ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Vimizim 1 mg/ml:DRAC AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Composition

Principe actif: Élosulfase alpha.
Produite dans des cellules ovariennes de hamster chinois (CHO- cellules) par la technologie de l'ADN recombinant.
Excipients: Sorbitol (E420) 100 mg, acétate de sodium trihydraté, phosphate monosodique monohydraté, chlorhydrate d'arginine, polysorbate 20, eau pour préparations injectables q.s. ad solutionem par 5 ml.
Contient 8 mg de sodium.

Indications/Possibilités d’emploi

Vimizim est indiqué pour le traitement de la mucopolysaccharidose de type IV A (syndrome de Morquio A, MPS IV A).

Posologie/Mode d’emploi

Le traitement doit être supervisé par un médecin ayant l'expérience de la prise en charge de patients atteints de MPS IV A ou d'autres maladies métaboliques héréditaires. L'administration de Vimizim doit être effectuée par un professionnel de la santé dûment formé à la prise en charge des urgences médicales.
En raison du risque potentiel de réactions d'hypersensibilité avec l'élosulfase alpha, les patients devraient être traités avec des antihistaminiques avec ou sans antipyrétiques 30 à 60 minutes avant le début de la perfusion (voir la rubrique «Mises en garde et précautions»).
Afin d’assurer la traçabilité des médicaments biotechnologiques, il convient de documenter pour chaque traitement le nom commercial et le numéro de lot.
Posologie usuelle
La dose d'élosulfase alpha recommandée est de 2 mg/kg de poids corporel, administrée une fois par semaine. Le volume total de la perfusion doit être administré pendant environ 4 heures (voir le tableau 1).
Instructions posologiques particulières
Patients présentant des troubles de la fonction hépatique
La sécurité et l’efficacité de Vimizim chez des patients avec une insuffisance hépatique n'ont pas été examinées.
Patients présentant des troubles de la fonction rénale
La sécurité et l’efficacité de Vimizim chez des patients avec une insuffisance rénale n'ont pas été examinées.
Patients âgés
La sécurité et l'efficacité de Vimizim chez les patients de plus de 65 ans n'ont pas été établies et aucun schéma thérapeutique alternatif ne peut être recommandé pour ces patients. On ne sait pas si les patients âgés réagissent de manière différente que les patients plus jeunes.
Enfants et adolescents
La posologie pour la population pédiatrique est identique à celle des adultes.
Les données actuellement disponibles sont décrites à la rubrique «Effets indésirables» et à la rubrique «Propriétés/Effets, Effets pharmacodynamiques».
Mode d'administration
Pour perfusion intraveineuse uniquement.
Pour les instructions concernant la dilution du médicament avant l'administration, voir les rubriques «Remarques particulières», «Remarques concernant l'utilisation et la manipulation».
Les patients pesant moins de 25 kg doivent recevoir un volume total de 100 ml et le débit de perfusion initial doit être de 3 ml/heure. Le débit de perfusion peut ensuite être augmenté en fonction de la tolérance toutes les 15 minutes comme suit: une première augmentation du débit à 6 ml/heure, puis une augmentation du débit par paliers de 6 ml/heure toutes les 15 minutes jusqu'à l'obtention d'un débit maximal de 36 ml/heure.
Les patients pesant 25 kg ou plus doivent recevoir un volume total de 250 ml et le débit de perfusion initial doit être de 6 ml/heure. Le débit de perfusion peut ensuite être augmenté en fonction de la tolérance toutes les 15 minutes comme suit: une première augmentation du débit à 12 ml/heure, puis une augmentation du débit par paliers de 12 ml/heure toutes les 15 minutes jusqu'à l'obtention d'un débit maximal de 72 ml/heure.
Tableau 1: Volumes et débits de perfusion recommandés*

Poids du patient
(kg)

Volume total de perfusion
(ml)

Étape 1
Débit de perfusion initial 0-15 minutes
(ml/h)

Étape 2
15-30 minutes
(ml/h)

Étape 3
30-45 minutes
(ml/h)

Étape 4
45-60 minutes
(ml/h)

Étape 5
60-75 minutes
(ml/h)

Étape 6
75-90 minutes
(ml/h)

Étape 7
Plus de 90 minutes
(ml/h)

<25

100

3

6

12

18

24

30

36

≥25

250

6

12

24

36

48

60

72

* Le débit de perfusion peut être augmenté en fonction de la tolérance par le patient.

Contre-indications

Hypersensibilité menaçant le pronostic vital (réaction anaphylactique) au principe actif ou à l'un des excipients selon la composition (voir à la rubrique «Mises en garde et précautions»).

Mises en garde et précautions

Anaphylaxie et réactions allergiques sévères
Même après une pré-médication appropriée avec des antihistaminiques/anti-pyrétiques, des réactions anaphylactiques et des réactions allergiques sévères ont été rapportées des études cliniques. Dans les études cliniques, pour 18/235 (7,7%) patients, des réactions anaphylactiques ont été rapportées. Pour 4 patients sur les 18 patients ayant présentés une réaction anaphylactique de l'adrénaline a également été administrée. Les cas d'anaphylaxie sont apparus déjà 30 minutes après le début de la perfusion et jusqu'à 3 heures après la perfusion.
L'anaphylaxie peut survenir après la première perfusion ou lors des perfusions suivantes. Les symptômes de l'anaphylaxie observés chez des patients traités par Vimizin lors d'études cliniques comprennent de la toux, un érythème, une sensation d'oppression dans la gorge, de l'urticaire, une rougeur, une cyanose, une hypotonie, une éruption cutanée, une dyspnée, un inconfort dans le thorax et des symptômes gastro-intestinaux (par ex. nausée, douleurs abdominales, dégoût et vomissements) en liaison avec de l'urticaire. Les patients doivent être surveillés avant et après la perfusion pour la détection des symptômes de réactions d'hypersensibilité. Les patients doivent être questionnés avant chaque administration sur leurs effets indésirables précoces et sur leur tolérance des perfusions antérieures.
Lors de l'administration d'Elosulfase alfa, les mesures d'urgence adéquates doivent être directement disponibles. A cause de la possibilité de réactions d'hypersensibilité, des antihistaminiques avec ou sans antipyrétiques doivent être administrés avant la perfusion. Le management des réactions d'hypersensibilité doit être adapté à la sévérité de la réaction et doit comprendre une diminution de la vitesse de perfusion ou à l'interruption temporaire de la perfusion et/ou à l'administration additionnelle d'antihistaminiques, d'antipyrétiques et/ou de corticostéroïdes en cas de réactions légères.
Si des réactions sévères surviennent, la perfusion de Vimizim doit être immédiatement interrompue et un traitement médical approprié doit être instauré. Les standards médicaux actuels pour la gestion des urgences doivent être implémentés.
En plus, de l'adrénaline doit être disponible pour des cas de réactions anaphylactiques aigus sévères avec des symptômes respiratoires ou des symptômes cardiovasculaires.
Pour les patients qui ont développé une réaction allergique au cours d'une perfusion, une nouvelle perfusion doit être envisagée avec précaution.
Réactions liées à la perfusion
Les réactions associées à la perfusion (RAP) sont les effets indésirables qui ont été les plus fréquemment observés lors des essais cliniques. Les RAP peuvent inclure des réactions allergiques. Les patients doivent être traités par des antihistaminiques, avec ou sans antipyrétiques, avant la perfusion (voir la rubrique «Posologie/Mode d'emploi»). La prise en charge des RAP est fonction de la sévérité de la réaction et comprend une diminution du débit de la perfusion ou l'arrêt temporaire de la perfusion et/ou l'administration supplémentaire d'antihistaminiques, d'antipyrétiques et/ou de corticostéroïdes. En cas de survenue de RAP sévères, la perfusion doit être immédiatement interrompue et il convient d'instaurer un traitement approprié. La réintroduction du médicament après une réaction sévère doit être réalisée avec précaution et sous une surveillance médicale étroite par le médecin traitant.
Compression médullaire/cervicale
Au cours des essais cliniques, la survenue d'une compression médullaire ou cervicale (CMC) a été observée à la fois chez les patients traités par Vimizim et chez ceux traités par placebo. Les patients doivent être surveillés afin de détecter les signes et les symptômes d'une CMC (notamment des douleurs dorsales, une paralysie des membres en dessous du niveau de compression et une incontinence urinaire et fécale) et doivent recevoir les soins appropriés.
Régime hyposodé
Ce médicament contient 8 mg de sodium par flacon, ce qui équivaut à 0,4 % de l’apport alimentaire quotidien maximal recommandé par l’OMS, qui est de 2 g de sodium pour un adulte; il est administré dilué dans une solution pour perfusion de chlorure de sodium isotonique (voir aux rubriques «Remarques particulières» et «Remarques concernant l'utilisation et la manipulation»).
Sorbitol (E420)
Ce médicament contient 100 mg de sorbitol dans chaque flacon, ce qui équivaut à 40 mg/kg. Les patients présentant une intolérance héréditaire au fructose (IHF) ne doivent pas recevoir ce médicament, sauf en cas de nécessité uniquement.
Les bébés et les jeunes enfants (moins de 2 ans) peuvent ne pas avoir été diagnostiqués avec une intolérance héréditaire au fructose (IHF). Les médicaments (contenant du sorbitol/fructose) administrés par voie intraveineuse peuvent être mortels. Les bénéfices et les risques associés au traitement doivent être évalués avant de commencer le traitement.
L’historique détaillé des symptômes d’IHF doit être obtenu pour chaque patient avant de prescrire ce médicament.

Interactions

Aucune étude d'interaction n'a été réalisée.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
Il n'existe pas de données sur l'utilisation de Vimizim chez la femme enceinte.
Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets délétères directs ou indirects sur la gestation ou le développement embryonnaire ou fœtal (voir à la rubrique «Données précliniques»). Cependant, la pertinence de ces études est limitée. Vimizim ne devrait pas être utilisé pendant la grossesse, sauf nécessité absolue.
Allaitement
Les données disponibles sur la reproduction chez l'animal ont mis en évidence l'excrétion de l'élosulfase alpha dans le lait. On ne sait pas si l'élosulfase alpha est excrétée dans le lait maternel humain. En raison de l'absence de données chez l'être humain, Vimizim ne doit être administré à la femme qui allaite que si l'on considère que le bénéfice potentiel l'emporte sur le risque éventuel pour le nourrisson.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Vimizim a une influence mineure sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Des vertiges ont été rapportés avec des réactions associées à la perfusion, ce qui pourrait influer sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines le jour de la perfusion.

Effets indésirables

L'évaluation des effets indésirables s'est basée sur l'exposition de 176 patients atteints de MPS IV A, âgés de 5 à 57 ans, ayant reçu soit 2 mg/kg d'élosulfase alpha une fois par semaine (n = 58), 2 mg/kg d'élosulfase alpha, une fois toutes les deux semaines (n = 59), ou un placebo (n = 59) dans le cadre d'un essai randomisé, en double aveugle, contrôlé contre placebo.
Lors d'un essai clinique pour des patients âgés de <5 ans traités par Vimizim 2 mg/kg/semaine on a observé un profil de sécurité comparable.
La plupart des effets indésirables issus des études cliniques étaient des RAP, qui sont définies comme étant des réactions survenant après le début de la perfusion jusqu'à la fin du jour suivant la perfusion. Même après une pré-médication adéquate avec des antihistaminiques/antipyrétiques (voir la rubrique «Posologie, Mode d'emploi») des réactions graves liées à la perfusion ont été rapportées dans le cadre des études cliniques, incluant des cas d'anaphylaxie, d'hypersensibilité et des vomissements. Dans les études cliniques, des réactions d'hypersensibilité nécessitant une hospitalisation ont été rarement observées. Les symptômes les plus fréquents (survenant chez ≥10% des patients traités par Vimizim et chez ≥5% de plus comparé au placebo) étaient: des céphalées, des nausées, des vomissements, de la fièvre, des frissons et des douleurs abdominales. L'intensité des réactions était généralement légère ou modérée.
Les données ci-dessous décrivent les effets indésirables observés lors des essais cliniques chez les patients traités par Vimizim.
Les fréquences sont définies comme suit: très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 à <1/10), occasionnel (≥1/1'000 à <1/100), rare (≥1/10'000 à <1/1'000), très rare (<1/10'000). Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.
Affections du système immunitaire
Fréquent: Hypersensibilité, anaphylaxie*.
Affections du système nerveux
Très fréquent: Céphalées (41,4%)*, vertiges (12,1%)*.
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Très fréquent: Dyspnée (12,1%)*.
Affections gastro-intestinales
Très fréquent: Diarrhée (20,7%)*, vomissements (44,8%)*, douleurs oropharyngées (20,7%)*, douleurs abdominales hautes (16%)*, douleurs abdominales (24,1%)*, nausées (31,0%)*.
Affections musculo-squelettiques et tissue conjonctif
Très fréquent: Frissons (10,3%)*.
Fréquent: Myalgie*.
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Très fréquent: Fièvre (43,1%)*.
* Ces événements étaient liés à la perfusion.
Description de certains effets indésirables
Immunogénicité
Tous les patients ont développé des anticorps dirigés contre l'élosulfase alpha lors des essais cliniques. Près de 80% des patients ont développé des anticorps neutralisants pouvant inhiber la liaison de l'élosulfase alpha au récepteur cation indépendant du mannose-6-phosphate. Des améliorations soutenues des mesures d'efficacité et une réduction des taux d'excrétion urinaire du kératane sulfate (KS) au fil du temps ont été observées dans des essais, malgré la présence d'anticorps dirigés contre l'élosulfase alpha. Aucune corrélation n'a été retrouvée entre des titres en anticorps plus élevés ou une positivité des anticorps neutralisants et des réductions de mesures de l'efficacité ou la survenue d'une anaphylaxie ou d'autres réactions d'hypersensibilité. Des anticorps IgE dirigés contre l'élosulfase alpha ont été décelés chez ≤10% des patients traités et n'étaient pas systématiquement associés à une anaphylaxie ou à d'autres réactions d'hypersensibilité et/ou à l'arrêt du traitement.
L’annonce d’effets secondaires présumés après l’autorisation est d’une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave via le portail d’annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté. Lors des essais cliniques, des doses d'élosulfase alpha ont été étudiées jusqu'à 4 mg/kg par semaine. Suite à l'administration des doses les plus élevées, aucun signe ni symptôme spécifique n'a été identifié. Aucune différence n'a été observée au niveau du profil de sécurité. Pour la prise en charge des effets indésirables, voir les rubriques «Mises en garde et précautions» et «Effets indésirables».

Propriétés/Effets

Code ATC: A16AB12
Mécanisme d'action
Les mucopolysaccharidoses comprennent un ensemble de troubles du stockage lysosomal causés par un déficit en enzymes lysosomales spécifiques nécessaires au catabolisme des glycosaminoglycanes (GAG). La MPS IV A se caractérise par l'absence ou une réduction significative de l'activité N-acétylgalactosamine-6-sulfatase. Le manque d'activité sulfatase se traduit par l'accumulation des substrats de GAG, KS et chondroïtine 6 sulfate (C6S), dans le compartiment lysosomal des cellules de tout le corps. L'accumulation provoque des troubles cellulaires, tissulaires et organiques généralisés.
Pharmacodynamique
L'élosulfase alpha dans sa forme recombinante, destinée à fournir l'enzyme exogène, la N-acétylgalactosamine-6-sulfatase, sera après substitution intraveineuse reprise de la circulation par les récepteurs cation indépendant du mannose-6-phosphate pour être captée par les cellules et arrivée en partie dans les lysosomes. L'elosulfase augmentera le catabolisme extracellulaire et possiblement intracellulaire du KS et de la C6S.
Efficacité clinique
Les essais cliniques réalisés avec Vimizim ont porté sur l'évaluation de l'influence du traitement sur les manifestations systémiques de la MPS IV A en ce qui concerne les différentes fonctions physiques et le développement physique, tels que l'endurance, la fonction respiratoire, la mobilité, la rapidité de la croissance. Comme biomarqueur, le KS urinaire a été analysé.
Un total de 235 patients atteints de MPS IV A a été recruté et exposé à Vimizim dans 6 essais cliniques.
La sécurité et l'efficacité de Vimizim ont été évaluées dans un essai clinique de phase 3, randomisé, en double aveugle et contrôlé contre placebo, effectué chez 176 patients atteints de MPS IV A, âgés de 5 à 57 ans. La majorité des patients étaient de petite taille, présentaient des troubles de l'endurance et des symptômes musculo-squelettiques. Les patients qui pouvaient parcourir initialement plus de 30 mètres (m), mais moins de 325 m, lors d'une épreuve de marche de 6 minutes ont été recrutés dans l'essai.
Les patients ont reçu 2 mg/kg d'élosulfase alpha toutes les semaines (n = 58) ou 2 mg/kg toutes les deux semaines (n = 59) ou un placebo (n = 59) pendant un total de 24 semaines. Tous les patients ont été traités par des antihistaminiques ou partiellement avec des antipyrétiques avant chaque perfusion. Le critère d'évaluation primaire était la variation, par rapport à la valeur de référence, de la distance parcourue à l'épreuve de marche de 6 minutes (6MWT) comparé au placebo à la semaine 24. Les critères d'évaluation secondaires étaient la variation par rapport à la valeur de référence du nombre de marches gravies en 3 minutes à l'épreuve (3MSCT) et le taux d'excrétion urinaire de KS à la semaine 24. Un total de 173 patients ont été ensuite recrutés dans un essai d'extension, au cours duquel les patients ont reçu 2 mg/kg d'élosulfase alpha toutes les semaines ou 2 mg/kg toutes les deux semaines. Ensuite, tous sont passés à 2 mg/kg toutes les semaines lorsque les résultats de la semaine 24 ont été disponibles.
Les critères d'évaluation primaires et secondaires ont été évalués à la semaine 24 (voir le tableau 2).
L'effet du traitement modélisé sur la distance parcourue en 6 minutes comparé au placebo était de 22,5 m (IC95: 4,0 à 40,9; p = 0,0174) pour le schéma posologique de 2 mg/kg par semaine. L'effet du traitement modélisé sur le nombre de marches gravies par minute, comparé au placebo, était de 1,1 marche/min (IC95: -2,1 à 4,4; p = 0,4935) pour le schéma posologique de 2 mg/kg par semaine. L'effet du traitement modélisé sur la variation du taux d'excrétion urinaire de KS en pourcentage, comparé au placebo, était de -40,7% (IC95: -49,0 à -32,4; p <0,0001) pour le schéma posologique de 2 mg/kg par semaine. Les résultats du schéma posologique de 2 mg/kg toutes les 2 semaines sur 6MWT et sur 3MSCT étaient comparables au placebo.
Tableau 2: Résultats d'une étude clinique contrôlée contre placebo d'un schéma posologique de 2 mg/kg par semaines

Vimizim

Placebo

Vimizim contre placebo

Début de l'étude

Semaine 24

Changement

Début de l'étude

Semaine 24

Changement

Différence au niveau des changements

N

58

57*

57

59

59

59

Épreuve de marche de 6 minutes (mètres)

Moyenne ± ET

203,9 ± 76,32

243,3 ± 83,53

36,5 ± 58,49

211,9 ± 69,88

225,4 ± 83,22

13,5 ±50,63

Moyenne basée sur un modèle
(IC à 95%)

Valeur p

22,5
(IC95: 4,0 à 40,9) (p = 0,0174)

Épreuve de marches gravies en 3 minutes (marches/minute)

Moyenne ± ET

29,6 ± 16,44

34,9 ± 18,39

4,8 ± 8,06

30,0 ± 14,05

33,6 ± 18,36

3,6 ± 8,51

Moyenne basée sur un modèle
(IC à 95%)

Valeur p

1,1
(CI95: -2,1 à 4,4)
(p = 0,4935)

* Un patient du groupe sous Vimizim a abandonné après 1 perfusion.
‡ Moyenne basée sur un modèle de Vimizim contre placebo, ajusté en fonction de la valeur initiale.
Dans d'autres essais d'extension, chez les patients recevant 2 mg/kg d'élosulfase alpha toutes les semaines, l'effet initial sur l'amélioration de l'endurance et la diminution durable du taux d'excrétion urinaire de KS s'est maintenu jusqu'à 156 semaines.
Sécurité et efficacité en pédiatrie
La majorité des patients qui ont reçu Vimizim au cours des études cliniques étaient dans la tranche d'âge des enfants et des adolescents (5 à 17 ans). Dans le cadre d'une étude en ouvert, 15 enfants de moins de 5 ans (9 mois à <5 ans) atteints de MPS IV A ont reçu 2 mg/kg de Vimizim une fois par semaine pendant 52 semaines.
Les résultats concernant la pharmacodynamie (réduction du kératane sulfate urinaire) chez ces patients correspondent avec les résultats obtenus chez des patients de 5 à 57.

Pharmacocinétique

Absorption
Les paramètres pharmacocinétiques de l'élosulfase alpha ont été évalués chez 23 patients atteints de MPS IV A ayant reçu des perfusions intraveineuses hebdomadaires de 2 mg/kg d'élosulfase alpha pendant environ 4 heures pendant une période de 22 semaines. Les paramètres à la semaine 0 et la semaine 22 ont été comparés.
Aucune accumulation plasmatique d'élosulfase alpha n'a été vérifiable suite à l'administration hebdomadaire.
La concentration plasmatique maximale moyenne (Cmax) (± SA) est à la semaine 0 1,49 (± 0,534) µg/ml et à la semaine 22 4,04 (± 3,24) µg/ml. L'AUC0t ± SA moyenne correspondante est de 238 (± 100) min·µg/ml et de 577 (± 416) min·µg/ml. Jusqu'à la semaine 22, l'AUC0t moyenne et la Cmax moyenne augmentent de 181% respectivement de 192% par rapport aux valeurs de la semaine 0.
Distribution
Le volume moyen de répartition (± SA) à l'état d'équilibre (Vdss) est à la semaine 0 de 396 (± 316) ml/kg (valeur médiane: 297 ml/kg) et est à la semaine 22 de 650 (± 1842) ml/kg (valeur médiane: 203 ml/kg).
Métabolisme
L'elosulfase alfa est une forme recombinante de la N-acétylgalactosamin-6-sulfatase humaine; elle est identique avec l'enzyme naturelle humaine en terme de séquence en aminoacides et de sites de N-glycosylation.
L'elosulfase alfa est probablement dégradée par protéolyse dans les différents compartiments corporels.
Elimination
La clairance plasmatique (CL) (± SA) était à la semaine 0 de 10,0 (± 3,73) ml/min/kg et à la semaine 22 de 7,08 (± 13,0) ml/min/kg. La demie-vie moyenne (t½) (± SA) correspondante est de 7,52 (± 5,48) minutes et de 35,9 (± 21,5) minutes.
Le gendre, l'âge et le poids montraient une clairance de l' Elosulfase alfa comparable.
Par contre pour les patients avec des réactions positives aux anticorps neutralisants, on observe une réduction de la valeur totale de la clairance (CL) et un temps d'élimination t½) augmenté.
La présence d'anticorps neutralisants n'avait pas d'effets reconnus sur la pharmacodynamie, l'efficacité ou la sécurité des patients traités par élosulfase alpha.
Cinétique pour certains groupes de patients
Troubles de la fonction hépatique
Aucune donnée relative à la pharmacocinétique en ce qui concerne l'influence d'une insuffisance hépatique n'est disponible.
Troubles de la fonction rénale
Aucune donnée relative à la pharmacocinétique en ce qui concerne l'influence d'une insuffisance rénale n'est disponible.

Données précliniques

Les données précliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité évaluant les systèmes nerveux central, respiratoire et cardiovasculaire, de toxicologie en administration unique et en administration répétée chez le rat et le singe, ou de fertilité et de développement embryo-fœtal chez le rat ou le lapin, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme. L'étude du développement périnatal et postnatal chez le rat n'est pas concluante du fait de l'administration suivante de diphénhydramine aux animaux.
Mutagénicité
Aucune étude animale portant sur le potentiel mutagène n'a été menée avec l'élosulfase alpha.
Carcinogénicité
Aucune étude animale à long terme portant sur le potentiel carcinogène n'a été menée avec l'élosulfase alpha.
Toxicité sur la réproduction
Des études sur la reproduction réalisées chez le rat à des doses jusqu'à 10 fois supérieures à la dose humaine n'ont pas mis en évidence de troubles de la fertilité ou de la fonction reproductrice.

Remarques particulières

Incompatibilités
Ce médicament ne peut être mélangé qu'aux médicaments mentionnés sous Remarques concernant la manipulation.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.
Conservation après ouverture
Après dilution: la stabilité physico-chimique en cours d'utilisation a été démontrée pendant un maximum de 24 heures à une température comprise entre 2 °C–8 °C, suivies de 24 heures à température entre 23 °C–27 °C.
D'un point de vue de la sécurité microbiologique, la solution diluée doit être utilisée immédiatement. Si elle n'est pas utilisée immédiatement, les durées et conditions de conservation en cours d'utilisation relèvent de la seule responsabilité de l'utilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures à une température comprise entre 2 °C–8 °C, suivies de 24 heures au maximum à une température comprise entre 23 °C–27 °C lors de son administration.
Remarques concernant le stockage
À conserver au réfrigérateur (entre 2 °C–8 °C). Ne pas congeler.
À conserver dans l'emballage d'origine afin de protéger le contenu de la lumière.
Pour les conditions de conservation du médicament après dilution, voir la rubrique «Stabilité».
Conserver hors de portée des enfants.
Remarques concernant l'utilisation et la manipulation
Chaque flacon de Vimizim est conçu exclusivement pour un usage unique. Vimizim doit être dilué dans une solution de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0,9%) pour préparations injectables dans des conditions aseptiques. La solution diluée doit être administrée à l'aide d'un dispositif de perfusion. Il peut s'agir d'un dispositif de perfusion muni d'un filtre en ligne de 0,2 μm.
Préparation de la perfusion de Vimizim
Respecter les règles d'asepsie.
Vimizim doit être dilué avant son administration.
Le nombre de flacons à diluer doit être déterminé en fonction du poids du patient. La dose recommandée est de 2 mg par kg.
1.Calculer le nombre de flacons à diluer en fonction du poids du patient et de la dose recommandée de 2 mg/kg, en utilisant la formule suivante:• Poids du patient (kg) multiplié par 2 (mg/kg) = Dose administrée au patient (mg)• Dose administrée au patient (mg) divisée par 1 (mg/ml de concentré de Vimizim) = Nombre total de ml de Vimizim• Quantité totale (ml) de Vimizim divisée par 5 ml par flacon = Nombre total de flacons
2.La valeur calculée du nombre total de flacons est arrondie à la valeur entière suivante. Sortir le nombre de flacons nécessaires du réfrigérateur. Ne pas réchauffer les flacons ni les mettre au micro-ondes. Ne pas secouer les flacons.
3.Prendre une poche de solution de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0,9%) pour administration intraveineuse. Le poids du patient détermine le volume total de la perfusion.• Les patients pesant moins de 25 kg doivent recevoir un volume total de 100 ml.• Les patients pesant 25 kg et plus doivent recevoir un volume total de 250 ml.
4.Avant de prélever Vimizim dans le flacon, inspecter chaque flacon afin de détecter d'éventuelles particules ou une coloration anormale. Comme il s'agit d'une solution de protéines, une légère floculation (présence de fibres translucides fines) peut s'observer. La solution de Vimizim doit être limpide à légèrement opalescente et incolore à jaune pâle. Ne pas utiliser la solution en cas de coloration anormale ou si elle contient des particules.
5.Prélever et éliminer de la poche pour perfusion un volume de solution de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0,9%) équivalent au volume de concentré de Vimizim à ajouter.
6.Prélever lentement le volume calculé de Vimizim à partir du nombre de flacons nécessaires en veillant à ne pas secouer inutilement.
7.Ajouter lentement Vimizim à la poche pour perfusion en prenant soin de ne pas la secouer.
8.Retourner délicatement la poche pour perfusion afin d'assurer une bonne répartition de Vimizim. Ne pas agiter la solution.
9.Administrer la solution diluée au patient à l'aide d'un dispositif de perfusion. Un dispositif de perfusion muni d'un filtre en ligne de 0,2 μm peut être utilisé.
Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation nationale en vigueur.

Numéro d’autorisation

65370 (Swissmedic).

Présentation

Flacon en verre transparent (de type I) muni d'un bouchon en caoutchouc butylé et scellé par un Flip-Off (aluminium) avec un capuchon en plastique.
1 emballage contient: 1 flacon à 5 ml [B]

Titulaire de l’autorisation

DRAC SA, Morat.

Mise à jour de l’information

Août 2019.

2020 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home