrombine. La thrombine convertit ensuite le fibrinogène en fibrine, ce qui aboutit à la formation d'un caillot. L'hémophilie A est une maladie de la coagulation sanguine, héréditaire liée au sexe, due à la diminution du taux plasmatique de facteur VIII:C. Cette diminution entraîne des hémorragies majeures au niveau des articulations, des muscles ou des organes internes, spontanés ou provoqués par des traumatismes accidentels ou chirurgicaux. Grâce au traitement substitutif, le taux plasmatique de facteur VIII est augmenté, ce qui permet de corriger temporairement le déficit en facteur VIII et les tendances hémorragiques.
Le facteur de von Willebrand, parallèlement à sa fonction de protéine stabilisant le facteur VIII, permet l'adhésion des thrombocytes sur l'endothélium vasculaire blessé et joue un rôle important dans l'agrégation plaquettaire.
Efficacité clinique
Chez les patients présentant des taux élevés d'inhibiteurs, le traitement par facteur VIII n'est probablement pas efficace et il faut envisager d'autres options thérapeutiques. Dans ce contexte, Haemoctin s'est avéré efficace chez 11 patients présentant des inhibiteurs, qui ont subi un traitement d'immunotolérance.

Pharmacocinétique

Après administration intraveineuse, l'activité de facteur VIII diminue de manière exponentielle en deux phases. Au cours de la phase initiale, la répartition entre l'espace intravasculaire et les autres espaces de distribution (liquides biologiques) se produit avec une demi-vie plasmatique de 1 à 8 heures. Pendant la phase consécutive, la demi-vie est comprise entre 5 et 18 heures, avec une moyenne d'environ 12 heures. Ceci correspond apparemment à la demi-vie physiologique.
La «incremental recovery» d'Haemoctin est d'env. 0,020 ± 0,003 UI/ml/UI/kg de poids corporel. Après administration de 1 UI de facteur VIII par kg de poids corporel, l'activité de facteur VIII est de près de 2%.
Autres paramètres pharmacocinétiques de l'Haemoctin:
Aire sous la courbe (ASC): env. 17 UI × h/ml.
Durée d'exposition moyenne (MRT): env. 15 h.
Clairance: env. 155 ml/h.

Données précliniques

Le facteur VIII de coagulation d'origine humaine (à base du concentré) est un composant naturel du plasma humain et ses effets ne diffèrent pas de ceux du facteur VIII endogène.
Des études de toxicité menées avec une administration unique ne sont pas pertinentes, car des doses élevées engendrent chez l'animal une surcharge volémique. Des essais de toxicité menés avec des administrations répétées ne sont pas réalisables chez l'animal en raison de la formation d'anticorps dirigés contre des protéines hétérologues.
Chez les animaux de laboratoire, même un multiple de la dose recommandée chez l'homme par kilogramme de poids corporel, n'a montré aucun effet toxique.
En l'absence de signes d'effets cancérigènes et mutagènes lors de l'administration clinique du facteur VIII de coagulation chez l'homme, les expérimentations animales correspondantes ne sont pas jugées nécessaires.

Remarques particulières

Incompatibilités
Haemoctin ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.
N'utiliser que le set de perfusion fourni avec le produit; un échec du traitement peut apparaître suite à l'adsorption du facteur VIII sur les surfaces internes de certains sets de perfusion.
Stabilité
La solution prête à l'emploi doit être utilisée immédiatement après la reconstitution.
La préparation ne doit pas être utilisée au-delà de la date de péremption mentionnée.
Remarques concernant le stockage
Ne pas conserver au-dessus de 25 °C. Ne pas congeler.
Conserver les flacons dans le carton pour protéger le contenu de la lumière.
Remarques concernant la manipulation
Le médicament reconstitué doit être inspecté visuellement avant l'administration afin de déceler la présence de particules et d'une coloration anormale. La solution doit être limpide à légèrement opalescente. N'administrez pas de solutions troubles ou présentant des dépôts.
Respecter des conditions aseptiques à chaque étape de la manipulation!
Dissolution de la poudre (pour les illustrations voir la notice d'emballage)
Amenez le solvant (eau pour préparations injectables) et la poudre dans le flacon fermé à température ambiante. En utilisant un bain-marie, il faut éviter soigneusement tout contact entre le bouchon ou la fermeture du flacon et l'eau, pour prévenir toute contamination du médicament.
Retirez le capuchon du flacon contenant la poudre et du flacon contenant l'eau, afin de libérer la partie centrale du bouchon de caoutchouc. (Fig.) Nettoyez les bouchons du flacon contenant la poudre et du flacon contenant l'eau avec une solution antiseptique.
Enlevez la fermeture de l'emballage du système de transfert. (Fig.) Placez la partie bleue du système de transfert sur le flacon d'eau en position verticale. (Fig.)
Retirez le système de transfert entièrement de l'emballage. Cela permet de dégager la partie transparente du système de transfert.
Placez du flacon contenant la poudre sur une surface plane.
Retournez l'unité système de transfert et flacon d'eau et piquez l'adaptateur avec son n'épine de la partie transparente dans le flacon de poudre en position verticale. (Fig.) Grâce au vide dans le flacon de poudre, l'eau s'écoule dans celui-ci. (Fig.) Dévissez la partie bleue du système de transfert avec le flacon d'eau. Éliminer la partie solvant avec l'adaptateur bleu. (Fig.) Agiter prudemment le flacon pour faciliter la dissolution de la poudre. Ne pas secouer vigoureusement le flacon pour éviter toute formation de mousse! La solution doit être limpide ou légèrement opalescente (laiteuse et brillante).
Utilisez la solution prête à l'emploi immédiatement après la reconstitution. Évitez d'utiliser des solutions troubles ou qui contiennent des particules visibles.
Injection (pour l'illustration voir la notice d'emballage)
Après la reconstitution de la poudre selon les instructions susmentionnées, la seringue fournie est vissée avec le raccord Luer-Lock sur le flacon de substrat avec la partie transparente du système de transfert. (Fig.) De De cette manière, la préparation dissoute peut être aspirée sans problème dans la seringue. Un filtre séparé n'est pas nécessaire, car le système de transfert est doté d'un filtre intégré.
Dévissez délicatement le flacon avec la partie transparente du système de transfert de la seringue et appliquez lentement la solution injectable par voie intraveineuse à l'aide de l'aiguille à ailettes fournie. Le débit de perfusion ne doit excéder 2 à 3 ml par minute.
Après l'emploi de l'aiguille à ailettes, l'aiguille peut être protégée par le capuchon protecteur.

Numéro d’autorisation

60094 (Swissmedic).

Présentation

Haemoctin subst sèche 250 UI flac c solv (flac 5 ml) (1 seringue jetable 5 ml, 1 système de transfert avec filtre intégré, 1 aiguille à ailettes, 2 tampons alcoolisés stériles). (B)
Haemoctin subst sèche 500 UI flac c solv (flac 10 ml) (1 seringue jetable 10 ml, 1 système de transfert avec filtre intégré, 1 aiguille à ailettes, 2 tampons alcoolisés stériles). (B)
Haemoctin subst sèche 1000 UI flac c solv (flac 10 ml) (1 seringue jetable 10 ml, 1 système de transfert avec filtre intégré, 1 aiguille à ailettes, 2 tampons alcoolisés stériles). (B)

Titulaire de l’autorisation

Biotest (Schweiz) AG, 5102 Rupperswil.

Mise à jour de l’information

Janvier 2017.

2018 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home